Principales réactions au plan de soutien à la zone euro

 |   |  433  mots
Retrouvez les réactions de responsables politiques et économiques au mécanisme de stabilisation financière annoncé lundi par l'Union européenne pour éviter une contagion de la crise grecque et à la décision de la Banque centrale européenne d'acheter de la dette publique et privée de la zone euro pour soutenir les marchés.

DOMINIQUE STRAUSS-KAHN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU FMI
"J'estime que tout ceci fonctionnera. La réaction des marchés est plutôt encourageante."
"Si un pays en Europe demandait l'activation du mécanisme européen de stabilisation, cela signifie que les Européens fourniraient des ressources, et si on nous demandait dans le même temps de mettre en place un programme du FMI, on le ferait amplement sur la base de deux pour un."
"Notre contribution se fera sur une base de pays par pays, par le biais de toute la gamme d'instruments que nous avons déjà à notre disposition."
"Nous prévoyons que notre assistance financière sera globalement dans la proportion de nos récents accords européens."
La participation du FMI au mécanisme européen est "dans l'intérêt de la communauté internationale en répondant aux défis actuels".
 

JOSÉ MANUEL BARROSO, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE
"La zone euro retrouve assurément la confiance (des investisseurs). Nos fondamentaux sont bons."
COMMUNIQUÉ DU GROUPE DES 20 (extrait)
"Le G20 va continuer de surveiller attentivement l'évolution des marchés internationaux et reste fermement engagé à continuer de travailler ensemble pour maintenir la stabilité financière mondiale et garantir une croissance mondiale forte, durable et équilibrée."
 

ANGELA MERKEL, CHANCELIÈRE ALLEMANDE
Ce plan "sans précédent" était nécessaire pour garantir l'avenir de l'euro.
"Demain (mardi), lors d'un conseil des ministres exceptionnel, nous approuverons le projet de loi nécessaire à la mise en place de ces garanties."
"Cependant, nous n'avons pas besoin de faire adopter la loi dans les deux ou trois jours, nous avons un peu plus de temps pour mener à bien les consultations."
 

CHRISTINE LAGARDE, MINISTRE FRANÇAISE DE L'ÉCONOMIE
"Compte tenu de la multiplicité des cartes qui sont sur la table, tous les joueurs qui sont ligués tous ensemble pour défendre l'euro, moi, je suis convaincue que le mécanisme va fonctionner."
"C'est un signal extrêmement fort envoyé aux marchés, que les Européens se battront pour l'euro. C'est clairement une coordination comme on n'en avait jamais vue pour indiquer de manière concertée que la musique s'arrête et que l'euro résiste."
 

ALISTAIR DARLING, MINISTRE BRITANNIQUE DES FINANCES
"Notre exposition (au mécanisme de stabilisation) pourrait être de huit milliards de livres sterling. Mais ceci seulement en cas d'un défaut à 100%."
 

PORTE-PAROLE DU MINISTÈRE IRLANDAIS DES FINANCES
"Dans les circonstances actuelles, il n'y a rien qui contraigne l'Irlande à recourir à n'importe laquelle de ces mesures. L'Irlande n'a aucun problème de financement immédiat."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :