Londres prévoit 6 milliards de livres d'économie

 |   |  531  mots
Le gouvernement britannique dévoilera lundi 22 mai le détail de son plan de réduction immédiate des dépenses publiques.

Le nouveau gouvernement britannique présentera le 22 mai un plan de réduction de six milliards de livres (8,75 milliards d'euros) des dépenses publiques dès cette année, a annoncé ce lundi le ministre des Finances, George Osborne.

A l'occasion de l'installation du nouvel organe de surveillance budgétaire chargé de guider le gouvernement, le ministre tory a précisé que la majeure partie des économies réalisées serait affectée à la réduction de la dette. Le reste sera consacré à des mesures de soutien au marché de l'emploi.

Les six milliards de réduction ne sont qu'une goutte dans l'océan des 163 milliards de livres de déficit prévus pour l'année fiscale 2010-2011, mais le gouvernement de coalition formé des conservateurs et des libéraux-démocrates envisage des coupes claires beaucoup plus drastiques dans les années à venir.

"La réduction des déficits et la poursuite du soutien à la reprise économique constituent le problème le plus urgent auquel est confrontée la Grande-Bretagne", a déclaré le chancelier de l'Echiquier lors d'une conférence de presse.

Le déficit budgétaire britannique, qui représente près de 12% du PIB, se situe à un niveau similaire de celui de la Grèce, plongée dans une grave crise financière ayant contraint les autorités à décider une cure d'austérité sans précédent.

"La Grèce nous rappelle ce qui arrive si les gouvernements n'ont pas la volonté politique d'agir rapidement et de façon décisive", a souligné George Osborne.
Le Bureau indépendant de responsabilité budgétaire (OBR) sera dirigé par l'ancien membre de la commission de la politique monétaire de la Banque d'Angleterre, Alan Budd, selon le projet établi par le Parti conservateur avant sa victoire aux élections législatives du 6 mai.

La nouvelle coalition gouvernementale s'est donnée comme principal objectif de réduire le déficit budgétaire. "En renonçant à contrôler les prévisions économiques et budgétaires, je suis le premier chancelier à faire disparaître la tentation de tripatouiller les chiffres. Nous devons adapter le budget aux chiffres, et non pas adapter les chiffres au budget", a dit le ministre des Finances.

Osborne, plus jeune chancelier de l'Echiquier depuis 120 ans, s'est engagé à présenter un collectif budgétaire dans un délai de 50 jours et l'OBR sera chargé de présenter ses premières recommandations au gouvernement avant sa publication.

Le bureau publiera ensuite des prévisions budgétaires deux fois par an en se fondant sur la politique économique du gouvernement. Le gouvernement ne sera pas obligé de suivre ses recommandations mais le ministre des Finances devra alors s'en expliquer devant le parlement.

Osborne a reconnu dimanche que la Grande-Bretagne faisait face "à un énorme défi économique". "Nos problèmes économiques sont très profonds et nous devons indubitablement nous attendre à des moments difficiles", a-t-il écrit dans une tribune publiée par le journal News of the World. Le Premier ministre David Cameron a déclaré pour sa part qu'il entendait privilégier la réduction des dépenses publiques plutôt que les hausses d'impôts pour réduire le déficit.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2010 à 16:57 :
Et selon Bloomberg, le Royaume Uni prévoit de taxer les bonus des financiers attribués sous forme d'actions, qui, avant, étaient taxés à 18% seulement, comme "gain en capital" (!!!). Enfin un peu de bon sens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :