La note de la Californie placée sous surveillance négative, l'Etat refuse d'intervenir

 |   |  430  mots
L'ex plus riche état des Etats-Unis, très endetté, affronte un déficit public abyssal, que l'Etat refuse de combler. Pour l'instant, les réformes budgétaires nécessaires n'ont pas été adoptées. Une cause sérieuse d'inquiétudes pour l'agence de notation, qui estime que la Californie pourrait être prochainement en défaut de paiements.

Rien ne va plus sous le soleil de la Californie. Au bord de la faillite, cet Etat ne recevra pas d'aide fédérale. La Maison Blanche vient d'annoncer que les problèmes doivent être réglés par les Californiens eux-mêmes.

Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche, a déclaré : "Nous surveillerons de près les épreuves qu'ils doivent affronter, mais malheureusement, ce sont eux qui devront régler ces difficultés budgétaires."

L'agence de notation financière Standard and Poor's (S & P) a annoncé ce mardi qu'elle plaçait la note sur la dette de l'Etat sous surveillance négative en raison de tensions de trésorerie. Elle pourrait même la dégrader si la Californie n'adopte pas de nouvelles mesures budgétaires. Il faut dire que l'ex plus riche état des Etats-Unis, très endetté, est parti pour afficher un déficit public de plus de 25 milliards de dollars en 2010.

Si Standard & Poor's se montre plutôt confiant sur la dette californienne elle-même, qu'elle continue de noter A, l'agence estime que "l'insuffisance ou le retard dans l'adoption de réformes budgétaires contribue selon nous à accroître le risque de défauts de paiements". "A la fois la durée et l'ampleur du manque de liquidités auquel fait face la Californie suscitent d'importantes inquiétudes, de notre point de vue, particulièrement si l'Etat commence son exercice fiscal 2010 sans avoir mis en oeuvre une révision significative de son budget", poursuit S&P.

Or pour l'instant, toutes les mesures semblent être bloquées. Le budget californien constitue en effet un casse-tête en période de crise: la structure des dépenses et recettes est très vulnérable aux soubresauts de la croissance, alors que les augmentations d'impôts ne peuvent être décidées qu'à la majorité des deux tiers du Parlement de l'Etat.

Malgré les appels de leur gouverneur républicain Arnold Schwarzenegger, les électeurs californiens ont rejeté les propositions d'augmentation des impôts. Le gouverneur s'est donc tourné vendredi vers les élus californiens pour leur demander d'adopter de nouvelles coupes budgétaires drastiques.

Et Arnold Schwarzenegger n'hésite pas à mettre la pression. Le gouverneur a prévenu que l'Etat risquait d'être à court de liquidités dès cette semaine, faisant peser une sérieuse menace sur le fonctionnement des services publics. un état de faillite dans une cinquantaine de jours est à prévoir. Selon Standard & Poor's, la Californie devrait également se trouver contrainte de reporter le paiement de certaines de ses obligations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :