Les technologies vertes en manque de financements

 |   |  569  mots
Comment financer la révolution climatique à l'heure de la crise économique? Loin d'être résolue, la question a notamment fait l'objet de discussions lors d'une conférence organisée par la Présidence française, le 28 octobre.

La crise ne doit pas empêcher l'Europe d'avancer dans la lutte contre le changement climatique. Que ce soit Nicolas Sarkozy, le commissaire à la recherche Janecz Potocznik, le président de GDF SUEZ, Gérard Mestrallet, celui d'Alstom, Patrick Kron ou encore les ONG environnementales, tous ont le même mot à la bouche.

La Présidence française a promis un compromis sur le paquet climat avant fin 2008. Tandis que 10 instituts européens ont conclu le 28 octobre une alliance (EERA - l'Alliance européenne pour la recherche dans le domaine de l'énergie) pour rendre plus efficace la recherche dans les technologies permettant de lutter contre le changement climatique

Un rapport du Conseil européen de l'énergie renouvelable associé à Greenpeace indique que l'investissement dans les technologies vertes à été de 148 milliards de dollars en 2007. Des chiffres similaires sont en outre attendus pour 2008.

Mais la récession économique, la chute du prix du baril de pétrole à 63 dollars et la tonne de CO2 qui s'échange à 19 euros dans le cadre du système européen d'échange de quotas d'émission (ETS) pourraient peser sur l'investissement des Etats membres de l'UE dans les technologies vertes.

Notamment du côté des nouveaux entrants dans le système ETS. Ces derniers étant susceptibles de préférer acheter des permis d'émissions plutôt que d'investir dans des technologies vertes. Selon différentes analystes, la tonne de CO2 doit s'échanger à 25 euros minimum pour que les progrès dans le domaine de l'efficacité énergétique soient profitables à long terme.

En outre, la question du financement de la recherche dans les nouvelles technologies de lutte contre le changement climatique est loin d'être claire. Réunis à Paris à l'occasion d'une manifestation organisée par la Présidence française de l'UE le 28 octobre, industriels et représentants institutionnels ont tous plaidé pour un renforcement de ces technologies. Mais peu de précisions sur les financements.

La Commission européenne devrait présenter début 2009 une communication visant à éclaircir le financement du plan stratégique européen sur les technologies énergétiques (SET Plan).

Les partenariats publics privés (PPP) sont notamment plébiscités par l'exécutif européen, mais impossible de savoir aujourd'hui combien les Etats membres sont prêts à investir dans ce domaine. Quant aux industriels présents, ils ont tous plaidé pour un soutien public fort à la recherche et développement dans les technologies vertes. Pas question pour eux de financer seuls la révolution technologique.

Autre source de financement évoquée, les allocations du nouveau système de quotas d'émissions de CO2. Mais la « pré-allocation » de l'argent public récolté grâce à ce système est aujourd'hui très mal vue par les Etats qui veulent pouvoir bénéficier de cet argent à leur guise. Quant à la réorientation d'une partie des fonds structurels, elle semble encore au stade de l'idée.

Seul le président de la Banque européenne d'investissement (BEI), Philippe Meystadt, a donné quelques indications concrètes sur son plan d'action dans ce domaine. Au-delà de l'accompagnement du financement du plan SET, la BEI compte mettre en place un guichet unique pour financer les énergies durables, créer un groupe d'expert afin de coordonner le soutien aux investissements nationaux et soutenir les technologies faiblement émettrice de CO2 dans le domaine des transports, notamment en aidant les entreprises qui développent de nouveaux prototypes industriels.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand allons-nous toucher concrètement les résultats du Protocole de Kyoto ou ceux du Rapport F4 ? Si les gouvernements n'y arrivent pas il faut au moins sensibiliser le public aux économies d'énergie cela ne coûte rien nous en avons l'expérience.
Groupe d'Etude des Energies du Futur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :