Grippe A : la vaccination dans les collèges et lycées commence

Sur accord parental écrit, les élèves des collèges et lycées pourront se faire vacciner à partir de ce mercredi. Les centres de vaccination, depuis une semaine, sont assaillis.
(Crédits : AFP)

La campagne de vaccination contre la grippe H1N1 dans les collèges et lycées débute ce mercredi. 5,3 millions d'élèves du secondaire pourront, sur la base du volontariat, se faire vacciner jusqu'au 18 décembre. Tous les établissements ne seront pas concernés en même temps, il est donc conseillé aux parents de se renseigner.

Les vaccinations auront lieu uniquement "sur accord parental" recueilli par écrit. Les parents des élèves mineurs ont donc reçu un "questionnaire préalable à la vaccination" qui demande des précisions sur la santé de l'adolescent et les éventuelles incompatibilités vis-à-vis du vaccin, l'accord ou non des parents, et les observations du médecin (notamment nom de vaccin prescrit). Néanmoins, les parents ne peuvent pas choisir le vaccin alors que les risques sont différents en fonction des laboratoires qui les ont produits.

Pour les écoliers du primaire, la procédure n'est pas la même. Ils se rendront, avec leurs parents, à partir de début décembre, dans les centres de vaccination de proximité.

Concernant le grand public, les centres de vaccination connaissent un véritable engouement après avoir été boudés pendant quelques semaines. Mardi, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot s'est félicitée du "grand succès" de la campagne. "Nous avons multiplié par sept la fréquentation des centres en moins d'une semaine". Elle prévoit même des renforts de personnel pour pallier l'embouteillage des centres de vaccinations et augmenter les horaires d'ouvertures.

Mais alors que les personnes commencent enfin à aller se faire vacciner, le Canada a annoncé que six cas de réactions allergiques violentes ont été enregistrés parmi les personnes vaccinées. Tous ces cas de choc anaphylactique étaient associés à un lot de vaccins Arepanrix (GlaxoSmithKline) contenant 172.000 doses. Néanmoins, toutes ces personnes s'en sont remises. Le taux généralement considéré comme normal est d'un cas d'allergie sur 100.000 vaccins.

Roselyne Bachelot a déclaré que "le vaccin dont il s'agit n'est pas utilisé dans notre pays. (...). Le lot défectueux a été retiré de la circulation immédiatement, ce qui montre l'importance de la traçabilité". Le vaccin de GlaxoSmithKline utilisé en France est le Pandemrix.

Retrouvez notre dossier complet sur la grippe A en cliquant ici.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.