La BCE double ses achats d'obligations d'Etat

 |   |  146  mots
Copyright Reuters
La Banque centrale européenne aurait surtout acheté des titres des pays fragilisés de la zone euro.

La Banque centrale européenne a racheté 1,121 milliard d'euros d'obligations d'Etat la semaine dernière, soit près du double du montant repris la semaine précédente.
Depuis mai, lorsque la BCE a entamé ce programme, l'institution monétaire a racheté 73,5 milliards d'euros.
Le montant racheté la semaine dernière est à comparer aux 603 millions d'euros dépensés lors de la semaine au 17 décembre.
La BCE ne donne pas de détail sur ces achats mais la plupart des analystes estiment que la banque centrale concentre ses achats sur la dette des pays en difficulté tels que l'Irlande, la Grèce et le Portugal.
Ces achats constituent la contribution essentielle de la BCE au programme de sauvetage de 750 milliards d'euros de l'Union européenne et du Fonds monétaire international mis en place au plus fort de la crise de la dette en mai.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2010 à 8:32 :
Cela revient à faire de la création de monnaie par la BCE à l'instar de la Fed. Au final, dollar et euro ne devraient pas trop fluctuer l'un par rapport à l'autre, une nouvelle manière de stabiliser le cours des monnaies. Par contre, le yuan est au plus haut. Il faut donc continuer cette politique de création de monaie de part et d'autre de l'Altantique.
Réponse de le 28/12/2010 à 8:52 :
En attendant que l'inflation pointe son nez. Ce qui permettra de faire baisser indirectement les salaires (en ne les augmentant pas + réduction du pouvoir d'achat) et ainsi appauvrir encore plus les gens.
Encore des économistes qui n'ont jamais rien compris en économie et qui ne connaisse rien à l'histoire : quand on fait tourner la planche à billet ça fini toujours mal !
Réponse de le 28/12/2010 à 10:53 :
Bien sûr, la planche à billets, c'est pas bien du tout, la solution étant une gestion rigoureuse avec augmentation des impôts, le cas échéant. Mais la situation économique mondiale vogue au gré des vagues dûes à tout un chacun des pays, il ne reste plus que des mesures au petit bonheur la chance. On peut juste les commenter un peu, c'est tout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :