Commission européenne : Merkel pour un second mandat de Barroso

 |   |  323  mots
La chancellerie allemande a annoncé ce mardi qu'Angela Merkel soutenait cette candidature. La personnalité de Barroso a été très critiquée pendant la campagne des élections européennes, notamment en France par les socialistes.

C'est un soutien de poids que vient d'engranger le président de la Commission européenne, le conservateur portugais José Manuel Barroso, le jour même où il a annoncé lors d'un entretien avec le Premier ministre tchèque Jan Fischer (dont le pays assure jusqu'à fin juin la présidence de l'Union européenne, UE), qu'il serait bien candidat à un deuxième mandat. Sous réserve toutefois de bénéficier pour son programme qu'il promet "ambitieux" du soutien d'une majorité de dirigeants de l'Union.

Or, la chancellerie allemande a annoncé ce mardi qu'Angela Merkel soutenait cette candidature. La personnalité de Barroso a été très critiquée pendant la campagnie des élections européennes, notamment en France, à la fois pour son libéralisme supposé et pour son manque de réactivité face à la crise économique et financière.

En France, les socialistes ont clairement indiqué qu'ils voulaient son remplacement. Mais leur faible score, dimanche soir, ne leur permettra pas de peser autant qu'ils l'auraient souhaité dans les décisions. Et certains autres partis socialistes ou sociaux-démocrates européens (en Espagne, en raison des liens avec le Portugal, au Royaume-Uni, le Labour étant satisfait des orientations de la Commission...) pourraient au contraire soutenir José Manuel Barroso.

Reste à savoir quand la décision sera prise. Certains pays voudraient qu'elle intervienne dès le sommet européen de jeudi et vendredi prochains à Bruxelles.
D'autres, comme la France, souhaitent d'abord que les Irlandais revotent sur le traité de Lisbonne afin de clarifier l'avenir institutionnel de l'UE et de la Commission.

José Manuel Barroso ne compte de concurrent déclaré même si certains avancent le nom de l'ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt, déjà candidat malheureux à ce poste de président de la Commission européenne en 2004. Il a encore récemment critiqué l'attitude de Bruxelles à la crise : "il nous faut une Commission avec une stratégie. Celle-là n'en a pas", a-t-il lancé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sarkozy ira t-il au clash en refusant ce second mandat comme il l'a laisser entendre? Barroso a été nul comme président. Un second mandat pour faire quoi? se remplir les poches, dîner au frais du contribuable et se balader? Non, merci. Il y a sûrement d'autres candidats de qualité parmi les européens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :