Le pétrole recule dans le sillage de l'euro, le cours pourrait tomber à 50 dollars selon Merrill Lynch

Le baril de brut ont nettement reculé ce jeudi alors que l'euro a touché son plus bas niveau depuis un an. Par ailleurs, Merrill Lynch estime que les cours pourraient tomber à 50 dollars l'an prochain, en cas de récession mondiale.

2 mn

Le repli du prix du brut est alimenté par la baisse de l'euro face au dollar. La monnaie européenne est repassée temporairement sous la barre de 1,38 dollar, à 1,3748 dollar, son plus bas niveau depuis septembre 2007.

Les cours du pétrole poursuivent leur repli ce jeudi, dans le sillage de l'euro qui a touché son plus bas niveau depuis un an. A la clôture du New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" perdait 4,56 dollars, à 93,97 dollars. Sur l'Intercontinental Exchange, le Brent de la mer du nord reculait de 4,79 dollars, à 90,54 dollars le baril.

Le repli du prix du brut est alimenté par la baisse de l'euro face au dollar. La monnaie européenne est repassée temporairement sous la barre de 1,38 dollar, à 1,3748 dollar, son plus bas niveau depuis septembre 2007. Les marchés tablent désormais sur une baisse des taux directeur de la Banque centrale européenne après le nouveau statu quo décidé ce jeudi. Or, l'appréciation du billet vert rend les matières premières, libellées en dollars, moins attractives pour les investisseurs.

Par ailleurs, les inquiétudes sur le niveau de la demande mondiale restent élevées au lendemain de la publication des indices d'activité du secteur manufacturier américain et européen, faisant étant d'une importante contraction de l'activité industrielle des deux côtés de l'Atlantique, la plus forte depuis 2001. Ce jeudi, les statistiques américaines ont confirmé le ralentissement de l'économie américaine avec un repli des commandes industrielles et une forte hausse des inscriptions aux allocations chômage.

Dans ce contexte difficile, Merrill Lynch estime que le prix du baril pourrait tomber à 50 dollars l'an prochain en cas de récession mondiale, en raison d'une dégradation de la demande mondiale plus importante que prévu. "A la suite du ralentissement économique mondial, nous divisons par deux notre estimation de croissance de la demande de pétrole dans le monde pour 2009 à 400.000 barils par jour", explique les analystes. "Si nous devions entrer dans une récession mondiale, ce qui reste pour nous improbable, nous pensons que les prix pourraient chuter à 50 dollars le baril l'année prochaine".

 

2 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 09/10/2009 à 10:32
Signaler
Aucun

à écrit le 09/10/2009 à 6:13
Signaler
quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend... on a raison de penser ce que l'on pense et de ne rien en dire !!!

à écrit le 09/10/2009 à 6:12
Signaler
Foutaise ! Ils n'en savent rien , et comme tous le monde de la finance (traders , spéculateurs ,fonds de pension , fonds souverain , pays producteurs , agence de notation et j'en passe ......) ILS CONTINUENT A SPECULER SUR LA MISERE DU MONDE . Dehors...

à écrit le 09/10/2009 à 6:12
Signaler
Admirable sens de la prévision, comme on le sait. Et qui profite auxquels de leurs copains, cette fois?

à écrit le 08/10/2009 à 15:03
Signaler
Merrill Lynch nous dit que le petrole baissera a 50 dollars avec la recession mais que cette recession est impossible,c'est parler pour ne rien dire.

à écrit le 08/10/2009 à 15:03
Signaler
ce sont les mêmes qui il y a 4 mois prédisaient un cours à 200 dollars. Qui aujourd'hui à une vision fiable de l'Economie mondiale à 3 mois : Personne et en core moins les banques d'affaires américaines et pseudo organismes de prévision gravitant ...

à écrit le 08/10/2009 à 15:03
Signaler
oh moi qui croyait que le petrole augmentait a cause des ouragans et sabotages au Nigeria ? On nous aurait menti a l'issu de notre plein gre ?

à écrit le 08/10/2009 à 13:54
Signaler
parler est devenu l'art de tout le monde; alors que jadis et je parle de mon pays qui n'est pas Nordique mais plus tôt tiers mondiste, étais un privilège des sages de la nation ! c'est un peu "généraliste" ce que je dit, mais c'est quand même mieux q...

à écrit le 08/10/2009 à 13:54
Signaler
face à la crise les réformes structurelles et financières vont s'accentuer, les réorientations vers une économie mois pétrole et un assainissement douloureux des finances, ainsi que de nouvelles régles..d'ici 2012, la situation économique sera redeve...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.