Coup d'arrêt à la consommation aux Etats-Unis en avril

 |   |  437  mots
Les ménages américains ont consommé moins que prévu en avril et leur revenu a augmenté moins qu'attendu. De plus, l'activité a ralenti dans la région de Chicago. Néanmoins, le moral des Américains s'est amélioré en mai.

Les ménages américains ont consommé moins que prévu. Leurs dépenses ont brusquement freiné en avril. Elles ont, en effet, stagné par rapport au moins de mars alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,3%, selon le département de Commerce. Cela met fin à six mois consécutifs de hausse. Les dépenses de consommation des Américains enregistrent ainsi leur plus mauvaise performance depuis septembre 2009.

Pourtant les revenus des ménages américains ont progressé sur la même période, de 0,4%. Les analystes s'attendaient à une hausse de 0,5%. Le taux d'épargne, lui, a atteint 3,6% en avril contre 3,1% en mars. Le revenu réel disponible a quant à lui augmenté de 0,5% en avril, soit sa plus forte hausse depuis mai, après avoir progressé de 0,3% le mois précédent.

Les statistiques montrent aussi une hausse de 1,2% sur un an de l'indice des prix à la consommation PCE, la plus faible depuis septembre, contre 1,3% en mars.


Le moral des ménage s'améliore

Le moral des ménages américains s'est légèrement amélioré en mai, selon les résultats définitifs de l'enquête de l'Université du Michigan. L'indice du sentiment des consommateurs ressort à 73,6 (73,3 en première estimation), contre 72,2 en avril, retrouvant ainsi son niveau de février et mars. Les économistes anticipaient en moyenne une confirmation de l'estimation initiale.

L'indice mesurant le jugement des consommateurs sur la situation économique actuelle est finalement resté stable à 81 après avoir été annoncé à 81,1 il y a deux semaines. Les analystes attendaient 81,1. Les anticipations des consommateurs sont aussi en hausse, à 68,8 (68,3 en première estimation) contre 66,5 en avril et 67,9 en mars. Les analystes attendaient 68.

L'indice des perspectives économiques à l'horizon d'un an a progressé à 83, moins qu'en première estimation (84), contre 80 en avril. Les anticipations d'inflation à un an sont en hausse à 3,2% (3,1% d'abord annoncés), au plus haut depuis juin 2009, contre 2,9% en avril.


L'activité a ralenti dans la région de Chicago en mai

La croissance de l'activité économique dans la région de Chicago , l'une des plus industrialisées des Etats-Unis, a ralenti en mai, montre enfin l'enquête mensuelle de l'institut ISM- Chicago auprès des directeurs d'achats.  L'indice d'activité (PMI) est revenu à 59,7, contre 63,8 en avril, un plus haut de cinq ans, et 58,8 en mars.

Les économistes anticipaient un ralentissement moins important, avec une estimation à 62. L'indice reste toutefois nettement au-dessus de la barre des 50 qui sépare l'expansion de la contraction.

Le sous-indice de la production a également reculé à 61 contre 63,1 en avril, tandis que celui de l'emploi passait sous la barre des 50, à 49,2 contre 57,2 en avril. La composante des nouvelles commandes recule à 62,7 contre 65,2 le mois précédent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2010 à 3:41 :
Quand je pense aux doux naïfs qui croyaient que la crise était finie. En fait, elle ne finira jamais mais l'espoir sera de mise jusqu'au bout, cela aide beaucoup, à survivre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :