En Italie, "Forza Italia" de Berlusconi et la droite traditionnelle s'apprêtent à fusionner

 |   |  219  mots
Le parti de la droite traditionnelle italienne, Alliance nationale, a annoncé ce dimanche sa dissolution. Il fusionnera la semaine prochaine avec Forza Italia, de Silvio Berlusconi, donnant naissance au nouveau mouvement Peuple de la liberté (Pdl). Le congrès fondateur du Pdl se déroulera à Rome du vendredi 27 au dimanche 29 mars.

Alliance Nationale (AN), le parti de la droite traditionnelle italienne, a annoncé dimanche sa dissolution pour fusionner la semaine prochaine avec Forza Italia (FI) de Silvio Berlusconi, donnant ainsi naissance au nouveau mouvement Peuple de la liberté (Pdl).

"Aujourd'hui, Alliance Nationale cesse d'exister, le Parti de la liberté voit le jour et notre amour pour le peuple italien se poursuit", a déclaré en concluant les travaux du dernier congrès d'AN son leader Gianfranco Fini, président de la Chambre des députés. Le haut responsable était visiblement ému à l'issue d'un discours improvisé de près d'une heure en annonçant la fin d'un parti qu'il a créé en 1995, transformant le Mouvement social italien (MSI), héritier de la tradition fasciste, en un parti de droite traditionnel.

Conscient du poids que Silvio Berlusconi, patron incontesté du centre-droit en Italie, a au sein du futur parti, Gianfranco Fini n'en a pas moins voulu revendiquer une certaine autonomie. "Le Pdl a un leader et c'est Berlusconi, de toute évidence, mais même Berlusconi sait qu'un leadership fort et reconnu ne peut en aucun cas devenir un culte de la personnalité", a-t-il lancé à cinq jours de la naissance officielle de ce nouveau parti.

Le congrès fondateur du Pdl se déroulera à Rome du vendredi 27 au dimanche 29 mars.

Avec AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Parti de la droite traditionnelle italienne = parti fasciste, héritier du Mouvement Social Italien, dernier avatar de la République Sociale Italienne de Mussolini...
Forza Italia n'a été rien d'autre qu'un organe de conquête du pouvoir pour S. Berlusconi, le kitchoïde leader italien, inféodé à l'Amérique de Bush. Maintenant, bas les masques, c'est la droite italienne la plus réac et la plus dure qui est au pouvoir !! Toutes les insanités perpétrées sans relâche par les sbires de ce parti partout dans la Péninsule à l'encontre des émigrés de toutes origines vont continuer. La gauche de ce pays est discréditée au profit de la bassesse des idées des gens de la droite. Regardez bien ce qui se passe là-bas, c'est le laboratoire de ce qui risque de se passer ici, si on n'y prête pas attention...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pas mal le choix à droite... Un fasciste ou un fasciste régionaliste? On pourrait leur envoyer Besancenot pour faire contrepoids.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :