PIB trimestriel en hausse pour la zone OCDE en début d'année

 |   |  309  mots
Le produit intérieur brut (PIB) de la zone OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a progressé de 0,7% au premier trimestre 2010. C'est le quatrième trimestre consécutif de croissance.

Au cours du premier trimestre 2010, le produit intérieur brut (PIB) de la zone OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) s'est affiché en progression (de 0,7%) pour le quatrième trimestre consécutif. Il est également en hausse par rapport au PIB enregistré en 2009 pour la même période, où il était en repli de 2,4%. Parmi les pays présentant une forte croissance du PIB, on retrouve les Etats-Unis (0,8%) et le Japon (1,2%).

"Plus terne" dans l'Union européenne, cette croissance du PIB a atteint 0,2%. De son côté, l'Italie a retrouvé une croissance positive au premier trimestre de l'année (0,5%) contre un repli de 2,9% un an plus tôt, tandis que le quatrième trimestre 2009 s'affichait encore en légère baisse de 0,1%. En France et au Royaume-Uni, le rythme de la reprise s'est ralenti, mais il est resté inchangé en Allemagne.

En glissement annuel, le PIB dans la zone OCDE a retrouvé une croissance positive (2,5%) après cinq trimestres consécutifs de contraction. A l'exception du Royaume-Uni où le PIB a diminué de 0,2% par rapport au même trimestre de l'année précédente, le PIB a été supérieur au niveau enregistré l'année précédente dans les autres principales économies de l'OCDE, avec un fort rebond au Japon (4,2%).

Les trente pays membres de la zone OCDE sont les suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Corée, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède, Suisse et Turquie. Le Chili est un nouveau membre de l'OCDE depuis le 7 mai 2010. Cependant les données chiliennes ne sont pas encore incluses dans les calculs de la zone OCDE afin de permettre une intégration ultérieure efficace et statistiquement correcte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :