Pétrole : l'Opep va se réunir en urgence face à la chute des prix

 |   |  251  mots
Les pays de l'Opep ont décidé de tenir une réunion extraordinaire le 18 novembre prochain pour "discuter de la crise financière mondiale" et de son "impact sur le marché pétrolier". Le cartel souhaite réagir rapidement face à la dégringolade des cours du pétrole. Ce jeudi, le baril de WTI a chuté de plus de 2 dollars à New York, autour des 86 dollars.

Alors que les cours du pétrole dégringolent,  l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé ce jeudi de tenir une réunion extraordinaire à Vienne le 18 novembre prochain, qui intervient un mois avant celle prévue le 17 décembre à Oran (Algérie). Objectif : "discuter de la crise financière mondiale" et de son "impact sur le marché pétrolier".

Dans un communiqué, le secrétariat général du cartel explique que "l'Organisation s'inquiète de la détérioration des conditions économiques", qui pourrait être "contagieuse". "Les problèmes de la crise des crédits immobiliers à risque qui ont été observés depuis longtemps ont créé une onde de choc dans les institutions financières, provoquant de vastes pertes et renforçant les tensions sur le crédit, ce qui a débouché sur une crise financière profonde", ajoute-t-il.

Plus tôt ce jeudi, le ministre libyen du pétrole a estimé que "les pays producteurs doivent défendre leur intérêt",  préconisant de fait "une réduction de la production pour faire face à la baisse des revenus". 
 
Il faut dire que les prix du brut ont chuté de 45% depuis leur record de 147,50 dollars à la mi-juillet pour s'approcher du seuil de 80 dollars le baril. Ce jeudi, le baril de WTI a encore chuté à son plus bas niveau depuis onze mois. Il clôture en baisse de 2,36 dollars à New-York à 86,59 dollars. Le baril de Brent s'échange, lui, autour des 82 dollars sur le marché londonien.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voilà les rats reviennent, dés que le prix baisse, ils baissent leurs production, c'est bien des cons !!! L'économie va mal et ils pensent à leur bourses, vivement les voitures sans pétroles qu'ils retournent jouer avec leur sable et leur bac en plastiques
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et bientôt il n'auront plus de pognon pour financer les terroristes et les tours de béton du golfe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment peut-on ecrire des commentaires aussi ineptes? Comment peut-on les publier malgre leur racisme ouvert?
Ohe! il y a quelqu'un a la redaction du journal?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et nos rats à nous qu'en faisons nous ? Le pétrole passe de 147.50 à 82 et à la pompe ca ne descend pas... Alors si tous ensemble nous refusions de payer nos impôts.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nous avons vu quand le prix du pétrole a augmenté tout le monde commence à pleurer, et demander à ces gens d'augmenter la production et maintenant vous les insultez!! j'espere qu'ils vous coupent les robinés pendant un petit moment comme ça vous apprenez le respect.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On en parlera avec un baril à 500 dollars fini la baguette et 206
Retour au moyen âge . Eux au moins ils ont des milliards en réserve
Et vous ils vous restent que la parlotte à 2 balles . God bless votre
Capitalisme
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Réponse à Persan
La politique de modération du site latribune.fr est a minima. Nous nous abstenons simplement de publier tout commentaire à caractère diffamatoire ou raciste. Vous avez raison, le commentaire sur les "rats" que nous avons interprété comme "les rats quittent le navire" peut être considéré comme raciste. C'est une erreur de notre part de l'avoir publié et nous prions l'ensemble de nos lecteurs de nous en excuser. Nous continuerons à privilégier la liberté d'expression tout en faisant preuve de vigilance.
Olivier Provost, rédacteur en chef de latribune.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :