L'Islande propose un nouveau plan pour sortir de l'impasse "Icesave"

 |   |  246  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le gouvernement islandais serait en train de mettre en place un remboursement plus précoce à Londres et La Haye concernant le litige lié à la faillite de la banque en ligne Icesave, selon la radio-télévision publique islandaise RUV. Ce nouveau dispositif cherche à gagner le soutien à la fois de la population islandaise, mais également celui des autorités internationales.

Le gouvernement islandais serait en passe de mettre au point un plan d'accord sur le litige lié à la faillite de la banque en ligne "Icesave". Ce plan élaboré avec les partis d'opposition propose un remboursement anticipé au Royaume-Uni et aux Pays-Bas des milliards d'euros qu'ils ont avancé pour indemniser leurs citoyens lésés par la faillite d'Icesave.

Le 6 mars, la population islandaise est appelée à se prononcer par référendum sur la « loi Icesave », qui prévoit le remboursement d'ici 2024 de 3,8 milliards d'euros avancés par le Royaume-Uni et les Pays-Bas pour indemniser plus de 320.000 de leurs citoyens lésés par la faillite de la banque. La loi avait été adoptée par le Parlement islandais à une courte majorité. Mais le président y a mis son veto, face à la grogne populaire. Une situation particulièrement inconfortable. Alors que les sondages accordent au « non » une large avance, Reykjavik cherche depuis plusieurs semaines à rouvrir les négociations avec ces deux pays et à gagner la faveur de l'opinion publique qui ne veut pas payer l'addition.

Le nouveau plan prévoit de financer le remboursement, probablement d'ici 2012, via la vente d'actifs de la maison-mère de la défunte Icesave, Landsbanki, nationalisée d'urgence par l'Etat islandais en octobre 2008 lors de l'effondrement des établissements financiers du pays, jadis florissants. En revanche, ce paiement plus rapide ne serait pas assorti d'intérêts, permettant selon RUV à l'Islande d'économiser plus de 200 milliards de couronnes islandaises (1,14 milliard d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :