L'épidémie de sida enfin endiguée

 |   |  343  mots
Le directeur exécutif de l'Onusida, Michel Sidibé.(photo Reuters)
Le directeur exécutif de l'Onusida, Michel Sidibé.(photo Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon le dernier rapport d'Onusida, le nombre de personnes ayant contracté le virus du sida a baissé de 19% depuis 1999.

La progression du virus du sida a-t-elle été stoppée pour de bon ? Selon l'enquête annuelle d'Onusida, il semble que oui. Depuis 1999 - année où le nombre de personnes nouvellement contaminées a atteint un niveau record  dans le monde - les nouveaux cas d'infections recensées ont reculé de 19% pour atteindre 2,6 millions en 2009. Au total, on recense ainsi dans le monde 60 millions de séropositifs.


 

"Pour la première fois, nous pouvons dire que nous brisons la trajectoire de l'épidémie de sida. Nous l'avons stoppée et commençons à la faire reculer", a expliqué Michel Sidibé, le directeur exécutif de l'Onusida en commentant ce rapport. Cette inflexion est une victoire pour tous ceux qui se battent contre cette maladie apparue au milieu des années 80 et qui, depuis, a fait plus 30 millions de victimes.

Selon le rapport de l'Onusida, si les nouvelles infections par le VIH ont diminué, c'est notamment grâce à l'adoption de pratiques sexuelles plus sûres. Michel Sidibé se dit néanmoins préoccupé par le ralentissement des octrois de fonds destinés à combattre la maladie, les investissements des donateurs internationaux ayant stagné pour la première fois en 2009, et par les obstacles auxquels se heurtent les groupes marginalisés comme les toxicomanes en matière de prévention.

Selon l'Onusida, un montant de 15,9 milliards de dollars était disponible en 2009 pour la lutte mondiale contre le sida, soit 10 milliards de moins que ce qui était nécessaire. "La demande surpasse l'offre. La honte, les discriminations et les lois inadaptées continuent à barrer la route aux personnes qui vivent avec le VIH et aux personnes marginalisées", a déclaré Sidibé.

Le rapport estime que, parmi les séropositifs ayant besoin d'un traitement, dix millions de personnes dans le monde n'y ont pas accès. En Afrique subsaharienne, la région la plus durement touchée par le VIH et le sida, on a enregistré 1,3 million de décès liés au sida en 2009 et 1,8 million de personnes y ont contracté le virus VIH.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :