Le gouvernement souhaite developper mais mieux encadrer les stages

 |   |  273  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS/Andrew Burton)
Dans un entretien publié ce jeudi dans Libération, la ministre de l'enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, indique vouloir développer les stages en début de cursus universitaire. Tout voulant limiter les abus.

"Nous allons développer la possibilité d'effectuer des stages dans tous les cursus, et également plus tôt, dès la licence". La ministre de l'enseignement supérieur Geneviève Fioraso a précisé, dans un entretien publié jeudi dans Libération, que les offres de stages deviendront "un des critères qualitatifs pour l'attribution des dotations d'Etat" aux établissements.

La ministre part d'un constat: le recours au stage est "très déséquilibré" puisqu'il concerne "principalement les étudiants en fin de cursus, et très peu d'étudiants en premier cycle à l'université".

Eviter les abus

Mais il est nécessaire, souligne-t-elle, de mieux encadrer les stages afin d'éviter les abus et notamment les emplois déguisés en stages, susceptibles d'augmenter en temps de crise économique alors que le chômage atteint déjà des sommets. "Certains secteurs, comme la publicité, ont entre 10% et 15% de stagiaires. Ce n'est pas normal, et nous étudions, avec le ministre du Travail, Michel Sapin, la possibilité de fixer des plafonds", assure-t-elle.

Selon la ministre, "il ne faut plus de stages en dehors des cursus de formation" et les délais doivent également être encadrés. "Nous allons également limiter les stages à six mois", dit-elle. "Ce délai maximum était prévu dans la loi Cherpion de 2011 mais ce n'était pas appliqué faute de décret". "La moitié des mesures prises par Valérie Pécresse sur l'encadrement des stages est restée à l'état de voeu pieu car il n'y a pas eu, derrière, les décrets d'application pour les mettre en oeuvre", dénonce-t-elle. "Nous publierons les décrets nécessaires."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2013 à 21:23 :
On nous dit qu'il faut "innover" ! Que l'avenir est à "l'innovation ! Qu'il n'y a que cela pour avancer vers le futur ! Or, innover veut dire aller vers AUTRE CHOSE !!! Donc,vers de nouveaux métiers , de nouvelles professions ! Il faudrait donc commencer par former des formateurs capables de former des gens (chômeurs ou autres ? -qu'importe ?) pour des métiers qu'il faut encore INVENTER !!! CAR, innover c'est faire quelque chose de nouveau ! Vont-ils exister par l'""opération du Saint Esprit""??? OU, va-t-on subitement avoir quelques ""génies"" qui vont venir ""dépanner"" NORMAL 1er ????
a écrit le 07/03/2013 à 13:57 :
je pense que ce n est la meilleure façon d attirer les industriels et autres que de leurs demander qu ils donnent leures fiches de paye car c'est leur argent qui fait tourner la barraque;;
a écrit le 07/03/2013 à 13:31 :
C est bizarre qu en France on mette 20 ans à s apercevoir ce que tout le monde vit...idem pour la formation pro un enorme gateau dilapidè en formations bidons.... On est aveugle ou....
a écrit le 07/03/2013 à 12:56 :
Témoignage ancien ( 20 ans ) Utilité : néant . Motifs : des pseudos "enseignants" complètement dépassés et enseignant une procédure et une règlementation obsolètes Des "enseignés" subissant pendant des heures cet "enseignement" en attendant , selon les témoignages de quelques uns " le moment de vaquer ailleurs à d'autres occupations plus distractives "Si les stages promis aujourd'hui sont de la même veine ?.
a écrit le 07/03/2013 à 11:13 :
On aime ou on aime pas, pour de très bonnes raisons, les stages,mais c'est aujourd'hui la norme, même si l'on dispose d'un excellent cursus.; dans nombre d'entreprises, c'est 6 mois à un an de stage (avec une petite indemnité), puis éventuellement un CDI. En ce qui me concerne, père de 3 jeunes, je suis prêt à PAYER pour que mes jeunes puissent se frotter au monde professionnel (et nous sommes des privilégiés / 2 mentions TB au bac, 1 B, et grandes écoles..).
a écrit le 07/03/2013 à 10:56 :
Les cantines des sociétés des sociétés du CAC 40 ressemblent à de restaurants universitaires. Que des entreprises florissantes "embauchent" à tour de bras des stagiaires et cela sans jamais être inquiété par l'inspection du travail m'a toujours fasciné. Actuellement dans mon open space, il y a 5 stagiaires pour 5 salariés.
a écrit le 07/03/2013 à 10:34 :
Depuis que les stages sont rémunérés, les laboratoires de recherche ne prennent plus de stagiaires IUT...
a écrit le 07/03/2013 à 10:27 :
qu'il supprime en premier tous ces stages bidons qui font vivre les syndicats
a écrit le 07/03/2013 à 9:58 :
L'esprit des stages a complétement été détourné ces dernières années. Aujourd'hui c'est de lamain d'oeuvre pas cher. Tout le monde le sait et n y'a qu'à voir le contenu des annonces : "recherche BAC+4 avec 1/2 d'expérience...."
a écrit le 07/03/2013 à 9:50 :
Le normal 1 et son gouvernement de clowns il n'est pas en stage depuis plus de 6 mois, il est temps qu'il se mette au boulot maintenant.
a écrit le 07/03/2013 à 8:59 :
Le stage est à double tranchant, il permet de capitaliser de l'expérience et valoriser son cursus, mais flingue tout simplement l'emploi pour les jeunes diplômes (<2 ans expérience)...
Les entreprises (TPE/PME/ou grands groupes internationaux) de tous secteurs préfèrent emabaucher des stagaires que d'ouvrir des CDI ou CDD longue durée... Le problème réside dans l'utilisation abusive de ces stagiaires (4 stagiaires pour 3 CDI, c'est quelque chose qu'on trouve bien trop souvent...)
a écrit le 07/03/2013 à 8:54 :
Vous ne vous relisez pas avant de publier un article ?
a écrit le 07/03/2013 à 8:26 :
La multiplication des stages , c'est très bien....
Mais encore faut il qu'il y ait des tuteurs ? qu'ils aient le temps de s'en occupé alors que toutes les entreprises serrent tr-s fort les vis sur l'emploi ?

Et s'il y a bien un endroit où les inégalités sociales ont court.... c'est bien dans l'obtention d'un stage....
Réponse de le 08/03/2013 à 0:03 :
Effectivement un stage de 6 semaines pour valider un diplôme ce n'est pas une expérience professionnelle significative au regard d'une carrière de plus de 40 ans de labeur. La preuve c'est que les entreprises qui détournent massivement le principe du stage recherche des stagiaires avec plus de 2 ans d'expérience. Il ne faudra pas s'étonner que de nombreux jeunes restent sur le carreau sans emploi par défaut de stage pour obtenir une quelconque qualification. C'est à croire que cette histoire de stage obligatoire pour la formation professionnelle n'a été mise en place que pour la desservir en sachant l'estime que porte le professorat à cette filière.
a écrit le 07/03/2013 à 7:42 :
"Journalistes", prenez le temps de vous relire !!! Il manque des mots, syntaxe incorrecte et contre sens dans cet article !
Réponse de le 07/03/2013 à 12:30 :
Excellent commentaire !! Ce n'est pas le tout d'avoir des stagiaires, il faudrait qu'il soit formés. Et à lire votre commentaire il faut croire que les stagiaires de la Tribune ne maitrisent pas la grammaire et l'orthographe et en plus il faut leur donner un salaire ;-)
Réponse de le 07/03/2013 à 13:13 :
@ Erick bon si le commentaire de Micool est un excellent commentaire, pourquoi ramenez vous vôtre science de la maîtrise de l'orthographe certain internaute ont un donc pour rajouter un commentaire sarcastique aux soit disant stagiaires de la Tribune pourquoi ne posez-vous pas vôtre candidature pour le poste de stagiaire à moins que vous soyez un professeur qui ne supporte pas qu'on fasse des fautes, il est vraie que l'écriture est très importante dans cette société mais de la à faire de telle commentaire, je pense que vous auriez pu vous en passez, enfin chacun que chacun balai devant sa porte la France serait plus propre.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:57 :
Désolé, j'aurais du le mentionner: second degré ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :