Les cours du pétrole reculent encore, au plus bas depuis février 2005

 |   |  330  mots
Les cours du pétrole continuent de baisser ce jeudi dans les échanges électroniques en Asie, tombant sous les 46 dollars, des niveaux plus atteints depuis février 2005, sur un marché dominé par les inquiétudes d'une baisse de la consommation.

Rien ne semble en mesure de pouvoir enrayer la baisse des cours du pétrole. Pas même un recul inattendu des stocks américains en produits pétroliers, qui ont baissé la semaine dernière, pour la première fois depuis plus de deux mois. Un repli surprise alors que les marchés tablaient sur une dixième semaine consécutive de hausse.

Les cours du pétrole continuent donc de baisser ce jeudi dans les échanges électroniques en Asie, tombant sous les 46 dollars, des niveaux plus atteints depuis des années, sur un marché dominé par les inquiétudes d'une baisse de la consommation. Dans les échanges matinaux, le baril de "light sweet crude" pour livraison en janvier perd 82 cents à 45,97 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord cède, quant à lui, 99 cents à 44,45 dollars.

La veille, le baril de "light sweet crude", coté sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), est tombé à son plus bas niveau depuis février 2005, touchant 46,26 dollars en séance avant de clôturer en baisse de 17 cents à 46,79 dollars. Sur l'Intercontinental Exchange, le Brent de la mer du nord est resté stable à 45,44 dollars, après être tombé jusqu'à 44,87 dollars en séance. Depuis les records atteints le 11 juillet à plus de 147 dollars le baril, les cours ont perdu plus 100 dollars.

Pourtant, les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé de 400.000 barils la semaine dernière, à 320,4 millions de barils. Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires escomptaient une hausse de 1,4 million de barils. Les stocks d'essence ont baissé de 1,6 million de barils, à 198,9 millions, contre une hausse attendue de 700.000 barils par les marchés.

Enfin, les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont décliné de 1,7 million de barils à 125,0 millions. Les analystes prévoyaient un statu quo pour ces stocks de plus en plus suivis alors que le froid s'installe aux Etats-Unis, ce qui se traduit par une augmentation de la demande en fioul de chauffage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
eh bien oui les vaches à lait :c'est nous ceux qui bossent,pendant que certains se prélassent au soleil, allez les gars, commencez à graissez vos fusils, la bataille semble iminante!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
merci pour les fautes d'orthographe, La Tribune...

"escompté" au lieu de "'escomptaient", c'est du propre.
Sinon, oui, on nous prend pour des abrutis. Des milliards accordés aux banques qui sont distribués en bonus aux dirigeants, le baril qui chute sans aucune conséquence à la pompe, des manipulations flagrantes des marchés alors que tous les indices sont au rouge... On est pas bien, là, les mecs, je vous le dis...

Demain tous à la rue, nos dirigeants n'ont qu'à bien se tenir, il vont ramasser. A bon entendeur...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et pourquoi ca ne baisse pas plus à la pompe ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi être surpris puisque de toute façon aucun spécialiste dans aucun domaine ne sait et ne prévoit ce qui va se passer. tout au plus ils peuvent expliquer après coup le pourquoi. la crise actuelle en est un excellent exemple. définition de l'expert : " c'est une personne qui connait beaucoup de choses sur un nombre restreint de sujet, et qui, plus elle est experte plus elle connait de choses sur un nombre restreint de sujets et elle finit donc par tout savoir sur rien "
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comme toujours on nous fait croire n'importe quoi les pigeons c'est nous.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A cause des Taxes, en partie. Elles ont pour effet de limiter les variations des cours à la pompe, puisque la baisse du cours n'équivaut pas à une baisse du litre, mais seulement à une baisse de la part dans le prix du litre, qui revient effectivement aux majors. Les taxes ne varient que peu et le prix aussi. Cependant, cela n'explique pas entièrement l'effet cliquet. Les entreprises pétrolières rechignent à ajuster leur prix, elles sont là pour faire des sousous. Dans le pays où j'habite (le Panama), le prix à la pompe a baissé de 40% en un mois cependant. A noter tout de même que le prix à la pompe avait moins augmenté en pourcent que le barril. A bientôt, Olivier
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il faudraut que tu retournes à l'école kem!!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi la baisse est pas aussi flagrante à la pompe??
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
à quand la baisse du gaz???
l'indexation sur le prix du pétrole , c'est du pipeau !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Et pourquoi ça ne baisse pas plus à la pompe ?"

Lol !!!
Parce que la soi-disant concurrence n'existe pas !!!

Tout est manipulé en vue d'un seul objectif : le gouvernement mondial, le nouvel ordre mondial... bref, le délire de l'empire mondial quoi.

Comment ? en rendant les gens complètement dépendants du système. Par exemple en concentrant la population dans des villes, en cultivant les OGM dans les campagnes, en trafiquant, par l'intermédiaire du système financier inventé de toutes pièces, qui ne repose sur rien et qui est manipulé par quelques grands groupes (donc quelques actionnaires), les cours des produits (les paysans sont maintenant complètement dépendants du système eux aussi).

On sait comment finissent tous les empires, et celui là, il ne durera pas aussi longtemps que l'empire romain.

N'oubliez pas la Bonne Nouvelle dans tout ça.

Voili voilou... Bon courage à tous.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ne croyez pas que le monde est si simple, plein de phénomens complexe s'influencent mutuellement.
Concernant le prix de l'essence à la pompe, une des principale raison que vous avez oublié est que l'on paye le baril en $ et que l'? baisse par rapport au $, ce qui augmente le coût du baril et limite la répercution de la baisse à la pompe.
Vient s'ajouter en plus les taxes variables.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Message à l'attention de l'administrateur

J'ai posté un message ce matin, il n'apparaît pas.
Merci de faire apparaître ce message, ou au pire, si vous le censurez, merci de faire apparaître ma demande en expliquant pourquoi elle a été rejetée, car je ne vois vraiment pas pourquoi elle le serait.


a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est la lutte finale! Pas celle d'Arlette Laguiller...mais celle de l'Occident riche et arrogant qui va devoir lutter pour sa survie!... Les experts (les ex-perds!)ont toujours tout faux...et nous sopmmes face à nous -mêmes!...Doux Jésus!...Nous allons tout droit dans le POT AU NOIR pour un bon 3 ans!...Attachez vos ceintures!...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ah oui, vraiment l'ouverture de la chasse à ces enfoirés de Banquiers et de tous les hommes et femmes politiques, mois mon fusil est prêt, je n'attend que le signal de l'ouverture, trop c'est trop.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :