Wolfgang Schäuble, nouveau ministre allemand des Finances

 |   |  350  mots
Le ministre de l'Intérieur sortant hérite du poste-clé de ministre des Finances. Guido Westerwelle, le chef de file du parti libéral FDP, obtient le portefeuille des Affaires étrangères.

Un mois après leur victoire lors des élections législatives du 27 septembre, les conservateurs du CDU/CSU et les libéraux du FDP sont parvenus à un accord sur la composition du nouveau gouvernement. La liste des ministres n'a pas fait l'objet d'une publication officielle, mais Angela Merkel a confirmé ce samedi lors d'une conférence de presse l'exactitude des noms avancés par les médias. Le gouvernement doit prêter serment mercredi.

La CDU (Union chrétienne-démocrate) se voit accorder sept portefeuilles aux côtés de la chancelière allemande, dont le poste-clé des Finances qui revient à Wolfgang Schäuble. Ce choix a surpris en Allemagne compte tenu des critiques formulées par ce dernier à l'encontre de la politique de baisse d'impôts de la chancelière dans le gouvernement de grande coalition avec les sociaux-démocrates.


"Le ministère des Finances sera dirigé par Wolfgang Schäuble, car les défis qui nous attendent durant cette législature sont extraordinaires. Son expérience et ses compétences, son rôle dans la mise en oeuvre d'une politique financière lors des négociations, ont montré qu'il était la personne adéquate pour ce travail", a expliqué Angela Merkel.

Wolfgang Schäuble, 67 ans, s'est acquis une réputation de fermeté dans la grande coalition sortante, depuis 2005. Cet ancien protégé du chancelier Helmut Kohl, confiné dans une chaise roulante depuis une tentative d'assassinat en 1990, succède au social-démocrate Peer Steinbrück, qui a dû faire face à la crise financière et s'est aliéné des pays comme la Suisse et la Grande-Bretagne par ses déclarations contre les paradis fiscaux et le capitalisme à l'anglo-saxonne.

Le FDP, qui a fait un très bon score aux législatives, obtient cinq portefeuilles, dont celui des Affaires étrangères pour Guido Westerwelle, ce qui n'est en rien une surprise. Quant à la CSU (Union sociale-chrétienne) qui dans son réduit bavarois avait fait grise mine le 27 septembre, elle s'en tire avec trois ministères (Défense, Transports et Agriculture), alors qu'elle pouvait craindre initialement n'en obtenir que deux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2009 à 3:49 :
dommage que mme MERKEL ne gére pas LA FRANCE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :