Le système éducatif français est de plus en plus inégalitaire

 |   |  855  mots
L'OCDE a fait administrer des tests à 510.000 élèves âgés de 15 à 16 ans dans 65 pays et territoires économiques à travers le monde.
L'OCDE a fait administrer des tests à 510.000 élèves âgés de 15 à 16 ans dans 65 pays et territoires économiques à travers le monde. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Entre 2003 et 2012, les performances du système d'éducation de la France se sont nettement dégradées selon l'enquête Pisa de l'OCDE publié ce mardi matin.

Bonnet d'âne pour le système éducatif français. La qualité du l'éducation délivrée par les écoles françaises s'est nettement dégradé entre 2003 et 2012, selon l'enquête Pisa de l'OCDE, qui souligne la forte augmentation du nombre d'élèves en échec scolaire, particulièrement dans les classes sociales défavorisées.

Dans la nouvelle édition, parue mardi, du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (Pisa), qui évalue les compétences des jeunes de 15 à 16 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences, la France est rétrogradée à la 25e place des 65 pays ou économies participants.

Singapour, Shangaï  et HongKong premiers de la classe

Dans le précédent Pisa 2009, auquel 75 pays et économies avaient participé, la France occupait la 22e place dans le classement global des compétences, à quelques encâblures de l'Allemagne, qui la devance désormais à la 16e place. L'Estonie, la Pologne, le Viêtnam, l'Australie, l'Irlande, la Slovénie, notamment, sont également devant la France.

A contrario, les élèves asiatiques se distinguent. En sciences, mathématiques et matière de compréhension de l'écrit, trois économies occupent le podium: Singapour, Shanghai  et Hong Kong. Lors du précédent classement effectué en 2009, ces systèmes asiatiques se démarquaient déjà. Les systèmes de Corée du Sud, de Macao et du Japon sont également très bien notés.

En Europe,ceux qui obtiennent les meilleures places sont: le Liechtenstein (8e), la Suisse (9e) et les Pays-Bas (10e). La Finlande, présentée jusqu'il y a peu comme "le" modèle en matière éducative, est 12e.

Les résultats des Français en mathématiques se dégradent

Pour cette édition, un focus a été opéré sur la "performance" des élèves en mathématiques. Ainsi, on s'aperçoit qu'en France,  elle sont moindres qu'auparavant. Entre 2003 et 2012, la France est passée de la catégorie des pays dont la performance est supérieure à la moyenne de l'OCDE à celle des pays dont la performance est dans la moyenne de l'OCDE.

Globalement, il y a "beaucoup plus d'élèves en difficulté (...), ce qui sous-entend que le système s'est dégradé principalement par le bas entre 2003 et 2012" jugent les auteurs de l'étude et le fossé entre "très bons" et "très mauvais" élèves s'est creusé. Comment expliquer ce "mal français", qui empire cette étude?  L'OCDE avance que cela est du à une forte corrélation entre l'origine sociale des élèves et leurs résultats à l'école, "bien plus marquée que dans la plupart des autres pays de l'OCDE". Et s'ils prennent plus de plaisir dans l'apprentissage des mathématiques que dans la moyenne des pays de l'OCDE, les élèves français sont les plus anxieux.

Au final, le verdict de l'étude est sans appel : "En France, le système d'éducation est plus inégalitaire qu'il ne l'était neuf ans auparavant. En d'autres termes, lorsqu'on appartient à un milieu défavorisé, on a aujourd'hui moins de chance de réussir en France qu'en 2003".

Référence internationale, le Pisa est aussi contesté par des acteurs et spécialistes du monde éducatif qui déplorent des résultats biaisés selon eux par la relativité de l'échantillon (Macao comparé aux États-Unis par exemple) et les critères d'évaluation de pédagogies parfois fort différentes.

"Alerte rouge pour Vincent Peillon"

Il n'en reste pas moins que certains profitent de ces mauvais résultats pour tirer la sonnette d'alarme. Ce mardi matin, l'ancien ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, (UMP) a vu une "alerte rouge pour M. Peillon" dans les résultats de cette enquête. Aux micros de BFM TV et de RMC, il a critiqué le fait que "l'on cherche à traiter tous les enfants de la même manière" et demandé qu'on mette du renfort "sur le cœur du métier": à savoir la lecture, l'écriture, le calcul.

A voir dans le futur, quelle prise en compte sera faite de ces critiques. Lors de la publication des résultats 2009, le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse d'alors - Luc Chatel - avait décrété la "mobilisation générale" pour lutter contre l'échec scolaire en visant notamment le "fléau" du déterminisme social. Depuis, sans nier le fait que des efforts ont été fourni, la France a malgré tout perdu des place dans le classement Pisa. Les élèves issus de l'immigration sont deux fois plus susceptibles d'être  en échec scolaire et les auteurs de l'étude constatent que "lorsqu'on appartient à un milieu défavorisé, on a aujourd'hui moins de chance de réussir en France qu'en 2003".

Ces conclusions ont été tirés de tests administrés à 510.000 élèves âgés de 15 à 16 ans dans 65 pays et territoires économiques à travers le monde. La prochaine étude Pisa devrait être réalisée en 2015 pour des résultats publiés en 2016.

LIRE AUSSI:

>> L'efficacité du système éducatif français sur la sellette

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2013 à 15:23 :
depuis jacques lang on a engraisse l'education nationale pour avoir la paix avec les syndicats alors qu'il fallait suivre claude allegre DEGRAIISSER LA MAMOUTH .MAIS IL FAUT choisir entre courage politique ou achat de voix
a écrit le 04/12/2013 à 10:34 :
qu'est ce que cette manie de vouloir de l'égalité partout.? A l'école il y a ceux qui ont des difficultés , il y a des méthodes d'enseignement mauvaises ( méthode globale), il y a de mauvais profs,il y a des élèves qui bossent d'autres pas, certains comprennent vite ,d'autres pas du tout .En conséquence de quoi il ne pourra jamais y avoir d'égalité entre les individus>.
Réponse de le 04/12/2013 à 13:18 :
Vous avez raison : tous les hommes ne seront jamais égaux. Ce qui pose problème en revanche, et en particulier en France, c'est la reproduction sociale : comment se fait-il que tous les enfants de ministres fassent l'ENA, tandis que ceux des travailleurs précaires finissent au Pôle Emploi ? Il existe à cette question une réponse d'extrême-droite : certaines lignées sont supérieures et il faut, le plus tôt possible, extraire leurs rejetons de la masse. Personnellement je préfère la réponse de gauche (détaillée ci-dessous dans ma réponse à Nadia) : essayer de créer les conditions pour que tout le monde parte avec des chances à peu près équivalentes. En plus d'être plus juste, c'est plus efficace (voir l'exemple finlandais).
a écrit le 04/12/2013 à 9:33 :
Ceux qui refusent de voir le problème de l'immigration sont bornés. En CM2, mon fils s'ennuyait en classe et régressait. La moitié de la classe ne maîtrisait pas le français et ce sont tous les autres qui en patissaient. Le programme n'avançait pas. Alors peut-être qu'il ne faudrait intéger les élèves dans des classes "normales" que lorsque le français est maitrisé. Les enfants et les parents devraient avoir obligation de suivre des cours de langue ensemble en dehors de l'école. On ne peut pas enseigner l'histoire ou les maths à des enfants qui ne comprennent pas le français. Personnellement, je n'entends rien au chinois alors si j'avais suivi des cours de math en chinois, je crois que je ne saurais toujours pas faire une addition! Aujourd'hui, en partie à cause de ses problème de langue, on fait du nivellement par le bas!
Réponse de le 04/12/2013 à 10:31 :
L'immigration récente pose évidemment un problème sur le plan scolaire, mais il n'est pas nouveau, ni particulier à la France. Maintenant, vous proposez une solution "à la française" : on trie, on classe précocement les élèves dans des voies de garage qui, malgré les bonnes intentions (?) et les beaux discours, ne rejoignent jamais la filière générale. Je soumets à votre réflexion la voie finlandaise : pas de notes ni de classements jusqu'à 11 ans ; tronc commun sans redoublement jusqu'à 16 ans avec des cours de soutien pour que personne ne décroche (y compris des cours de finnois et des cours de maths ou de sciences dans leur langue d'origine pour les enfants d'immigrés). Bon, j'arrête là : je sens que je me suis déjà fait des milliers d'ennemis sur ce forum... mais jetez donc un oeil au classement de l'OCDE.
a écrit le 04/12/2013 à 9:32 :
Les programmes de l'éducation nationale sont conçus pour un tiers des élèves, ceux qui n'ont aucun problème d'apprentissage , plutot bosseurs et qui ont une petite idée de leur avenir ... pour les autres c'est plus aléatoire .
Les initiés ( essentiellement les parents prof eux mêmes) savent guider leurs enfants vers les filières, options, établissements qui offrent les meilleurs perspectives .
Un seul exemple significatif : 50% des élèves admis à Polytechnique ont au moins un de leurs deux parents enseignant !!!!!!!
a écrit le 04/12/2013 à 9:30 :
Alerte rouge pour tous les gouvernements qui se sont succedes depuis 15 annees . Inutile de jeter la pierre a Mr Peillon , il n'a qu'une part limitee dans ce desastre de l'ecole Francaise . Dans trois ans il assumera les resultats des test PISA , ayant apporte sa contribution . Une France de plus en plus inegalitaire , oui bien sur . Et cela commence a l'ecole . Inutile de tester les collegiens pour le savoir . Que faire ? Changer les programmes , changer la pedagogie , changer la formation des Profs . Virer la plupart des Inspecteurs generaux qui sont aussi les premiers responsables de ces mauvais resultats et les remplacer par des hommes et des femmes de terrain , motives et capables de changer des methodes d'enseignement depassees et peu efficaces . Un escalier se balaie toujours par le haut . Si on ne change pas la tete , rien ne changera .
a écrit le 04/12/2013 à 9:25 :
les responsables de l'enseignement souvent passés par normal sup et l'agrégation sont des tenants d'un enseignement élitiste et les syndicats sont complices de la situation .
En fait notre élite n'a pas accepté la démocratisation des études supérieures tel que nous l'avons connu pendant les 30 glorieuses , elle reste nostalgique d'une époque où seul 20% d'une classe d'age faisait des études supérieures , essentiellement pour se cultiver et non pour apprendre un métier .
a écrit le 04/12/2013 à 9:24 :
Notre système éducatif est surtout gangréné par des groupes d'individus qui refusent toute forme d'intégration...
a écrit le 04/12/2013 à 9:07 :
il suffit de prendre le planning cm2 par exemple nous avons beaucoup sport, initiation musique , art , semaine du gout, sortie velo, enduro etc etc et tres peu de temps en application pour lire ,ecrire compter puis le maitre doit rester le patron dans sa classe ,les associations ceci associations cela qui n'ont jamais mis les pieds dans une classe doivent etre mises en retrait<<;
a écrit le 04/12/2013 à 5:45 :
Le dernier des imbéciles sait pourquoi le niveau de l instruction à baisse ...certains font semblant de ne pas comprendre ...!!
Réponse de le 04/12/2013 à 7:46 :
LE NIVEAU NE BAISSE PAS !! Il a même légèrement monté en France entre les enquêtes PISA 2009 et 2012 ! Il augmente plus vite dans d'autres pays, d'où le classement. D'ailleurs quand l'OCDE teste les 16-65 ans, ce sont LES PLUS ÂGÉS qui ont le plus de difficultés à l'écrit ! Tous ceux qui profitent du sujet pour déverser leur HAINE DES JEUNES ou des IMMIGRÉS sont HORS-SUJET !
Réponse de le 05/12/2013 à 8:33 :
Les vieux cocos n ont jamais admis les goulags .certains sont encore des admirateurs de Staline !!
a écrit le 04/12/2013 à 5:07 :
Pour corroborer cet article,reportage intéressant sur la télé publique hier soir:on nous montre une classe de petits "français" constituée á 80% d'enfants d'origine étrangère dont certains maitrisent á peine la langue á l'oral.
La baisse du niveau scolaire en France est essentiellement structurelle,les enseignants font plus que correctement leur travail,mais comme tant d'autres domaines,il y'a beaucoup d'hypocrisie et le refus de constater la réalité des faits.
a écrit le 03/12/2013 à 23:32 :
jadis nous avions des maîtres ensuite des enseignants ....maintenant des profs ZAZOU
a écrit le 03/12/2013 à 22:41 :
Quel est le pourcentage d'élèves issus de l'immigration ne maitrisant pas bien la langue en Corée du Sud, Japon, Liechtenstein ou en Suisse ?
a écrit le 03/12/2013 à 21:34 :
C'est surtout que les perturbateurs venus d’Afrique empêchent nos enfants de travailler et d'apprendre correctement!
a écrit le 03/12/2013 à 21:33 :
Les jeunes d'aujourd'hui, ils veulent un menu comprenant : un iphone 5s, le permis, la voiture, un bigmac et sunday fraise, manifester pour un rien devant les grilles des préfectures ou sous préfecture, un professeur traitant de la sexualité matin et soir et des vacances pour faire les soldes, si possible toute l'année.
Alors les résultats "pizza" ils s'en moquent, les professeurs aussi, les ministres passés et présents aussi, les parents aussi et les fédérations machins choses aussi.
Il n'y a que les lecteurs de l'humanité, laitue a la main, qui ont du être choques quand les mots clés égalité, social, immigration....sont sortis du rapport.
A vider sa boîte de kleenex vraiment.
a écrit le 03/12/2013 à 21:10 :
Ne pas denoncer les dommage collateraux des ecrans sur les cerveaux ... Et du recul des durees de sommeil ... C'est aussi se voiler la face. L'ecole ne peut pas tout. Si les eleves ne memorisent pas leur journee de travail, qui est le coupable ? Il existe des problemes de sante publique connus (television depuis plus jeune age), mais on fait comme si le monde n'avait pas change ...
a écrit le 03/12/2013 à 20:51 :
M. Wauqiez voit une alerte rouge pour M. Peillon. Le problème c'est qu'il se trompe de période.....C'est bien leur politique" qui a débouché sur ces résultats....comme dans les autres domaines : catastrophique.
a écrit le 03/12/2013 à 20:48 :
Pourquoi on compare Shangai et Hong Kong à l'ensemble d'autres pays ? Je suppose qu'en France aussi, il existe des disparités entre les régions. Et pourtant, ce sondage parle de la France entière, pas de l'Auvergne et du Poitou uniquement :-)
a écrit le 03/12/2013 à 20:40 :
donc en résumé: malgré des moyens et deseffectifs pléthoriques ,l'éducation nationale est une machine a fabriquer des cancres ?
Réponse de le 03/12/2013 à 20:56 :
Oui, depuis 2006

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :