Allemagne : le gouvernement se donne jusqu'à janvier pour prendre des mesures face à la crise

 |   |  236  mots
La chancelière allemande, Angela Merkel, a réuni dimanche différents acteurs économiques afin de réfléchir à de possibles mesures pour faire face à la dégradation de la conjoncture économique. La presse d'outre-Rhin évoque un nouveau plan gouvernemental en janvier.

Accusée de tergiverser face à la crise économique, la chancelière allemande Angela Merkel a voulu afficher sa détermination en réunissant dimanche différents experts, chefs d'entreprise et hommes politiques pour discuter des mesures à prendre. Aucune décision concrète n'a été prise, mais un deuxième plan d'aide à la conjoncture semble de plus en plus probable.

Le ministre des finances, Peer Steinbrück, a souligné que tout serait mis en ?uvre pour éviter les licenciements secs dans les entreprises. Jusqu'à maintenant, le marché du travail allemand a plutôt bien résisté au ralentissement économique mondial, mais les premières annonces de chômage technique se sont multipliées ces derniers temps.

En conséquence, les participants de cette réunion seraient tombés d'accord pour augmenter les investissements dans les infrastructures, selon l'homme politique. La presse allemande, elle, va plus loin. Elle table sur un nouveau plan d'aide à la conjoncture présenté en janvier. L'hebdomadaire "Wirtschafts Woche" croit savoir qu'il représenterait au moins 30 milliards d'euros et regrouperait différentes mesures, aussi bien fiscales que d'investissement en infrastructures.

Le plan de relance allemand de 31 milliards d'euros déjà adopté par Berlin est en effet particulièrement critiqué par plusieurs responsables économiques, qui le jugent insuffisant. Du côté de l'Union européenne, France et Royaume-Uni en tête, on partage cet avis et on exhorte Berlin à mettre à nouveau la main à la poche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :