Pas de hausse des taux directeurs de la Fed avant six mois

 |   |  248  mots
William Dudley, président de la Fed de New-York, a annoncé que les taux directeurs ne devraient pas être relevés avant au moins six mois, peut être deux ans. Tant que les risques d'inflation restent contenues, rien ne presse la Fed à augmenter ses taux prématurément.

La Réserve fédérale américaine (Fed), qui pratique une politique de taux quasi nul depuis plus d'un an, ne devrait pas le relever avant "au moins six mois", a déclaré mercredi William Dudley, président de la Fed de New-York et membre du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC).

En effet, interrogé sur la télévision publique américaine PBS sur la signification du leitmotiv de la Fed selon laquelle le taux directeur devrait rester "exceptionnellement bas" pendant "une longue période", William Dudley a répondu que cela voulait dire "au moins six mois", selon la transcription de cet entretien transmise par la chaîne. Avant de préciser : "Ce que je veux bien faire comprendre, c'est que "longue période" signifie au moins six mois. Cela peut être un an, deux ans à partir de maintenant. Cela dépendra de la façon dont l'économie évolue", a-t-il ajouté.

Pour le moment, le niveau d'inflation est bas et les anticipations de hausse des prix sont contenues. Cependant, une politique de taux très bas prolongée, ainsi que la reprise des pays émergents pourraient faire remonter les craintes inflationnistes, exacerbées par des politiques de taux exceptionnellement bas dans la plupart des pays développés. Il faut un an pour que la politique monétaire se diffuse à l'économie réelle, et le pire cauchemar de la Fed serait de devoir arbitrer entre croissance de l'activité et inflation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :