Le portugais Victor Constancio, nouveau vice-président de la BCE

 |   |  398  mots
Le portugais Victor Constancio a été choisi lundi pour devenir le prochain vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), a annoncé le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker. Ce choix ouvre la voie à l'arrivée du gouverneur de la Bundesbank, Axel Weber, à la tête de la BCE en remplacement de Jean-Claude Trichet, qui prendra sa retraite en 2011.

C?est finalement le portugais Victor Constancio qui a été choisi lundi par les ministres des Finances de la zone euro pour devenir le prochain vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), a annoncé le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker. Ce choix doit être formalisé par les ministres des Finances de l'ensemble de l'Union européenne, ce mardi matin, mais cela ne devrait être qu'une formalité.

Victor Constancio, gouverneur de la banque centrale du Portugal, a été préféré à ses homologues luxembourgeois, Yves Mersch, et belge, Peter Praet. Il remplacera le grec Lucas Papademos à la vice-présidence de la BCE, dont le mandat arrive à échéance fin mai. Après la fin du mandat de Lucas Papademos, les Etats méridionaux aspiraient à une représentation plus adaptée. Berlin craignait que cet état de fait ne serve les intérêts d'un autre candidat officieux à la présidence de la BCE, l'italien Mario Draghi. La nomination du portugais coupe donc l'herbe sous le pied du gouverneur de la Banque d'Italie.

L'usage veut en effet qu'un équilibre soit préservé entre les pays du nord et du sud dans l'attribution des postes européens. Selon des analystes, ce choix ouvre la voie à l'arrivée du gouverneur de la banque centrale allemande (Bundesbank), Axel Weber, à la tête de la BCE en remplacement de Jean-Claude Trichet, qui prendra sa retraite en 2011, même si les pays de la zone euro insistent pour dire qu'aucun lien ne sera fait entre les deux nominations.

Nul doute que la crise que connaissent les pays du sud de l?Europe (Grèce, Portugal, Espagne) a pesé sur la décision des ministres des Finances de la zone euro. En laissant la porte ouverte à l?allemand Axel Weber comme successeur de Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE, l?Union européenne souhaite donner un signe fort. En effet, Axel Weber a été chargé de redorer l'image de la Bundesbank suite à la démission forcée du précédent président Ernst Welteke, qui s'était laissé payer un séjour luxueux à Berlin par la Dresdner Bank. Axel Weber, âgé de 52 ans, a fait de la surveillance bancaire son cheval de bataille. Il souhaite également garantir la stabilité de l'euro et la stabilité des prix, l?inflation restant pour les Allemands le pire cauchemar depuis la grande crise de 1923.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :