Le pétrole poursuit sa baisse à deux jours de la réunion de l'Opep

 |   |  305  mots
Après avoir fortement progressé en début de journée, les cours du brut ont finalement terminé en baisse, dans le sillage de la Bourse de New York.

Après être repassé temporairement au-dessus de la barre des 50 dollars, le baril de pétrole a perdu l'ensemble de ses gains avant de finir en baisse, en raison du pessimisme gagnant les places boursières américaines. A la clôture du New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" a ainsi perdu 1,77 dollar à 44,51 dollars. A Londres, le Brent de la mer du Nord reculait de 2,26 dollars à 46,82 dollars le baril.

La forte hausse de la matinée s'expliquait par les propos de plusieurs membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) en faveur d'une énorme baisse de sa production d'au moins 2 millions de barils par jour, à l'issue de sa réunion de mercredi à Oran (Algérie).

Cette hypothèse est appuyée par la dernière déclaration du président de l'organisation, Chakib Khelil, qui affirme que tous les ministres (de l'Opep, ndlr) sont d'accord pour réduire la production. L'objectif des pays membres serait de faire remonter le baril à 75 dollars.

"Le marché a besoin d'une réduction d'envergure", a également déclaré à la presse Abdallah el Badri, le secrétaire général de l'Opep. Celui-ci estime que "les stocks sont très élevés" et fait état d'un surplus de "100 millions de barils". Tandis que son président parle lui d'un surplus de 400 millions de barils.

Mais les marchés s'intéressent également à la production russe de pétrole. Le pays n'est pas membre du cartel des producteurs et ne suit donc pas sa politique d'offre. Mais cette fois-ci il pourrait en être autrement. D'après Vagit Alekperov, le PDG de Loukoïl, l'Opep s'attend à une baisse de 200.000 à 300.000 barils par jour de la production russe. Et ce dernier d'affirmer être tout à fait prêt à mettre en ?uvre toute décision en ce sens du gouvernement russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
super !!!!!! encore des sous pour les riches.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il apparait somme toute logique que les pays producteurs de matières premières réagissent à l'effondrement des cours n'en déplaisent aux multiples donneurs de leçon qui ne manqueront pas de se manifester pour crier au scandale.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
opep = escrocs ! il faut les punir en investissant MASSIVEMENT dans les energies renouvelables - comment peut on encore dependre du bon vouloir de ces arnaqueurs ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
en 2009 --3 sortes de contribuables le tres tres pauvre ,le tres pauvre,le pauvre merci didier oncle pique sous
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
lalalz
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Augmenter actuellement les prix du pétrole alors que l'économie mondiale est a l'agonie est un crime. Les pays producteurs, les compagnies petrolieres et les spéculateurs se sont suffisamment remplies les poches. Les difficultés que cannait l'économie actuellement sont dues aussi aux prix du pétrole qui a un moment donne ont frole les 150 dollars le baril.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Middle Class
Organiser la pénurie pour faire grimper les prix, ça n'a rien de loyal.
Si les prix peuvent baisser autant, c'est que pour certains pays, le coût d'extraction est inférieur à 10$
J'aimerai savoir dans quel commerce, on réalise des marges de 1400% (150$ le baril en juillet 08)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il faut savoir que le produit d'extraction du pétrole on shor ( terre ferme ) est en dessous de 3 dollars / bari
Par ailleurs beaucoup de pays vendent leur cargaison sur le marché libre de Rotterdam c'est à dire la mec de la spéculation et du trafic en tout genre ,qt le barile est côté à 40 $ sur les marchés ,il est cédé à 50$ sur le marché libre
l'opep ne pourra en aucune maniére garder le controle des prix du brut ; en effet si les prix ont plafonné à 150 $ , c'est grâce à la spéculation et si les prix ont dégringolé c'est par la faute à la crise me diriez vous
par ailleurs la réduction du côta de production envisageable à Oran reste en deca du recul de la demande mondial chiffrée à 5Mb/j
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bien sûr un prix bas du pétrole rend l'essence un peu moins chère, et j'en profite aussi.Mais...seul un prix élevé rend valable la recherche d'énergie renouvelable.
@paty: pas très malin ce cliché ! Réfléchissez un peu avant de vous exprimer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :