La Fed abaisse fortement ses prévisions de croissance pour 2009, une récession possible

 |   |  393  mots
La Réserve fédérale a très nettement revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l'économie américaine en 2009 et n'exclut pas une contraction de l'activité.

Et si le Produit intérieur brut (PIB) américain se contractait l'année prochaine? La Réserve fédérale n'exclut en tout cas pas cette éventualité.  Mercredi, la banque centrale américaine a très nettement revu à la baisse ses prévisions de croissance de l'activité économique pour 2009. Elle table désormais sur une croissance comprise entre -0,2% et 1,1%, contre une précédente fourchette, publiée en juillet, allant de 2 à 2,8%.

Pour l'année en cours, la Fed ne table plus que sur une croissance comprise entre 0,0 et 0,3%. Sa fourchette précédente allait de 1% à 1,6%. La reprise ne devrait intervenir qu'en 2010. Les banquiers centraux s'attendent à une croissance allant de 2,3% à 3,2% cette année-là.

La croissance de 2009 "devrait être freinée par la persistance de tensions sur les marchés du crédit et les ajustements en cours dans le secteur du logement de même que par la faiblesse du noyau dur des dépenses des ménages et les investissements des entreprises", détaille le compte-rendu de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), qui a eu lieu le 28 et 29 octobre dernier et lors de laquelle les banquiers centraux américains avaient opté pour une baisse de 50 points de base de leur taux directeur, la deuxième baisse depuis l'aggravation de la crise financière fin septembre.

Sur le front du chômage, dont les chiffres et ses répercussions sur la consommation inquiètent au plus haut point les investisseurs de Wall Street, la Fed s'attend à ce qu'ils atteignent entre 7,1 et 7,6% l'an prochain, ce qui porterait le taux de chômage au plus haut depuis septembre 1992. En octobre, ce dernier  s'élevait à 6,5% de la population active, son plus haut niveau depuis quatorze ans.

Enfin, l'inflation devrait s'établir à des niveaux "proches ou légèrement" en dessous de ce que la Fed considère comme "conforme à son double objectif de stabilité des prix et d'emploi maximal" à l'horizon de 2011. Pour 2009, elle prévoit une hausse des prix à la consommation comprise entre 1,3 et 2%. Les marchés s'inquiètent pour leur part des menaces de déflation qui pèsent sur l?économie américaine. En octobre, les prix à la consommation ont ainsi chuté de 1%, la plus forte baisse mensuelle jamais enregistrée depuis la création de cette série statistique en février 1947.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :