Les paradis fiscaux européens tentent de se défendre face à la pression internationale

La Suisse, le Luxembourg et l'Autriche exigent d'être associés à la discussion concernant la liste des paradis fiscaux établie par le G20. Les trois pays européens, qui pratiquent le secret bancaire, se sont réunis dimanche pour un mini-sommet.

C'est pour tenter d'établir une position commune face aux grands pays industrialisés que la Suisse, l'Autriche et le Luxembourg se sont réunis dimanche dans le Grand Duché. A l'issue de cette réunion, ils ont mis en garde contre toute tentative du G20 de les placer sur une "liste noire" des paradis fiscaux.

"Les débats au sujet du secret bancaire sont menés dans des enceintes dont nous ne faisons pas partie, comme par exemple le G20. Nous exigeons qu'on nous ouvre les portes de ces débats pour voir comment on va établir la liste des paradis fiscaux", a déclaré le ministre luxembourgeois du Trésor, Luc Frieden.

Les trois pays ont confirmé leur volonté de mieux aider à sanctionner la fraude fiscale, affirmant être prêts "à dialoguer pour trouver des pistes communes afin de renforcer la lutte contre les délits fiscaux". Par contre, tous trois ont exclu d'abolir le secret bancaire, à l'origine de la prospérité économique de leur pays, en particulier en Suisse et au Luxembourg. Dans le Grand Duché, les activités financières représentaient en 2007 plus d'un tiers des richesses du pays et près de la moitié des rentrées fiscales.

Le "mini-sommet" a réuni, outre le luxembourgeois Luc Frieden et ses collègues suisse et autrichien des Finances, Hans-Rudolf Merz et Josef Pröll. Le "mini-sommet" a été mis sur pied à l'initiative de la Suisse. Berne cherche avant tout à éviter d'être placé sur une liste noire des paradis fiscaux lors du sommet des grandes puissances du G20 le 2 avril, consacré à la réforme du système financier international.

Ils ont établi un début de position commune sur le secret bancaire avant ce G20 de tous les dangers, où ils pourraient être sérieusement mis en cause. La pression pesant sur ces pays s'est en effet nettement renforcée depuis l'éclatement de la crise financière qui a convaincu la communauté internationale de réguler davantage le secteur bancaire et de lutter contre les paradis fiscaux.

Refus de lever le secret bancaire

Ils sont notamment montrés du doigt pour avoir protégés, grâce à leur secret bancaire, les man?uvres des Madoff et autres escrocs de la crise. L'Allemagne et la France, qui se plaignent de voir de riches contribuables échapper ainsi à l'impôt, ont proposé cette semaine que les pays du G20 mettent fin à leurs conventions bilatérales avec les pays jugés "non coopératifs".

La Suisse est particulièrement dans le collimateur des grands pays de l'Union européenne mais aussi des Etats-Unis. En février, la banque suisse UBS a été contrainte de livrer à Washington les noms de quelque 300 clients américains soupçonnés de fraude fiscale et de payer une amende de 780 millions de dollars. Et le fisc exige que les noms de 52.000 clients supplémentaires lui soient livrés.

Face cette pression, la Suisse, l'Autriche et le Luxembourg sont désormais prêts à lever un coin du voile, en acceptant d'aider à mieux sanctionner les abus. Le ministre suisse des Finances s'est dit cette semaine favorable à ce que son pays élargisse des accords existants sur une imposition indirecte des intérêts des dépôts bancaires des Européens en Suisse. Le Luxembourg, que le président français Nicolas Sarkozy a égratigné à plusieurs reprises sur cette question, est lui prêt "à discuter" d'un aménagement autorisant des administrations fiscales d'autres pays de l'UE à avoir accès à certaines informations bancaires limitées sur leurs résidents.

Mais tout en se défendant de l'accusation d'être des paradis fiscaux, ils refusent l'abolition du secret bancaire. Ainsi la Suisse opposerai une fin de non recevoir aux demandes des Etats-Unis, qui veulent qu'UBS leur livre les identités de quelque 50.000 clients, rapporte le journal Berner Zeitung daté d'hier samedi 7 mars, citant la ministre de la justice suisse. "Le secret bancaire fait partie de notre mentalité sociale, de notre conception de la protection de la sphère privée", a martelé Hans-Rudolf Merz cette semaine.

Dans le cas du Luxembourg et de la Suisse il s'agit surtout de protéger la prospérité des banques dont dépendent l'économie de ces deux pays. Au Luxembourg, les activités financières assuraient en 2007 plus d'un tiers des richesses du pays et près de la moitié des rentrées fiscales. "Le Luxembourg n'est pas prêt à abandonner le secret bancaire même s'il est nécessaire de lutter contre la criminalité fiscale", a récemment clamé le ministre luxembourgeois, Luc Frieden.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
je pense que vous oubliez andorre et monaco

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
René nous parle-t-il de ses sombres heures de l'histoire où certains industriels s'engraissaient avec la main d'oeuvre mis à sa disposition dans les camps de concentration ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Bahamas l'avenir de la confederation en tout cas à new york ca va bien pour l'action Credit Suisse Nassau qui est au top du NYSE Credit Suisse Nassau Brh valeur 85.00 USD +29.00 USD soit +51.79% en volumes 33,457 actions soit 2,843,845 U...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je pense qu'il ne faut pas confondre un paradis fiscal avec un pays ayant le secret bancaire! Au Luxembourg, en Suisse ou en Autriche, les gens payent tous des impôts au contraire de Monaco et ce ne sont pas des impôts plus faibles que les pays voisi...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La Suisse a donné quelques gages à la France en acceptant dans la gare de Genève qu'au départ des trains pour la France on passe obligatoirement par un service des douanes françaises qui n'hésite pas à fouiller les voyageurs français pour savoir s'i...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il y a des différences substantielles entre le Luxembourg et les deux autres pays. Au Luxembourg : - le GDP et GNP le plus important - pas de responsabilité pénale des personnes morales, - pas de bureau de Transparence Internationale - 6% de pot...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
si la Suisse n'est pas un paradis fiscal, alors pourquoi les riches y cachent leur argent ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Pour la Suisse et le Luxembourg, abandonner leur secret bancaire équivaudrait à se tirer une balle dans le pied. Plus aucune banque étrangère n'aurait besoin de s'installer à Genève ou à Luxembourg, par exemple, à quoi cela servirait ? De plus, aucu...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Vive la liberté de pouvoir disposer de son propre argent ou l'on veut sans subir la gestapo fiscale francaise confiscatoire. vive les pays comme la Suisse ou il existe encore de la liberté pur les individus ! Par rapport à la France tous les autres p...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les pays du G20 font des dettes collosales et ensuite craignent que l'épargne à juste titre finisse en Suisse, alors je crois que la polémique contre la Suisse n'y est pas étrangère. Il y a les cigales et la fourmi Suisse.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Pourquoi critique t'on le secret bancaire et ne dénonce t'on pas la délation bancaire telle qu'elle se pratique en France où les banques communiquent toutes les informations privées sur leurs clients à l'Etat? La délation nous rappelle les pires heur...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
J'habite en autriche et ce qui me chagrine c'est que le journaliste ne fait pas le distinguo entre secret bancaire et paradis fiscale... En changeant de pays au meme salaire je paie 20 voir 25% d'impots supplémentaire sur le revenus en autriche et je...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Fabjacky.. tu sembles bien connaitre tous els pays... combien d'enfants as tu? car je te conseille d'aller en angleterre dés le premier enfant tu vas découvrir que notre systeme est intelligent et pourrait taxer plus habillement encore. La france le...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Paradis fscaux et secret bancaire n'ont pas d'autres raisons d'être que d'échapper à l'impôt de la où aété gagné l'argent détenu. Si on acccepte ici de gagné de l'argent car les règles collectives le permettent on doit aussi en accepter les règles fi...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Paradis fiscaux = SIDAS de l'économie - Les nantis et les financiers voyous dissimulent les fonds qu'ils ont détournés, résultant de leurs abus de confiance et de leurs abus de biens sociaux, l'économie s'écroule, et les politiques TROUILLARDS ou COM...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
les 90000 frontaliers français qui travaillent au luxembourg et les frontaliers qui travaillent en suisse le president sarkosy y a t il pensé? c est lui qui va leur donner du travail? quand aux banques qui ont pignons sur rue: des grandes bauques fra...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Secret bancaire Un allié de poids contre les attaques de l?UE Le ministre Karel Schwarzenberg défend la Suisse (le président du Conseil des ministres de l?Union européenne) Face à la pression internationale contre le secret bancaire, la Suis...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il faut en finir et rapidement avec cette bande de loubards qui se veulent en plus respectables comme les Suisses

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
le secret banquaire est un scandale il ne protège que les riches qui ont les moyens de déplacer de grosses sommes à l'étranger sans que l'état d'origine ne soit fiscalement au courant. Le fait que ces pays ont un impot chez eux ne changent rien au pr...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
va t on exclure l'autriche et le luxembourg de l'europe? que fait on d'andorre et de monaco et des iles anglonormandes,et il y a d'autres paradis fiscaux un peu partout dans le monde . la question n'est pas prete d'etre resolue.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je suis tout bonnement d'accord avec I687, même si les luxembourgeois et les suisses payent des imPôts à l'inverse des monégasques, leur pays restent tout de même des endroits où les riches y cachent leur argent... donc, paradis fiscal ! Et puis, si ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Tout cela n'est qu'une immense hypocrisie populiste déclenchée par des pays qui pratiquent d'une part une fiscalité étouffante et inefficace, et qui par la-même encouragent la fuite des capitaux, et qui d'autre part pratiquent eux aussi un secret ban...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Une fois le secret levé, l'argent ira plus loin et certainement pas en Europe...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
D'après de nombreux commentaires, la magouille a encore beaucoup de partisans : ceux qui y trouvent leur intérêt. Elle a encore plus d'adversaires : les autres. L'administration fiscale ne peut pas se faire communiquer les comptes de quelqu'un sans a...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Cette polémique fait sourire quand ont sait que les deux principales places mondiales d?évasion ou de blanchiment d?argent sont la city de Londres et Miami pour les Narco Dollar.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Rakam, Si je suis ridicule parce que je défends la liberté individuel face aux différentes gestapos fiscales et étatiques comme la France alors je suis fier de l'etre. Si tu considères que la surtaxation fiscale francaise est justifiée pour toi alor...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.