Espagne : toujours plus de 4 millions de chômeurs en 2010

 |   |  328  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La ministre espagnole de l'Economie a annoncé que le chômage devrait rester au-dessus de la barre des 4 millions de personnes en 2010, sans toutefois atteindre les 5 millions. L'Espagne détient le taux de chômage le plus élevé de l'Union européenne : 17,9% en mai, selon Eurostat.

La ministre espagnole de l'Economie a déclaré ce dimanche au quotidien El Publico que le nombre de personnes au chômage en Espagne devrait rester supérieur à 4 millions en 2010. "Je ne pense pas que nous allons atteindre les 5 millions même si nous serons au-dessus des 4 millions sur l'ensemble de l'année prochaine", a déclaré Elena Salgado.

L'Espagne possède le taux de chômage le plus élevé de toute l'Union européenne avec 17,9% de la population active sans emploi en mai, d'après les statistiques d'Eurostat. La Commission européenne s'attend à ce qu'il atteigne 20% en 2010.

Le dernier pays qui renouera avec la croissance, selon Bruxelles

Le produit intérieur brut "continue de reculer et nous allons avoir quelques trimestres avec une croissance négative, bien que moins difficiles, et je m'attends à ce que nous retrouvions la croissance au milieu de l'année 2010", a dit la ministre. Le gouvernement espagnol prévoit une croissance de 1,8% pour 2011 et de 2,7% pour 2012, a-t-elle précisé.

Ces estimations sont toutefois plus optimistes que celles de la Commission européenne selon laquelle l'Espagne sera le dernier des Vingt-Sept à renouer avec la croissance d'un trimestre sur l'autre, probablement en 2011.

Echec des négociations sociales

Le gouvernement a tenté d'élaborer un compromis avec syndicats et patronat sur une réforme du droit du travail, mais les discussions se sont achevées la semaine dernière sans déboucher sur un accord. Le gouvernement et les syndicats souhaitaient notamment créer une nouvelle prestation sociale au profit des chômeurs arrivés en fin de droit. Les patrons demandaient pour leur part une baisse des charges sociales et un assouplissement des règles régissant les licenciements.

"Malheureusement, l'attitude et les exigences du CEOE (Fédération patronale espagnole) ont rendu impossible la conclusion d'un accord", a déploré la ministre de l'Economie. Le président du CEOE, Gerardo Diaz Ferran, a démenti samedi être à l'origine de la rupture du dialogue social

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce n'est certainement pas BAMBI qui va les sortir de la.Que doivent ils regretter AZNAR qui etait un EXCELLENT economiste.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce n'est certainement pas BAMBI qui va les sortir de la.Que doivent ils regretter AZNAR qui etait un EXCELLENT economiste.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

S'il vous plait soyez précis un taux supérieur à 4 millions cette phrase n'a aucun sens économique. Soit un taux s'exprime par un coefficient compris entre 0 et 1. Soit il s'exprime en une unité de pourcentage donnée.

Dans l'information économique le mot Taux ne peut pas être employé comme synonyme du mot quantité, nombre...
Merci de tenir compte de ce commentaire.

Un lecteur quotidien de la Tribune
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
4 millions de % de chômage ! Terrible
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'Espagne doit-elle être classée comme une économie où les nouvelles sont positives ? Elle n'atteindra pas -enfin, sans doute pas- les cinq millions de chômeurs mais -seulement- quatre millions. Cela semble en tout cas tellement réjouissant que l'indice IBEX a monté de plus de 50% depuis son minimum de mars. Ces données contradictoires montrent que la bourse est à nouveau déconnectée des réalités. Aucune entreprise ne peut vivre sans clientèle solvable et il est certain que le chômage massif aura un impact très négatif et durable sur la demande. Les investisseurs misent sur la pérennisation des aides publiques et des injections de liquidités mais ils font une impasse, très dangereuse pour leur patrimoine, sur la réorientation inévitable des politiques publiques vers les ménages et les PME, les principaux employeurs en Espagne comme partout.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour,
un taux de chomage ne se mesure pas en millions d'individus, mais en pourcentages. Elémentaire, un taux, c'est une proportion !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet âne de Zapatero a régulariser des millions d'immigrés et voilà le résultat !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
TITRE DE L'ARTICLE:

Un taux, c'est un pourcentage (%), sinon,dans le cas présent, il s'agit d'un chiffre, d'une donnée.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une économie bâtie sur le " bétonnage" ne peut pas être créatrice d'emplois. Le chômage en Espagne dépasse les 25% ,est plus que dramatique!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :