Les banquiers centraux confiants dans la reprise mondiale

 |   |  607  mots
L'économie mondiale poursuit son redressement après sa pire récession depuis 70 ans, estiment ce lundi les responsables économiques et banquiers centraux réunis par la Banque des règlements internationaux (BRI) à Bâle, pour lesquels la consolidation budgétaire est jugée essentielle.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, qui a présidé les débats de la BRI ce lundi, a jugé que la consolidation budgétaire était un élément essentiel d'une reprise durable et de la restauration de la confiance. "Il y a une confirmation de la normalisation progressive de l'économie et du fait que, au niveau mondial, nous sommes en mode de reprise", selon lui.

Les plus grosses économies mondiales (Union européenne, Etats-Unis et Japon) sont sorties de la récession au troisième trimestre de l'an dernier. Mais de nombreux banquiers centraux et analystes ont exprimé des doutes sur la solidité de cette reprise et ont mis en garde contre la persistance de nombreux risques.

Ewald Nowotny, gouverneur de la banque centrale autrichienne, a déclaré pour sa part que la croissance devrait être faible cette année et que les prévisions économiques présentées en décembre par la BCE restaient valables. "Il y aura une croissance positive en 2010 mais la reprise restera assez molle. Cela signifie qu'il faut rester assez prudent en ce qui concerne l'évolution de la situation économique", selon lui.

Son homologue à la tête de la Banque d'Italie, Mario Draghi, qui préside le Conseil de stabilité financière, avait averti samedi que les banquiers devaient rester conscients de la fragilité de la reprise économique lorsqu'ils prenaient de nouveaux risques, le début de reprise économique étant dû en majeure partie à des mesures monétaires et budgétaires exceptionnelles.

Jean-Claude Trichet a souligné aussi que la réunion de la BRI avait donné l'occasion aux participants de souligner la nécessité de politiques budgétaires responsables. "Nous avons consacré beaucoup de temps au problème des déséquilibres budgétaires, à la nécessité d'être crédible lors du retour à une gestion normale et durable à moyen terme de la situation budgétaire". Cela est important pour assurer la confiance dans l'économie, a-t-il ajouté.

Outre les représentants des principales banques centrales, y compris la Réserve fédérale américaine, la Banque d'Angleterre et la Banque du Japon, de nombreux dirigeants de banques commerciales ont assisté aux débats, comme c'est habituellement le cas pour la première réunion de l'année de la BRI.

Jean-Claude Trichet a expliqué que les banques centrales surveillaient avec attention la dynamique du crédit et qu'elles rappelaient régulièrement les établissements bancaires à la nécessité de ne pas prendre de risques excessifs. Sur ce point, Ewald Nowotny a montré du doigt les banques américaines: "je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème majeur dans la zone euro mais nous observons certains signes dans le monde (...) Je crois qu'il y a de quoi être préoccupé, notamment pour les autorités américaines."

Jean-Claude Trichet a également déclaré que les déséquilibres des comptes courants avaient été réduits depuis le début de la crise et que les banques centrales souhaitaient poursuivre ce mouvement.

Certaines banques centrales, comme celles de Norvège et d'Australie, ont déjà relevé leurs taux d'intérêt. De son côté, la BCE a annoncé son intention de retirer progressivement certains des mécanismes exceptionnels mis en oeuvre pour injecter des liquidités dans le système financier. Jean-Claude Trichet a en outre pris le soin de préciser que ses propos concernaient le monde entier et ne constituaient en aucun cas des indications sur les décisions que prendrait la Banque centrale européenne lors de sa réunion de politique monétaire de ce jeudi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :