L'Islande vise un retour à l'équilibre budgétaire en 2013

 |   |  350  mots
Le nouveau gouvernement islandais prévoit un retour à l'équilibre budgétaire du pays en 2013 grâce à une série de mesures pour restructurer le secteur bancaire et relancer l'économie, selon une déclaration de politique générale.

"L'objectif central du gouvernement est un retour à l'équilibre du budget de l'Etat en 2013", indique le document du nouveau gouvernement islandais de gauche issu des élections législatives du 25 avril dernier. Dans le même temps le gouvernement compte mettre en oeuvre "un ambitieux plan de création d'emplois et d'innovation pour rétablir la position de l' Islande parmi les pays les plus énergiques et compétitifs du monde à l'horizon 2020".
 

Il annonce une série de décisions urgentes à prendre dans les cent premiers jours de son exercice "pour faire face à une situation économique difficile, en faveur des ménages et du monde des affaires". Parmi elles figurent "des mesures pour finaliser la recapitalisation et la restructuration du système bancaire".
Le gouvernement envisage aussi d'assouplir le contrôle des changes, réorganiser le secteur des entreprises de pêche, négocier un pacte de stabilité avec les partenaires sociaux, nommer un nouvel exécutif à la tête de la Banque centrale. De même la coalition de gauche compte, dans ces cent jours, régler la question des remboursements des épargnants lésés par les faillites bancaires islandaises comme Icesave et "finaliser des accords de prêts avec des pays amis".
 

L' islande, île arctique de près de 320.000 habitants non membre de l'Union européenne, dont les actifs du secteur bancaire ont représenté jusqu'à 11 fois le PIB, a vu son économie terrassée par la crise financière mondiale à l'automne dernier. En quelques jours, début octobre, le gouvernement avait été contraint de prendre le contrôle des trois premières banques du pays, à court de liquidités. Depuis, le chômage a plus que quintuplé et le gouvernement a démissionné, remplacé par une coalition de gauche qui a remporté les élections législatives du 25 avril.

Avant la crise financière puis économique, l'île était l'un des pays les plus prospères de la planète, avec une croissance moyenne de 4% par an. Mais l'an passé, le PIB n'a progressé que de 0,3%. Il devrait se contracter de près de 10% cette année.
 
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :