Brusque envol de l'once d'or sur fond de rumeurs liées à la zone euro

 |   |  305  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'once d'or a bondi de plus de 20 dollars en quelques heures à 1422,35 dollars. Elle frôle aussi son record en euro.

Le mouvement de panique reflété par l'once d'or, qui a franchi le seuil des 1400 dollars en bondissant de 20 dollars mardi matin, n'est pour une fois pas lié au billet vert. Ce repli vers le métal jaune s'explique par des rumeurs concernant les dettes irlandaises et grecques, dont les taux se tendent depuis lundi.  En Irlande, les taux à 10 ans des obligations d'Etat ont atteint un rendement de 7,91 % par an lundi, un record depuis 1996. En Grèce, ces rendements excèdent les 11 %. Des taux qui témoignent du risque auquel les investisseurs associent les placements en question.

Sur le marché au comptant londonien, l'once d'or a bondi jusqu'à 1.422,30 dollars par once. L'once d'or en euro, qui résistait mieux ces dernières semaines, a en effet rattrapé son retard et revient frôler son record de juin dernier, soit 1019 euros : elle cote 1016 euros ce matin.

Les petites déclarations d'hommes politiques à deux jours de la réunion du G20 à Séoul ont tendance à attiser les inquiétudes qui pèsent sur le système financier international. Ainsi, la Chine s'est dite mardi matin "préoccupée " par la politique monétaire américaine

"Le "Quantitative Easing" américain ajoute des risques au déséquilibre économique mondial, presse les marchés émergents d'ajuster leur balance internationale des paiements et pourrait aussi favoriser la formation de bulles de valeurs mobilières, ce qui requiert notre vigilance", a- déclaré Ma Delun, vice-gouverneur de la Banque populaire de Chine lors d'un Forum de la finance internationale à Pékin.

Craintes d'inflation et problèmes de dettes de pays de la zone euro forment un coktail dans lequel l'once d'or ne peut que grimper à court terme, à moins que le G20 ne parvienne à apaiser les tensions en affichant une position commune ferme sur le traitement de la crise financière.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2010 à 9:59 :
Monsieur est ignorant : l'Or se mange... contrairement au papier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :