La grippe A profite à bioMérieux

Malgré un contexte économique difficile, le groupe de diagnostic in vitro a vu ses ventes progresser sur un an. Le virus H1N1 étant l'une des explications.

Avec 590 millions d'euros de chiffre d'affaires au premier semestre, bioMérieux voit ses ventes monter de 11,6% par rapport à l'an dernier. Le groupe, qui commercialise des produits et services pour les laboratoires, a connu un deuxième trimestre encourageant. Pour cette seule période, les ventes atteignent 303,5 millions d'euros, soit un progression de 5,7% à devises et périmètre constants.

Pour le premier semestre, les ventes ont bondi de 17,7% en Amérique Latine. Au Mexique, le virus H1N1(grippe A) a fait augmenter les ventes de 24,4%. Les achats du pays se sont principalement portés sur le test Vidas, une technologie de microbiologie qui permet de détecter les virus. L'Asie pacifique (+12,9%) et l'Amérique du Nord (+5,7%) ont multipliés leurs achats de test moléculaire et autres nouvelles technologies de recherche. La plus faible progression est enregistrée en Europe avec une hausse de 3,7%.

"Malgré un environnement financier et économique difficile, notre modèle économique qui repose sur la récurrence des ventes de réactifs et de services, sur la diversification géographique et technologique de l'activité et sur l'innovation a continué de démontrer sa robustesse", se réjouit Stéphane Bancel, le directeur général du groupe, dans le communiqué.

Au regard de ces performances, bioMérieux maintient ses objectifs de croissance des ventes de 5 à 7% pour le reste de l'année. La pandémie de H1N1 devrait jouer en sa faveur. Le groupe annonce un "re-développement de son test moléculaire NucliSENS afin d'y intégrer la nouvelle souche virale H1N1. Des stocks de réactifs d'extraction sont en cours de constitution pour répondre à la demande mondiale, l'extraction des acides nucléiques du virus de la grippe étant la première étape d'un test de diagnostic moléculaire. Les capacités de production de milieux de culture utilisés pour contrôler et commercialiser les vaccins seront adaptées aux besoins supplémentaires des clients de l'industrie pharmaceutique".

Par ailleurs, Bio Mérieux annonce la fermeture d'un site à Toronto au premier trimestre 2010. 74 salariés sont concernés.  

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.