La justice suspend de nouveau le chantier de la Samaritaine

 |  | 316 mots
Lecture 2 min.
Le chantier de la Samaritaine et sa façade dissonante de nouveau arrêté par la justice
Le chantier de la Samaritaine et sa façade "dissonante" de nouveau arrêté par la justice (Crédits : LVMH)
La cour administrative d’appel de Paris a décidé, lundi 5 janvier, de stopper de nouveau les travaux de rénovation de la Samaritaine, confirmant l’annulation du permis de construire.

C'est un nouveau coup de théâtre qui vient de s'abattre dans le dossier de la Samaritaine. La justice a décidé, ce lundi 5 janvier, de bloquer les travaux de rénovation, qui avait brièvement repris depuis mi-octobre. La cause ? L'architecture extérieure du nouveau bâtiment prévu dans le projet « ne répond pas à l'obligation d'insertion de la construction projetée dans le tissu urbain environnant », selon les dispositions du plan local d'urbanisme de Paris, a considéré dans son arrêt la cour administrative d'appel réuni en formation plénière. Cette décision intervient près de trois mois après que la cour administrative d'appel a autorisé la reprise des travaux dans l'attente d'un jugement sur le fond.

La façade ondulante en verre « dissonante »

Plusieurs fois mis en sursis par des décisions de justice, les travaux avaient brièvement repris depuis la mi-octobre, à la faveur de la suspension des effets du jugement prononcé par le tribunal administratif de Paris le 13 mai 2014. A cette période, le tribunal administratif avait estimé que la juxtaposition du nouveau bâtiment prévu par LVMH, le propriétaire du lieu, à savoir sa façade ondulante réalisée en verre et d'immeubles parisiens traditionnels en pierre, apparaissaient « dissonante ». Ce rideau de verre viendrait dégrader un ensemble considéré comme le « prototype architectural » du Paris haussmannien, selon la Commission du Vieux Paris.

Fermée depuis 2005, la Samaritaine fait l'objet d'une rénovation majeure prévoyant la création d'un nouvel espace comprenant des commerces, un hôtel de luxe, des bureaux, une centaine de logements sociaux et une crèche. Le projet de LVMH implique notamment l'investissement d'environ 460 millions d'euros. La Ville de Paris maintient sa position en faveur du projet et va déposer un pourvoi en cassation devant le Conseil d'Etat. L'objectif ? Que les travaux puissent arriver à leur terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2015 à 11:50 :
On peut faire un immeuble de luxe sans défigurer la façade!
a écrit le 06/01/2015 à 11:44 :
He oui Monsieur Arnaud a toujours cette habitude exhibitionniste de dévoiler son ego démesuré par sa provocation perverse de faire construire des bâtiments qui heurtent le paysage, comme la citadelle du bois de Boulogne, et maintenant en détruisant l'harmonie des bâtiments de la capitale..
a écrit le 06/01/2015 à 10:28 :
Ce n'est pas bien grave si un voile de verre vient se coller devant la façade, dans 50 ans il ne sera plus là, par la corrosion (l'armature) mais l'immeuble lui sera toujours présent.
a écrit le 06/01/2015 à 9:55 :
On ne sait plus s'il faut en rire ou en pleurer ,mais il est certain que cela fait rire les etrangers qui voient dans notre pays un dictat de dinosaures .
Réponse de le 06/01/2015 à 19:35 :
Pure fantasme
a écrit le 06/01/2015 à 4:09 :
haussman a son epoque a du etre dissonnant!
Réponse de le 07/01/2015 à 0:15 :
Oui, mais on faisait un grand ensemble de style nouveau.
a écrit le 05/01/2015 à 18:54 :
C'est vraiment lamentable

L'insécurité juridique est devenu incroyable
On ne peux plus rien faire
Pinault est parti faire son muse à Venise tous les chantiers importants sont contesté pendant 10 ans au moins

Comptez pas sur flambi pour simplifier il ajoute des lois tordues chaque jour
a écrit le 05/01/2015 à 18:23 :
Et la pyramide du Louvre, fait du prince,, pas si loin que ça et au milieu d'un ensemble harmonieux unique, elle n'était pas légèrement "dissonante " ?
Réponse de le 05/01/2015 à 22:26 :
Oui mais largement amovible, pas le cas des travaux de la Samaritaine qui sont irréversibles...
a écrit le 05/01/2015 à 17:52 :
Aujourd'hui un Haussmann ne pourrait pas transformer Paris et un Eiffel ne jamais construire sa tour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :