Obama s'en prend aux compagnies pétrolières

 |   |  426  mots
Le président américain Barack Obama a vertement dénoncé vendredi le "spectacle ridicule" qu'avaient offert les compagnies impliquées dans la marée noire du golfe du Mexique.

Le président américain Barack Obama a vertement dénoncé vendredi le "spectacle ridicule" qu'avaient offert les compagnies impliquées dans la marée noire du golfe du Mexique en se rejetant la responsabilité de l'accident. Prenant la parole après avoir réuni ses conseillers pour examiner les efforts visant à stopper la fuite de pétrole et à réduire son impact sur les riverains du golfe, Obama a dit partager la colère et la frustration de ces derniers face à la catastrophe écologique et économique qui se profile.

"Je dois dire (...) que je n'ai pas apprécié ce qui m'est apparu comme un spectacle ridicule au cours des auditions (devant une commission parlementaire) concernant cette affaire. On y a vu des cadres de BP, de Transocean et d'Halliburton se chamailler pour pouvoir pointer quelqu'un d'autre du doigt", a dit le chef de la Maison blanche. Obama se référait ainsi aux dépositions faites cette semaine au Congrès par des dirigeants des trois compagnies impliquées dans l'accident - le géant britannique du pétrole BP , le prestataire de services parapétroliers Halliburton et la société de forage offshore Transocean.

Chacune des compagnies a refusé d'endosser la responsabilité de la marée noire en la rejetant sur les autres. "Ce qui importe vraiment, c'est qu'il y a une fuite de pétrole (...) et que nous devons la stopper aussi vite que possible", a dit le président américain. "Il y a assez de responsabilités pour tout le monde. Et toutes les parties devraient être prêtes à l'accepter." Obama a aussi réaffirmé que BP devait assurer le financement des opérations de secours et d'autres conséquences économiques de la marée noire, mais il a fait savoir que le gouvernement américain mobiliserait "toutes les ressources disponibles" pour que le pétrole n'atteigne plus le littoral.

La plate-forme Deepwater Horizon a coulé le 22 avril après une explosion. L'accident qui a coûté la vie à 11 ouvriers, fait peser une menace sur l'environnement qui pourrait éclipser la marée noire de l'Exxon Valdez (1989) et devenir la plus grande catastrophe écologique de l'histoire américaine. Obama a chargé son secrétaire à l'Intérieur, Ken Salazar, de procéder à un remaniement complet du Minerals Management Service, agence fédérale qui supervise les forages offshore. Mardi, Salazar avait annoncé que l'agence serait réorganisée de façon à séparer la collecte des redevances pétrolières et les activités de contrôle en matière de sécurité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2010 à 9:33 :
les compagnie petrolier ce sont tous des voyous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :