La BCE relève ses prévisions de croissance

 |   |  336  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque centrale européenne estime désormais que la croissance devrait atteindre en moyenne 1,6% dans la zone euro en 2010. Par ailleurs, la BCE maintient inchangé son principal taux directeur.

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé ce jeudi ses prévisions de croissance pour la zone euro. L'institution table désormais une progression comprise entre 1,4% et 1,8% du Produit intérieur brut (PIB) des seize pays dans lesquels circule la monnaie unique. Sa précédente fourchette allait de 0,7% à 1,3%.

"La fourchette de croissance du PIB réel cette année a été révisée à la hausse grâce au rebond plus vigoureux que prévu de la croissance économique au deuxième trimestre ainsi qu'à l'évolution meilleure que prévu observée durant les mois d'été", a expliqué le président de la BCE Jean-Claude Trichet, au cours d'une conférence de presse.

"Pour 2011, la fourchette a également été revue en hausse pour refléter principalement les effets prolongés de la croissance plus forte attendue vers la fin 2010". Cette révision a la hausse a cependant été moins importante. La nouvelle fourchette mise sur 0,5% à 2,3% de croissance, contre +0,2% à +2,2% précédemment.

Le mois dernier, la Commission européenne avait dit s'attendre à une croissance de 0,9% en 2010 et de 1,5% en 2011.

La BCE a aussi revu en légère hausse ses pronostics en matière d'inflation, mais même dans la nouvelle hypothèse celle-ci resterait encore sous contrôle en 2010 comme en 2011. L'inflation est désormais attendue entre 1,5% et 1,7% cette année, et entre 1,2% et 2,2% en 2011. Dans les deux cas, la hausse des prix resterait conforme à l'objectif de la BCE d'une inflation inférieure à 2% mais proche de ce chiffre.

Par ailleurs, la Banque centrale européenne (BCE) n'a pas modifié ses taux directeurs jeudi dans un contexte macroéconomique très incertain pour la zone euro. Le taux de refinancement reste à 1%, un niveau historiquement bas qu'il affiche depuis le 7 mai 2009. Le taux de facilité de dépôt demeure à 0,25% et le taux de prêt marginal à 1,75%.

C'est le seizième mois d'affilée que le taux "refi" ne bouge plus et les économistes pensent que ce statu quo durera jusqu'au quatrième trimestre 2011.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :