Bettina Laville : "on va vers des ajustements ou une crise sociale d'ampleur"

 |   |  480  mots
Bettina Laville, fondatrice du Comité 21 et avocate chez Landwell PwC, en charge des questions de développement durable, a longtemps été dans la vie publique. Directrice de cabinet du ministre de l'Environnement, Brice Lalonde, elle fut conseillère de l'Élysée pour les questions environnementales sous François Mitterrand, et coordonna la position de la France dans les négociations de Kyoto sur le climat.

Bettina Laville, vous êtes fondatrice du Comité 21 et avocate chez Landwell PwC. « Le monde ne sera jamais plus comme avant », a-t-on beaucoup entendu. Partagez- vous ce diagnostic ?

Oui, mais la crise financière a été une des illustrations du basculement du monde qui a commencé à la fin du XXe siècle. Après le 11 septembre 2001 et le cyclone Katrina d'août 2005, rien ne sera effectivement plus jamais comme avant. Tous ces événements ont révélé l'ébranlement du système américain, et d'un certain capitalisme monétaire et financier, dont les États- Unis ont du mal à se remettre. La crise de confiance dans la finance a aussi été une crise de confiance dans tout ce que représentait le modèle américain. Seulement, ce qui me frappe, c'est qu'à partir du moment où les états sont intervenus en sauveurs du monde, la vertu pédagogique de la panique semble s'être volatilisée. Comme si la crise n'avait pas été assez longue pour véritablement porter. Quant aux pays émergents, vont-ils accepter de se plier aux nouvelles règles de la finance au moment où ils sont en train d'accéder à la richesse ?

L'épuisement des ressources naturelles et l'explosion des prix des matières premières en 2007-2008, font-ils, eux aussi, partie de la grande crise de fin de siècle que vous avez évoquée ?

Il est clair que toutes les crises sont mêlées. Il y a une démesure dans l'utilisation non maîtrisée des ressources, au moment même où elles deviennent rares. Et ce d'autant que les populations les plus nombreuses veulent à leur tour accéder aux modes de consommation des pays riches. Mais cette crise de la démesure a aussi généré une crise du sens : les individus eux-mêmes se trouvent de plus en plus écartelés entre des aspirations à certaines valeurs, comme par exemple des valeurs de décrochement qu'ils jugent nobles, et les exigences de rendement auxquels ils se soumettent dans leur travail, et ce avec une mobilité et une souplesse accrue, pour assurer leur train de vie. De cette schizophrénie naît un nouveau sentiment d'aliénation.

Comment voyez-vous cette tension se résoudre dans le « monde d'après » ?

Soit par des ajustements au sein même du capitalisme, qui verraient les acteurs intégrer progressivement les normes de responsabilité sociale et environnementale. Soit, on ira tout droit vers une crise beaucoup plus grave, une crise sociale de grande ampleur, dont celle que nous connaissons aujourd'hui n'est qu'une répétition générale. Et avec la mondialisation, c'est-à-dire l'instantanéité des mouvements de même nature dans le monde, ce serait dévastateur. Une seule chose est sûre : les effets de la crise ne se sont pas faits tous sentir, et les grands changements sont en marche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2012 à 19:02 :
Avec un tiers des américains sous le seuil de pauvreté et 10% de déficit, il est certain que la situation est critique pour cette société. Quand à l'Europe, elle n'est pas en meilleur Etat, nous avons une génération purement et simplement exclue, voila qui appelle à une verte critique d'un système mauvais, proprement inhumain pour les salariés. Si le but d'une société c'est de détruire les individus, c'est une réussite.
a écrit le 25/02/2010 à 9:03 :
les grands changements a venir c'est surtout la desillusion du travail et de la reussite sociale , ce monde vu a travers le progres technique et les benefices incroyables de ces compagnies entraine moins d'emplois , hors la population mondiale croit toujours , si le monde capitaliste n'offre plus de reves il deviendra un monde violent et aux etats impuissants et depassés là est le grand danger qui nous guette autant par les urnes que par le papier monnaie , si on a plus confiance ni en l'un ni en l'autre que deviennent les individus laissés a la detresse ?
a écrit le 27/10/2009 à 6:00 :
De quels grands changements parle - t - on ? On est clairement en train de repartir sur les mêmes bases .

Quelques jeteurs de poudre de perlimpinpin comme barack obama sont chargé de nous faire passer la pilule , en attendant que la triste réalité de ce monde sans foi ni loi , ne faisant que peu de cas de la dignité humaine , nous saute à nouveau au visage .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :