Sarkozy a tenté de vendre au Koweït le Rafale et l'EPR

 |  | 653 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Nicolas Sarkozy a rencontré ce vendredi le Premier ministre koweïtien, Cheikh Nasser al-Mohammed al-Ahmed al-Sabah. Au menu, l'éventuel achat par l'émirat d'avions de combat Rafale de Dassault et de réacteurs nucléaires EPR d'Areva. Mais le chemin sera encore long avec d'éventuels contrats.

Nicolas Sarkozy a fait part de son souhait de voir le Koweït acheter des avions de combat Rafale, lors d'un entretien avec le Premier ministre koweïtien, apprend-on auprès de l'Elysée. Le président français et Cheikh Nasser al-Mohammed al-Ahmed al-Sabah ont évoqué ce dossier lors d'un bref entretien.

Le chef de l'Etat avait déclaré en février 2009 que la France discutait avec les autorités koweïtiennes de la vente éventuelle à l'émirat de 14 à 28 Rafale. "On est actuellement dans la phase d'évaluation technique. Des essais sont programmés", avant des négociations plus avancées, déclare-t-on à l'Elysée.

Selon la même source, Nicolas Sarkozy "a rappelé les qualités opérationnelles du Rafale (...) et redit son souhait que ce projet aboutisse". Il a souligné que ce dossier pouvait constituer un nouveau volet du partenariat stratégique entre les deux pays, a précisé la présidence française.

L'avion de Dassault Aviation, réputé être un des meilleurs du monde dans sa catégorie mais également un des plus chers, n'a toujours pas trouvé acheteur en dehors des forces armées françaises. Des négociations sont également en cours avec le Brésil et les Emirats arabes unis.

Après son entretien avec Nicolas Sarkozy, Cheikh Nasser al-Mohammed al-Ahmed al-Sabah a précisé que toute discussion de ce type entre la France et le Koweït serait conduite "de gouvernement à gouvernement".

Il a ensuite présidé avec son homologue français François Fillon à la signature d'un accord de coopération entre la France et le Koweït pour le développement des utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire, à l'Hôtel de Matignon.

SARKOZY VANTE L'EPR

Cet accord permettra le développement de coopérations entre les deux pays dans les domaines de la production d'électricité, du dessalement de l'eau de mer, de la gestion du combustible usé et des déchets nucléaires, de la recherche, de l'agronomie, des sciences de la terre, de la médecine et de la formation, ont précisé les services du Premier ministre français.

Selon l'Elysée, le Premier ministre koweïtien avait aussi évoqué avec Nicolas Sarkozy la coopération entre les deux pays dans le domaine du nucléaire civil.

Le président français a souhaité que l'accord signé vendredi débouche sur des coopérations industrielles.

"Il a rappelé les qualités du réacteur EPR, notamment en matière de sécurité et de sûreté, et la capacité de la France à fournir une offre complète couvrant le cycle complet de l'énergie nucléaire", précise-t-on dans son entourage.

L'industrie nucléaire française a subi fin 2009 un important revers avec la décision d'Abou Dhabi de se tourner vers la Corée du Sud plutôt que vers elle pour construire deux réacteurs. Selon l'Elysée, Nicolas Sarkozy et son interlocuteur koweïtien n'ont pas parlé d'une participation éventuelle du Koweït dans le groupe nucléaire français Areva. Le président français a déclaré par le passé être ouvert à une telle participation et souhaiter voir les négociations aboutir, rappelle son entourage.

La France et le Koweït ont par ailleurs signé un accord de coopération dans le domaine de l'environnement, du développement durable et des énergies renouvelables. Selon Matignon, la lutte contre la désertification est un des piliers de cet accord de coopération.

Enfin, les deux pays ont signé un accord sur l'organisation de consultations bilatérales régulières entre leurs ministères des Affaires étrangères, afin de renforcer leur concertation politique et diplomatique. Ces réunions se tiendront au moins une fois tous les deux ans, précise Matignon.

La cérémonie a été suivie par un déjeuner de travail de François Fillon et Cheikh Nasser al-Mohammed al-Ahmed al-Sabah.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2010 à 17:34 :
NS a fait part de SON SOUHAIT...ah, ben alors, la vente n'est finalement pas un métier si difficile...il suffit de dire à son prospect qu'on souhaite qu'il veuille bien gentiment acheter... ; bon , dès demain, je consulte les petites annonces !

Sacré Nico...
a écrit le 18/04/2010 à 14:57 :
Vaut pas un clou comme commercial alors? faut le virer pour insuffisance professionelle !!!!!!!
a écrit le 18/04/2010 à 6:58 :
Donc pour résumer rien n'a été vendu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :