Ben Bernanke met en garde contre l'ampleur des déficits

 |   |  485  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Bernanke met en garde contre l'ampleur des déficits estime que l'évolution du déficit budgétaire des Etats-Unis risque de devenir insoutenable.

Le président de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke a déclaré mardi que l'évolution du déficit budgétaire des Etats-Unis risquait de devenir insoutenable et qu'elle nécessitait une réaction immédiate des autorités pour prévenir des développements dangereux.

Il n'a présenté aucune proposition concrète susceptible de réduire le déficit mais il a mis en avant la hausse des dépenses de santé et de protection sociale.

"En l'absence de toute mesure, le budget fédéral risque de suivre une tendance qui ne serait pas soutenable", a-t-il expliqué devant les 18 membres de la Commission nationale sur la responsabilité et la réforme budgétaires.

Ben Bernanke a ajouté que le poids de la dette publique des Etats-Unis risquait de faire monter les taux d'intérêt.

"Étant donnés les coûts et les risques importants liés à l'augmentation rapide de la dette fédérale, notre pays devrait rapidement mettre en place un plan crédible visant à ramener les déficits à un niveau soutenable", a-t-il dit.

Ses propos trouvent un écho particulier alors que les investisseurs du monde entier s'inquiètent de la crise budgétaire qui frappe la Grèce, après la demande d'aide financière d'Athènes aux autres pays de la zone euro et au Fonds monétaire international.

Les économistes ne sont toutefois pas tous d'accord sur le caractère excessif du déficit budgétaire américain au regard de la taille de l'économie des Etats-Unis et de la nécessité d'un maintien des mesures de soutien à l'activité.

"Tant que la demande privée de nouveaux emprunts et de dépenses sera faible, l'augmentation des emprunts publics ne se traduira pas par une pression accrue sur les taux d'intérêt", estime ainsi Josh Bivens, économique de l'Economic Policy Institute, un cercle de réflexion libéral, dans une étude publiée lundi.

Le président Barack Obama a donné à la commission carte blanche pour proposer des solutions à la dette et aux déficits.

"Tout doit être sur la table" pour permettre de réduire le déficit, a-t-il déclaré mardi.

La commission, qui réunit démocrates et républicains, a jusqu'au 1er décembre pour présenter des recommandations permettant de réduire le déficit budgétaire des Etats-Unis, qui a atteint 1.400 milliards de dollars (1.050 milliards d'euros environ) sur l'exercice 2009, soit près de 10% du produit intérieur brut (PIB).

Pour Ben Bernanke, la montée du déficit pourrait limiter le potentiel de croissance des Etats-Unis.

"L'augmentation du niveau de la dette publique par rapport à la taille de l'économie peut conduire à une hausse des taux d'intérêt, qui inhibe la formation de capital et la croissance de la productivité, et elle pourrait même remettre en cause la reprise économique actuelle", a-t-il dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :