Lundi, les intermittents du spectacle seront aussi en grève

 |   |  350  mots
les intermittents du spectacles lancent une nouvelle journée d'action
les intermittents du spectacles lancent une nouvelle journée d'action (Crédits : reuters.com)
Les intermittents du spectacle se préparent à une nouvelle journée de grèves lundi. La CGT veut amplifier les arrêts de travail. Les intermittents sont contre les nouvelles règles plus sélectives et restrictives du régime d'assurance-chômage

Il n'y a pas que la SNCF. Les intermittents du spectacle se préparent aussi à une nouvelle journée de grèves lundi. Et ce,  pour obtenir du gouvernement qu'il ne donne pas son feu vert aux nouvelles règles rendant plus sélectif et restrictif le régime d'assurance-chômage. Artistes, ouvriers et techniciens du spectacle ont rendez-vous sous les fenêtres du ministère de la Culture à Paris pour un grand rassemblement prévu à 14H30. La CGT appelle à amplifier les arrêts de travail tout au long de la journée. Les marionnettistes des "Guignols de l'Info" seront notamment en grève et ne participeront pas à l'émission du soir sur Canal Plus.

A Montpellier, le Printemps de Comédiens, premier festival affecté depuis son ouverture le 3 juin, la grève a été reconduite pour participer à la journée d'action. A Toulouse, le festival de musiques du monde Rio Loco s'est achevé dimanche après une édition fortement perturbée, où les intermittents ont bloqué des spectacles et imposé la gratuité sur d'autres. Samedi, 300 salariés du festival d'art lyrique d'Aix-En-Provence ont manifesté dans les rues de la ville pour sensibiliser le public.

Le personnel du premier festival d'opéra de France, tout comme celui du "in d'Avignon" menacent de faire grève dès l'ouverture de ces deux manifestations - respectivement les 2 et 4 juillet - si le gouvernement donne son agrément à la nouvelle convention d'assurance-chômage.

Accord de trois synndicats

Le texte incriminé, issu d'un accord signé le 22 mars par le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC et FO), prévoit notamment un durcissement des conditions d'indemnisation des intermittents du spectacle, jugé souvent trop généreux et onéreux. "Le gouvernement donnera évidemment son agrément à l'ensemble de la réforme pour apporter davantage de sécurité à l'ensemble des chômeurs", mais des "avancées sont possibles", a estimé dimanche le ministre du Budget Michel Sapin. Sa collègue de la Culture, Aurélie Filippetti a, elle, appelé les partenaires sociaux à prendre leurs "responsabilités" et souhaité "remettre tout le monde autour de la table".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2014 à 10:34 :
Pourquoi ne pas financer le régime des intermittents du spectacle par une intégration des oeures d'art dans l'assiette de l'ISF? L'art financerait l'art et tout le monde serait content?
a écrit le 20/06/2014 à 15:07 :
vu le niveau des commentaires , l'exception cultrele semble avoir disparu depuis longtemps
a écrit le 17/06/2014 à 14:05 :
Bonjour,

je voudrais réagir à la gréve des intermittents du spectacle.

Leur régime d'indemnisation est racroché au la caisse chomage financée par les salariés du privés.
Comme moyen de solidarité nationale il y n'y a pas plus injuste, si on veux garder les intermitents du spectacles faisont en sorte que tout le monde paye: privé et public

Car les ouviers qui cotisent à la caisse chomage n'ont pas les moyens de se payer un spectacle et on leur prend de l'argent pour les intermitents alors que les gens du public comme les enseignants vont voir les spectacles et ne cotisent à rien.

Si on veut garder cette spécificité bien francaise, que tout le monde cotise.

Je viens du privé, je n'ai pris qu'un seul jour de chomage en 40 ans et on me demande de cotiser pour des intermitanbts tels que les guignols de l'info payer hors de prix, qui aiment dénoncer les injustices mais par contre ne dénoncent pas canal+ qui abuse du systéme.

J'espére que ce point de vu fera avancer le smiblic.

Cordialement

Michel
Réponse de le 20/06/2014 à 18:23 :
Tout à fait d'accord avec vous , leur régime d'indemnisation est fondé sur une grosse arnaque faite au détriment des petits salariés du privé. Le comble , c'est que la CGT défend ce système .... Pas étonnant que monte le vote FN après ça !!!
a écrit le 16/06/2014 à 16:54 :
Vive les séries américaines que je ne paie pas avec mes impôts !!!
a écrit le 16/06/2014 à 11:09 :
Prions pour que Benzema ne se mette pas en grève !
a écrit le 16/06/2014 à 10:42 :
Je propose que l'on supprime les SUBVENTIONS AUX SYNDICATS et qu'ils apprenent à gèrer eux même leurs budget de gestion on verra bien leurs COMPETENCES????
a écrit le 16/06/2014 à 10:06 :
Faites donc un an de greve ! Cela permettra peut-être de rafermir le cerveau d'une partie de la France ... et puis ... s'il sont en greve pas de spectacle donc pas de subventions = pas de sous à débourser et encore plus ça fera des temps libres pour que qq vrais artistes se produisent
Allez courage ! Bonnes greves +++++++
Réponse de le 16/06/2014 à 12:33 :
Et qui sont-ils les VRAIS artistes? Vous avez l'air de le savoir alors dites-en plus, merci.
a écrit le 16/06/2014 à 10:01 :
La culture française je m'en tape complètement. Une idée, restez en grève définitivement et embarquez dans votre galère votre ministre de tutelle qui est aussi nulle que vous. Vous aurez ainsi un paquet cadeau complet.
Réponse de le 16/06/2014 à 12:25 :
Ministre de tutelle aussi NUL:masculin/ je corrige la faute d'orthographe.
Mais j'aimerais savoir: qu'est-ce qui vous rend si haineux envers les intermittents?
a écrit le 16/06/2014 à 9:44 :
égales droits égaux, un point c'est tout. Si les intermittents veulent plus de droits, ils se les payent eux mêmes et ils arrêtent de nous faire les poches !
a écrit le 16/06/2014 à 9:34 :
Une fois de plus on constate qu'il y a 2 France, celle des privilégiés et les autres.
Les intermittents doivent accepter d'être traités comme les autres travailleurs Français.
Comment peut on continuer à accepter un système qui est devenu un gouffre financier au nom de l'exception culturelle, alors que le pays traverse une crise sans précédent ?
a écrit le 16/06/2014 à 9:31 :
Une fois de plus on constate qu'il y a 2 France, celle des privilégiés et les autres.
Les intermittents doivent accepter d'être traités comme les autres travailleurs Français.
Comment peut on continuer à accepter un système qui est devenu un gouffre financier au nom de l'exception culturelle, alors que le pays traverse une crise sans précédent ?
Réponse de le 16/06/2014 à 12:20 :
Désolée de vous le dire, mais vous vous trompez de cible. Les privilégiés? vous êtes sûrs de parler des intermittents?
Avant de parler, on se renseigne.
a écrit le 16/06/2014 à 9:23 :
Espérons que, pour une fois, le gvt fasse preuve de courage politique.
a écrit le 16/06/2014 à 8:38 :
s'ils sont auusi forts qu'ils le disent alors ils doivent etre capables de vivre de leur metier sans faire la manche aupres du contribuable .
Réponse de le 16/06/2014 à 12:34 :
Et vous? vous travailleriez sans être payé?
Réponse de le 16/06/2014 à 12:43 :
Savez-vous que ça arrange les grandes entreprises comme france2 d'embaucher des techniciens intermittents plutôt qu' en CDI??? Bizarre hein? et oui, il y a des choses qui vous échappent.
a écrit le 16/06/2014 à 8:34 :
les intermittents en gréve font ils valoir leurs droits à l'assurance chômage ?
Réponse de le 16/06/2014 à 11:39 :
Biensur ,qu'ils sont chômeurs !!!sinon comment expliquer la multiplication des ces gens en 10 ans??
Si vous n'êtes pas agent de l'Etat,devenez intermittent,ainsi la courbe chômage baisse,et baise le contribuable.
a écrit le 16/06/2014 à 6:10 :
La propagande impute aux intermittents de profiter du système alors que ce sont certains employeurs (télé, radios, sociétés de production) qui pervertissent le système et dont on ne parle pas. N'oublions pas que beaucoup de monde souhaiterai voir sombrer notre exception culturelle en France et en Europe (voire plus loin).
Et puis ça ne gêne personne de voir les sommes énormes versées sur les deniers publiques au foot ni les 1% de nos factures d'EDF et de gaz aller aux CE de ces mêmes entreprises.
Réponse de le 16/06/2014 à 7:14 :
Ce n'est pas de la propagande mais de l'information.
Ce ne sont pas les employeurs qui font grèves et il faut arrêter de vous prendre pour le nombril du monde cette sois-disante exception culturelle que le monde entier nous envierait !
Qu'il y ait plein d'autres gabegies en France ne justifie pas que cela continue, enfin rassurez vous, Michel Sapin a dit qu'il y aurait des aménagements, le gouvernement s'apprête encore une fois à baisser sa culotte.
Réponse de le 16/06/2014 à 8:39 :
"Ce n'est pas de la propagande mais de l'information."

--> de l'information ?
Moi je trouve que cette fameuse "information" est de plus en plus sélective, et oublie bien entendu de ressasser les causes de cette crise, qui n'a pas était déclenché par les intermittent, ni par les travailleurs, ni par les retraités, ni par le peuple dans son ensemble...alors que ce sont les premiers a payer les pots cassés.
Réponse de le 16/06/2014 à 8:58 :
le problème n'est pas les intermittents mais leur niveau de rémunération qui les plonge 6 mois dans l'année a poil emploi , alors que les donneurs d'ordres eux se font de l'argent et meme plus que grassement comme un présentateur vedette qui s'exile lui aussi en millions d'euro ailleurs qu'en france , nombre d'artistes reconnus qui furent plus rétribués que des intermittents et des sociétés qui se font du cash sur le dos de ces intermittents là est le scandale qui ne devrait pas exister ..
a écrit le 15/06/2014 à 18:52 :
La SNCF est en grève.
Prendre le vélo pour manifester.
a écrit le 15/06/2014 à 18:47 :
Pas de guignols de l'info ... je rêve!.
Tous en grèves camarades!
a écrit le 15/06/2014 à 18:30 :
qu'ils y restent , on verra moins de conneries !
Réponse de le 16/06/2014 à 12:36 :
Et si vous vous reteniez, on en lirait moins aussi! !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :