Coup d'état au Niger, le président arrêté

 |   |  618  mots
Le président nigérien, Mamadou Tandja, a été arrêté jeudi par des soldats mutins lors d'un putsch qui a fait au moins trois morts dans les rangs de l'armée.

Le président nigérien, Mamadou Tandja, a été arrêté jeudi par des soldats mutins lors d'un putsch qui a fait au moins trois morts dans les rangs de l'armée, a-t-on appris de sources militaires. Trois sources militaires nigériennes ont indiqué que le putsch était dirigé par un officier, le commandant Adamou Harouna. Le coup d'Etat a réussi et le président ainsi que les ministres sont détenus non loin du palais présidentiel, a dit une de ces sources.

Dans l'après-midi, on a pu voir de la fumée s'échapper du palais présidentiel attaqué par les soldats alors que le chef de l'Etat y tenait une réunion. Des tirs à la mitrailleuse et à l'arme lourde ont retenti pendant plusieurs heures dans la capitale, Niamey. Des témoins ont rapporté que des tirs à la mitrailleuse et à l'arme lourde avaient éclaté vers 12h00 GMT. Quatre heures plus tard, ils avaient pratiquement cessé.

La radio nationale a commencé à diffuser de la musique militaire mais la télévision a maintenu son programme de danses traditionnelles.

Un membre des services de renseignement a déclaré sous le sceau de l'anonymat que les violences étaient dues à une tentative de putsch que la garde présidentielle s'efforçait de repousser. De source diplomatique, on parlait de tentative de coup d'Etat en ajoutant que les affrontements n'avaient pas duré longtemps.

Peu après 15h00 GMT, un correspondant de Reuters a pu voir que les soldats de la garde présidentielle avaient renforcé leurs positions autour des installations de la radio et de la télévision publiques. Les émissions se sont poursuivies normalement mais les principaux marchés de la ville étaient fermés.

Selon des sources policières, les assaillants semblaient être venus de l'extérieur de la ville à bord de véhicules blindés.

"Cela montre que la crise politique s'approfondit, qu'il y a un mécontentement croissant contre Tandja, même dans le camp loyaliste", souligne Rolake Akinola, un analyste de contrôle des risques. "Nous assisterons à des pressions politiques et régionales croissantes sur Tandja pour qu'il cède du terrain".

Le président Mamadou Tandja, au pouvoir depuis 1999, a dissous le Parlement et fait adopter en août par référendum une réforme constitutionnelle qui lui a permis de se maintenir au pouvoir au-delà du terme de son deuxième mandat de cinq ans, qui a expiré en décembre (Voir l'encadré [ID:nLDE61H1O5]).

Le référendum constitutionnel, condamné par l'opposition nigérienne et la communauté internationale, a éliminé une bonne partie des freins à l'autorité de Mamadou Tandja en supprimant la limitation du nombre de mandats présidentiels et en lui accordant trois ans de pouvoir supplémentaires sans avoir à se présenter à nouveau devant les électeurs.

La Cour constitutionnelle a déclaré ce vote illégal. Mamadou Tandja a répliqué en remplaçant tous les membres de l'instance judiciaire par des membres nommés par ses soins.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a suspendu le Niger en octobre dernier et les Etats-Unis ont supprimé en décembre les avantages commerciaux qu'ils accordaient au pays.

En dépit de la crise politique et de soulèvements touaregs occasionnels, de grands groupes tels que le français Areva ou le canadien Cameco ont investi des milliards de dollars au Niger, qui recèle d'importants gisements d'uranium.

Areva s'est engagé à investir 1,2 milliard d'euros pour exploiter le plus grand gisement d'uranium d'Afrique à Imouraren, dans le nord du pays.

Le groupe chinois China National Petroleum Co. a, lui, signé en juin dernier un contrat d'exploitation pétrolière de cinq milliards de dollars (3,7 milliards d'euros)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2010 à 9:38 :
bonjour,
c'était une chose prévisible.Le jour ou les dirigants africains comprendront que le pouvoir n'est pas a vie, cela ira mieux. De plus il n'était plus légitime car il a été maintenu par un référundum contesté, donc je ne comprends pas non plus l'indignation de la communauté international car moi étant belge, je trouve que l'armée a fait ce qui devait etre fait

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :