Le patron du Bayern Munich, condamné à 3,5 ans de prison, ne se pourvoira pas en Cassation

 |   |  494  mots
Le président du Bayern Munich, Uli Hoeness, a annoncé vendredi sa démission du prestigieux club de football. (DR)
Le président du Bayern Munich, Uli Hoeness, a annoncé vendredi sa démission du prestigieux club de football. (DR) (Crédits : Reuters)
Le président du prestigieux club de football allemand a été reconnu coupable d'avoir fraudé le fisc de plus de 27 millions d'euros. Il a annoncé le lendemain qu'il ne se pourvoirait pas en cassation.

Sans surprise, le tribunal de Munich ne l'a pas épargné. Le président du Bayern Munich, Uli Hoeness, ancien champion du monde (1974) et d'Europe (1972), a été condamné ce jeudi à trois ans et demi de prison ferme pour avoir fraudé le fisc de plus de 27 millions d'euros.

"Monsieur Hoeness est condamné à une peine de prison ferme de trois ans et six mois pour sept cas graves de fraude fiscale", a annoncé Rupert Heindl, le juge du tribunal de Munich (sud de l'Allemagne), au quatrième jour du procès.

Des revenus boursiers en Suisse remontant aux années 2000

L'accusé risquait au maximum dix ans de détention. Le Parquet avait requis cinq ans et demi de prison ferme tandis que l'avocat d'Uli Hoeness, Hanns W. Feigen, avait plaidé en faveur d'au maximum une peine avec sursis, faisant valoir que son client s'était lui même dénoncé aux autorités fiscales allemandes le 17 janvier, remboursant 10 millions d'euros au fisc.

Mais le juge a estimé que cette "auto-dénonciation" n'était "pas valide", convaincu que le patron du Bayern Munich se savait sur le point d'être démasqué, notamment par la presse qui a d'ailleurs révélé l'affaire quelque temps après. Sa démarche met cependant le fraudeur à l'abri de toute poursuite pénale.

Le président du puissant club de football, vainqueur de la Ligue des champions l'an dernier, était jugé pour ne pas avoir déclaré des revenus boursiers réalisés en Suisse dans les années 2000.

Une fraude multipliée par 9 au fur et à mesure du procès

D'abord estimé à 3,5 millions d'euros dans l'acte de renvoi, le préjudice fiscal a été réévalué à 27,2 millions d'euros au fil des témoignages, accablants.

L'accusé avait admis au premier jour de son procès avoir une dette fiscale de plus de 18 millions d'euros. Ce montant a encore été révisé à la hausse après les révélations d'une enquêtrice fiscale au deuxième jour du procès.

Uli Hoeness ne se pourvoit pas en Cassation

Vendredi matin, Uli Hoeness a fait savoir sur le site internet du Bayern Munich qu'il "acceptait le jugement du tribunal de Münich" et n'irai pas en Cassation, acceptant de facto de purger sa peine de trois ans et demi de prison. Il annonce également sa démission de la présidence du Bayern, afin d'éviter au club "davantage de dommages".

"L'évasion fiscale a été la plus grand erreur de ma vie", indique-t-il dans le communiqué. "J'en accepte les conséquences." A propos du club, qui a réalisé un historique triplé Championnat d'Allemagne, Coupe d'Allemagne et Ligue des Champions lors de la saison passée, Uli Hoeness a indiqué :

Le Bayern Münich est l'oeuvre de a vie et le restera toujours. Je continuerai a être associé avec ce club magnifique et son personnel d'une autre manière, aussi longtemps que je vivrai.

[Edité vendredi 10h34 avec communiqué d'Uli Hoeness]

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2014 à 9:23 :
Qu'est-ce qu'il a fait ??? Il a détourné des saucisses ou il les a dévoyées ?
a écrit le 14/03/2014 à 8:07 :
Je ne me souviens pas de la prison ferme pour un fraudeur francais...surtout politiques....relation avec la situation eco du pays ...surement
a écrit le 13/03/2014 à 22:20 :
l allemagne est une république bananière. Cet Hoeness est en effet toujours le président du Bayern Munich quand les actionnaires du club savent qu il a fraudé (Hoeness a avoué et mène en bateau le tribunal et le fisc depuis 1 an). Les responsable du directoire sont des dirigeants de AUDI ADDIDAS FOCUS VOLKSWAGEN PORSCHE UNICREDIT (voir http://www.fcbayern.de/de/club/fcb-ag/organe/aufsichtsrat/index.php). Ils ont donc laissé un président en place alors que ces mêmes entreprises demandent un comportement irréprochable à leurs employés (sinon ils se font virer). La double moralité allemande. Souvenez vous en. Vous devriez écrire plus souvent ici sur la république bananière allemande et en peu moins de leurs soit disant vertues.
Réponse de le 14/03/2014 à 8:59 :
Comment pouvez vous dire que l'Allemagne est une république bananière alors que Hoeness a été condamné pour fraude fiscale? Si il ne l'aurait pas été, j’aurais pu encore comprendre mais la ??? Des personnes immorales il y en a partout et ce n’est certainement pas une spécificité allemande. Faites donc le ménage chez vous. Votre pays en a un plus besoin que le mien.
Réponse de le 14/03/2014 à 9:27 :
Hans floppy fait de l humour en France il aurait eu du sursis comme tout les nantis.
Réponse de le 14/03/2014 à 14:37 :
Une republique bananiere ou la justice a fait son travail. Un pays ou un fraudeur du fisc est condamné a de la prison ferme (et la France, le fait elle?) et ou cette personne ne cherche pas a eviter cette sanction en bla bla à la française....
Moi je dis bravo à l'Allemagne et je dis merci à cet homme de reconnaitre sa faute sans se ridiculiser comme nos "elites" françaises le font si bien.
Réponse de le 17/03/2014 à 12:15 :
en France on "prend" beaucoup plus (de prison) pour beaucoup moins. par ex : un démuni qui "vole" de la nourriture. Il s'en tire bien le Ulli !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :