Ces sociétés américaines qui font du business avec le "diable"

 |   |  370  mots
Les marques européennes sont déjà très présentes en Iran. Ici , un magasin Adidas à Téhéran.  Copyright Reuters
Les marques européennes sont déjà très présentes en Iran. Ici , un magasin Adidas à Téhéran. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le gouvernement américain impose un embargo à certains pays : Iran, Corée du Nord, Cuba... au nom de la lutte contre le terrorisme et la prolifération nucléaire. Pourtant, selon les révélations du New York Times, nombreuses sont les entreprises du pays qui, ni vu ni connu, commercent avec ces pays.

Des chewing-gums, des appareils de musculation, des services informatiques, des produits de luxe : nombreuses sont les sociétés américaines, qui, de Wrigley?s, le fabricant de chewing-gums (groupe Mars), à General Electric en passant par des dizaines d?autres entreprises (Kraft Food, Pepsi ?) ont réussi, au mépris de l?embargo institué depuis des années par le gouvernement américain, à vendre des produits à des pays considérés comme soutenant le terrorisme international ou la prolifération nucléaire. Cuba, la Corée du Nord, l?Iran, sont autant de pays qui figurent sur une liste noire établie par Washington. Dans ces conditions, impossible de commercer avec ces pays ? à moins qu?il s?agisse d?opérations humanitaires.

 

Dans tous les cas, il faut demander une licence spéciale pour exporter. C?est alors que la notion "d?opérations humanitaires" s?élargit considérablement. Elle inclut non seulement la nourriture, mais aussi un concept plus large d?aide à la démocratie? Certes, les services informatiques peuvent améliorer l?accès à internet et soutenir la démocratie, mais le pop corn offre-t-il réellement des éléments nutritifs importants, de même que le chewing-gum ? C?est en tout cas ce qu?on soutenu les entreprises soucieuses d?exporter ces produits typiquement américains en vue d?obtenir une licence. Avec succès d?ailleurs. Et cela dure depuis des années?

 

C?est le New York Times, qui, au terme d?une investigation de trois ans (le temps que, au nom de la liberté d?information, sa demande de documents officiels fasse son chemin auprès de l?administration), fait ces révélations dans son édition de vendredi. Le département d?Etat a déjà réagi, en minimisant l?affaire, déclarant que les exportations vers l?Iran, par exemple, ne s?élevaient, au premier trimestre de cette année, qu?à 0,02% de la totalité des exportations américaines, et "bien moins que les exportations européennes vers ce pays"?

 

Quant aux entreprises concernées, certaines tentent de justifier leurs choix, tandis que General Electric a promis de donner les bénéfices engrangés dans ces opérations à des ?uvres de charité?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2010 à 8:56 :
Ce petit pays (Cuba) est malgré tous les "tours de cochon" des américains, le seul qui ait su résister à l'ogre américain.
Qu'en pensez-vous ? Collabos et putains (au masculin) français.
Essayez d'être moins "cons" en 2011 que vous ne l'étiez en 2010.
Meilleurs Voeux...Jean-Claude Meslin
a écrit le 27/12/2010 à 12:13 :
le temps ou les usa pouvaient faire la pluie et le beau temps est revolu qu'ils decretent un ambargo et il se trouvera toujours des societes chinoises indiennes bresiliennes ou autres pour prendre la place.
a écrit le 27/12/2010 à 11:30 :
Les Etatsuniens sont quand même les rois des faux-culs!
a écrit le 27/12/2010 à 2:12 :
chewing-gums, pop corn, coca en réalité c'est parce que se sont des produits toxics.
C'est pour tuer les terroristes et leur familles voila tout.
a écrit le 25/12/2010 à 16:42 :
Personnellement, je ne vois pas pourquoi se priver de clients parce qu'un illuminé de type Bush ou Sarko a décidé qu'ils ne les aimaient pas, sans toutefois se priver de leur vendre des armes quand l'occasion se présente :-)
a écrit le 24/12/2010 à 18:44 :
des qu'il s'agit de money (business) peu importe la moralité, le fric est comme la nature ,il à horreur du vide il s'investit là ou il est possible de se faire de l'argent,et comme il n'y à aucune moralité dans le système capitaliste actuel,je dis bien actuel...tous les coups sont permis..du moment que ça fait de la thune...c'est détestable comme fonctionnement de penser ainsi...mais c'est comme ça!!! alors les bonnes ^ames passez votre chemin...
a écrit le 24/12/2010 à 16:48 :
Je me souviens d'un embargo lancé sur un État, il y a quelques années par les États Unis et une fois les sociétés pétrolières européennes dégagées, les sociétés pétrolières américaines ont occupées les places laissées vacantes.
a écrit le 24/12/2010 à 16:14 :
Les plus diaboliques, ce sont quand même les banques, qui ont prété des milliards à des gens pauvres incapables de rembourser, ont refourgué ces crédits à des investisseurs en leur garantissant la qualité de ces crédits, se sont auto attribué des bonus énormes, puis ont demandé à l'état de sortir des centaines de milliards pour les sauver (les banques), tout en demandant à la banque centrale de racheter ces crédits pourris pour plus de 1450 milliards, tout en mettant à la porte sans vergogne tous ces pauvres à qui elle avaient prété... et en mettant en faillite certains états. N'est ce pas totalement diabolique ? C'est le summum du diabolique !!!
Réponse de le 24/12/2010 à 23:31 :
Comme vous avez raison ! Et quand on pense qu'aucun banquier n'a ete traduit en justice. Le crime paye et paye bien!
Réponse de le 25/12/2010 à 2:35 :
... et pendant ce temps là ... les banques (les banquiers) augmentent régulièrement et subrepticement les frais facturés à leurs clients !
Réponse de le 25/12/2010 à 12:07 :
Tant que nous utiliserons le "crédit" pour consommer, ces gens là, qui nous ont volé resterons bien au chaud, sans être inquiété...
Même les lois de nos démocraties sont corrompues... mais bien entendu, personne n'est prêt a vivre comme au "moyen âge", ce serait trop de sacrifices...
les temps changent, demain nous seront confrontés au pire si nous ne réagissons pas... recherchez la vérité et vous serez équerré !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :