Allemagne : stagnation du climat des affaires, ralentissement dans le secteur privé

 |   |  405  mots
Le baromètre du climat des affaires Ifo a stagné en mai, affichant 101,5 points contre 101,6 points en avril. Au premier trimestre, la progression du PIB a bien atteint 0,2%, et 1,7% sur un an. Selon les indices PMI, l'activité manufacturière a ralenti en mai, comme dans les services.

Petit trou d'air pour le climat des affaires allemand en mai. L'indicateur Ifo, principal indice de confiance outre-Rhin, a quasiment stagné, affichant 101,5 points contre 101,6 points en avril, ce qui constituait son niveau le plus élevé depuis deux ans, selon des chiffres inférieurs aux attentes annoncés ce vendredi.

La composante mesurant la perception des conditions actuelles s'est inscrit à 99,4 en mai après 99,3 le mois dernier et 100,2 espéré. La composante des anticipations est quant à elle ressortie à 103,7 après 104 en avril et 103,6 attendu.

Par ailleurs, le PIB a progressé de 0,2% au premier trimestre, la reconstitution des stocks ayant compensé un recul de l'activité de construction et de la consommation des ménages, selon les chiffres officiels définitifs publiés vendredi. Le bureau fédéral des statistisques précise que, sur un an, le PIB a progressé de 1,7%, un chiffre là aussi conforme aux données préliminaires, après une baisse de 1,5% sur la période octobre-décembre.

Les exportations, qui ont progressé de 2,6% sur la période, ont été un facteur essentiel de croissance. Mais, finalement, la contribution du commerce extérieur au PIB a été négative (de 1,1%), du fait de la progression encore plus élevée des importations (6,1%). Les investissements (+1,3%) ont permis de compenser cette contribution négative. En particulier, les investissements en biens d'équipement ont augmenté de 1,6%, et les investissements publics de 1,1%.

En revanche, les investissements dans la construction ont fortement baissé de janvier à mars (-3,8%), en raison d'un hiver exceptionnellement rigoureux qui a considérablement freiné l'activité du secteur. Quant à la consommation des ménages, l'un des points faibles de l'économie allemande, elle a reculé de 0,8%.

Activité ralentie dans le secteur manufacturier

Enfin, l'activité du secteur manufacturier s'est ralentie outre-Rhin en mai, contre toute attente, en raison de la crise de la dette de la zone euro et d'un pic dans la reconstitution des stocks qui ont freiné la croissance de la production et du carnet de commandes. Selon les premières estimations de l'enquête Markit publiées vendredi, l'indice PMI manufacturier a reculé à 58,3 contre 61,5 observé en avril et attendu par les économistes. Le sous-indice de la production est tombé à 58,7 contre 66,9 en avril.

L'indice PMI pour les services est ressorti à 53,7, contre 55,5 attendu et 55,2 en avril qui était alors son rythme le plus élevé enregistré en trois ans. L'indice composite, lui, s'est établi à 55,5 après avoir atteint son plus haut niveau depuis août 2007 en avril à 59,3.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :