Le pétrole poursuit son rebond

 |   |  280  mots
Dans les échanges en Asie, le brut gagne un peu plus de 2 dollars à 83,21 dollars.

 Les cours du brut poursuivent leur mouvement à la hausse ce mardi dans les échanges électroniques en Asie, après les interventions massives des gouvernements pour faire face à la crise financière.


Dans les échanges matinaux, le prix du baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre gagne 2,02 dollars à 83,21 dollars le baril, après avoir clôturé mardi à 81,19 dollars après un net rebond. Le baril de pétrole Brent pour livraison en novembre progresse de 1,51 dollar à 78,97 dollars, contre 77,46 dollars à la clôture lundi.  Vendredi, le baril de pétrole à New York avait perdu presque 9 dollars pour tomber à son plus bas niveau depuis octobre 2007, à 77,70 dollars, bien loin de ses records atteints en juillet, alors à plus de 147 dollars.


"C'est un réexamen de la valeur du pétrole, au vu de sa chute aussi forte et aussi rapide", a estimé John Kilduff, analyste chez MF Global, cité par l'Agence France Presse (AFP).  De son côté, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pourrait riposter lors de sa réunion à Vienne le 18 novembre. Les membres durs du cartel comme l'Iran ont déjà clairement appelé à une baisse de la production pour défendre les prix et rééquilibrer le marché.

Les interrogations sur le juste prix du pétrole sont grandes, la principale inquiétude venant du niveau de la demande dans un contexte de crise économique. La banque Goldman Sachs, pourtant connue pour ses prophéties très haussières, a abaissé sa prévision de prix à 70 dollars le baril pour la fin de l'année (contre 115 dollars dans ses précédentes estimations) et prévenu qu'un baril à 50 dollars était une possibilité si la crise financière s'aggravait.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ras
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Après une prévision à 200 $ le baril pour début 2009, on révise les chiffres pour 50 $ le baril.
Peut-on continuer à croire et à suivre les infos.
Amedeo
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
peut importe les previsions car sur le reel aucune baisse a la pompe.que faites vous messieurs les journalistes pour ne pas denoncer ce vol de pouvoir d'achat?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :