Le chômage espagnol au plus haut depuis douze ans

Le nombre de chômeurs espagnols a atteint son plus haut niveau depuis douze ans, avec 3,327 millions de personnes recensées. En l'espace d'un an, de janvier 2008 à janvier 2009, le nombre de chômeurs a bondi de 47,12%.

Le nombre de chômeurs espagnols a de nouveau fortement augmenté en janvier pour atteindre un total de 3,327 millions de personnes, soit son plus haut niveau depuis au moins douze ans, a annoncé ce mardi le ministère espagnol du Travail. Le nombre de chômeurs a augmenté de 198.838 personnes en janvier par rapport à décembre 2008, soit une hausse de 6,35%.

Le chef de gouvernement socialiste, José Luis Rodriguez Zapatero, a reconnu que l'Espagne était confrontée "au pire moment de la crise" et a appelé les banques du pays à rouvrir les robinets du crédit pour relancer l'économie. Il a toutefois assuré que le plan de relance du gouvernement, avec 11 milliards d'euros d'investissements pour réaliser des travaux publics, commencerait à générer des emplois "à partir de mars et avril", avec la création d'un total de 300.000 postes.

Le chef de l'opposition de droite, Mariano Rajoy, a qualifié ces chiffres "d'énorme tragédie" et a appelé le gouvernement à changer "radicalement" sa politique économique.

Selon le ministère du Travail, ce chiffre de janvier est un record depuis au moins 1996, date du début du calcul du nombre de demandeurs d'emplois selon cette méthode. En l'espace d'un an (entre janvier 2008 et janvier 2009), le nombre des chômeurs a augmenté de 1,065 million, soit une hausse de 47,12%, selon un communiqué du ministère du Travail.

L'économie espagnole "continue d'être influencée par la grave crise financière internationale, le manque de liquidité [financière, Ndlr] et la chute de la consommation", a indiqué la responsable de l'emploi au ministère du Travail, Maravillas Rojo.

Le ministère, qui diffuse mois après mois les statistiques sur le nombre de sans emplois, ne calcule pas le taux de chômage national. En revanche l'Institut de la statistique (Ine) diffuse une fois par trimestre son calcul du taux de chômage. Selon la dernière annonce de l'Ine, datant de fin janvier, le taux de chômage espagnol s'est établi à 13,91% de la population active au quatrième trimestre, soit le niveau le plus élevé de l'Union européenne.

Après plus de dix ans de forte croissance économique, les entreprises du bâtiment, ainsi que les constructeurs automobiles implantés en Espagne, multiplient les suppressions d'emplois ou les mesures de chômage technique. La situation devrait empirer cette année. En janvier, le gouvernement a fortement revu à la baisse ses prévisions économiques. Il prévoit un taux de chômage de 15,9% à la fin de 2009, soit exactement le double de celui de l'été 2007 (7,95%) quand il avait touché un niveau plancher.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La bulle speculative immobilière a été favorisée et entretenue sciement . Derniére mesure absurde l'endettement sur 50 ans des jeunes: Difficile ensuite de faire des prets nourrissons... Pierre qui coule n'amasse pas mousse.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
J'espere que beaucoup de Français et surtout les politiques de gauche qui croient que nous sommes seuls au monde , vont lire avec attention cet article . Bien sur que ça ne va pas bien en France... et ailleurs ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
j´habite en espagne, la situation est catastrophique, il y a eu pendant des années une speculation effrénée et spéculative dans le batiment, aujourd´hui tyous les travaux sont stoppés, les mairies et les régions ont préférées spéculers qu´investir da...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
J'espère pour ma part que cet article sera lu par tous ceux - très nombreux - qui, en France pendant des années, ont affirmé qu'il faisait bon vivre en Espagne alors qu'ils n'y avaient jamais vécu un jour. Quand j'écris "vivre", je veux dire travaill...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Devant cette crise, il faudra bien que l'on établisse aussi la part de responsabilité des Responsables publics ( et donc politiques ) des Pays, Régions et Communes sans énumérer outre mesure la démesure des organismes publics existants qui sont eux a...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Tiens, c'est drôle! Les laudateurs du socialisme sont absents des commentaires, eux qui sont si nombreux quand il s'agit de critiquer ce que fait la droite en France. Il y a vraiment deux poids, deux mesures.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Ben j'espere que le kilo de tomate va baisser,toujours ca de gagner pour nous.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'Espagne souffre, c'est vrai, brutalement et de plein fouet. A leur décharge, il convient de préciser, que l'Espagne a relevé la tête en quelques années, alors que la France avec l'avance qu'elle avait par rapport à l'Espagne s'est enfoncée inéxorab...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Deux choses à noter: 1) L'Espagne est le pays d'Europe continentale qui a appliqué le plus sérieusement les recettes de l'ultra-libéralisme financier anglo-saxon; 2) Les spéculations sur l'immobilier et la construction à tout va, défigurant le pays...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'Espagne : quelle est sa situation aujourd'hui? Points positifs : Sa situation macro-économique : croissance, déficit public et dette publique étaient en 2008 le modèle à suivre par les quatres autres "grands" (Italie, Royaume-Uni, Allemagne et ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.