L'Italie prépare elle aussi son plan de rigueur

 |   |  623  mots
(Crédits : © )
Les mesures, qui devraient permettre de ramener le déficit budgétaire italien de près de 13 milliards d'euros, devraient être décidées mardi soir.

Selon l'agence Reuters citant des sources gouvernementales, le gouvernement italien se réunira mardi soir pour approuver les mesures pour 2011 et 2012 visant à réduire le déficit budgétaire du pays. Les mesures, qui devraient permettre de ramener le déficit budgétaire italien de près de 13 milliards d'euros, devraient ensuite être présentées lors d'une conférence de presse.

Le plan d'austérité préparé par le gouvernement italien prévoit un plafonnement des salaires et des embauches dans le public, des départs à la retraite différés ou encore une diminution des transferts d'argent vers les collectivités locales. Les mesures, qui devraient, en 2011, permettre de réduire le déficit budgétaire italien de près de 13 milliards d'euros, devraient être présentées lors d'une conférence de presse qui aura lieu dans la soirée à la suite de la réunion du conseil des ministres prévue à 16h00 GMT.

L'Italie va donc se rajouter à la liste des pays européens en passe de s'appliquer une cure d'austérité, où figurent déjà la Grèce, le Portugal, l'Espagne et, avec un plan présenté ce lundi, la Grande-Bretagne. Selon le projet de budget dont Reuters a obtenu une copie, il est précisé que seuls 20% des agents qui quitteront le secteur public entre 2011 et 2013 seront remplacés.

Les fonds alloués aux autorités municipales et régionales seront par ailleurs réduits de deux milliards d'euros en 2011 et de 3,8 milliards en 2012. Ceux qui auront gagné le droit de partir à la retraite entre la mi-2011 et la fin de cette même année devront continuer à travailler pendant six mois de plus, lit-on encore dans le document.

Intervenant à un moment où un sondage d'opinion publié dans le Corriere della Sera fait état d'une chute de la popularité du gouvernement Berlusconi (), le plan d'austérité prévoit également une baisse de 400 millions d'euros des dépenses de santé en 2011, suivie d'une nouvelle réduction de 1,1 milliard en 2012.

Les dépenses des ministères, y compris les salaires, seront réduits de 8% à 10% par an entre 2011 et 2013. Les ministres verront leurs émoluments baisser de 10% l'année prochaine, de même que les agents publics qui gagnent plus de 75.000 euros par an.

OBJECTIF D'UN DÉFICIT BUDGETAIRE DE 2,7% EN 2012

La commission économique du Parti du Peuple de la Liberté (PDL) du président du Conseil Silvio Berlusconi doit se réunir lundi pour discuter des propositions élaborées par le ministre de l'Economie Giulio Tremonti.

Les autorités exposeront ensuite le plan aux dirigeants syndicaux et aux représentants des gouvernements locaux, mardi, avant la réunion du conseil des ministres. Les syndicats devraient ensuite tenir une conférence de presse au cours de laquelle ils devraient réagir aux mesures du plan. Les responsables syndicaux se sont dit prêts à soutenir les mesures tant qu'elles ne frappent pas injustement les pauvres.

"Les réductions de déficit s'élèveront à 24 milliards (d'euros sur deux ans)", a déclaré Paolo Bonaiuti, porte-parole du gouvernement, qui se trouvait dimanche avec Tremonti lors de l'élaboration du train de mesures d'austérité. Il a exclu toute augmentation des impôts: "Nous ne plongerons pas les mains dans les poches des Italiens", a-t-il dit.

Les réduction de déficit, équivalant à 1,6% du PIB italien, visent à ce que le déficit budgétaire italien soit ramené d'ici 2012 en dessous du plafond de 3% fixé par l'UE. L'Italie a pour objectif de ramener d'ici 2012 son déficit budgétaire à 2,7% du PIB contre 5,3% cette année. Après la Grèce, le Portugal et l'Espagne, la pression monte sur l'Italie dans le cadre de la crise de la zone euro et de ses déficits publics.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2010 à 4:56 :
les élus du peuple italien font également un effort en renonçant à une faible partie de leur "solde"ce qui représente un geste fort, mais quand est-il pour nos élus français ?
a écrit le 25/05/2010 à 0:36 :
APRES L ITALIE VIENDRA LA FRANCE PUIS CE SERA LE TOUR DU ROYAUME UNI - LES SALAIRES DES FONCTIONNAIRES VONT ETRE LIMITES DE MEME QUE LES PENSIONS RETRAITES - LES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES VONT AUGMENTER POUR TENTER DE COMBLER LES DEFICITS DES ETATS SURENDETTES - CETTE SITUTATION VE CONDUIRE A UN NOUVEAU CHOC ECONOMIQUE QUI VA ACCELERER LE CHOMAGE ET CONDUIRE A UNE DEFLATION A LA JAPONAISE -

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :