Taxe Tobin : Christine Lagarde évoque dans La Tribune la piste d'une taxe sur les transactions de changes

 |   |  437  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Cette idée de "taxe Tobin", jadis apanage de la gauche radicale, a été reprise par certains gouvernements, notamment en France, après la crise financière mais sa mise en oeuvre reste très incertaine.

La taxe sur les échanges financiers internationaux proposée par la France pourrait porter sur les transactions de change, suggère la ministre de l'Economie Christine Lagarde dans un entretien publiée ce lundi dans La Tribune.

Cette idée de "taxe Tobin", jadis apanage de la gauche radicale, a été reprise par certains gouvernements, notamment en France, après la crise financière mais sa mise en oeuvre reste très incertaine.

Priée de dire quelle forme la taxe pourrait prendre, Christine Lagarde répond qu'elle pourrait porter sur un type de transactions qui consiste à spéculer sur les variations de taux de change entre les devises.

"La transaction sur les changes, c'est ce qu'il y a de plus identifiable et de plus traçable. Son taux n'est pas défini", dit-elle.

Il faudra dégager 100 milliards de dollars par an de nouvelles recettes pour respecter les engagements pris par la communauté internationale pour financer l'aide au développement, rappelle-t-elle.

La perspective reste cependant floue, a reconnu la ministre, car les oppositions sont fortes, notamment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. "Nous commençons seulement le travail d'explications et de convictions. Il faut admettre que nombre de pays sont aujourd'hui rétifs. C'est un travail que nous entamons avec les Allemands", explique la ministre.

Christine Lagarde indique aussi que la France entend agir pour favoriser l'émergence d'un débat sur les taux de change entre monnaies, en visant implicitement la Chine, dont le yuan est accusé d'être sous-évalué.

"Il est indispensable que le commerce mondial puisse se développer dans des conditions non faussées par une concurrence monétaire déloyale", dit-elle.

Elle parle de la création d'une "instance appropriée" pour débattre du problème en y faisant participer la Chine, en citant la possibilité d'un sous-groupe du G20.

Une autre possibilité est de regrouper les pays qui fournissent au Fonds monétaire international les monnaies composent les Droits de tirage spéciaux (DTS), un instrument de réserve international, et d'y intégrer le yuan.

"Cela pourrait inciter les Chinois à s'orienter vers la convertibilité du yuan", dit-elle.

Priée de dire si elle est optimiste pour la présidence française du G20, la ministre se montre prudente en rappelant que cette instance ne constitue pas une institution susceptible de prendre des décisions contraignantes.

"Rappelez-vous ce qu'est le G20: ce n'est pas un organisme décisionnel, mais une instance de concertation, de proposition, et d'élaboration de principes", dit-elle.

A lire dans La Tribune de ce lundi 31 janvier 2011 l'interview exclusive de Christine Lagarde, réalisée à Davos.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2011 à 16:02 :
Madame Lagarde disait à Eric Cantona qu'il fallait mieux laisser l'économie aux professionnels. Je pense qu'elle a parfaitement raison. Alors qu'elle arrête.
Cela fait trois ans et demi qu'elle ne fait rien sinon que de se féliciter du PIB pour lequel elle n'y est pour RIEN puisque c'est l'ensemble des travailleurs qui font le PIB, jamais un ministre.
Si par le pur hazard elle lisait ce petit mot, je l'invite à lire von Mises sur l'Interventionnisme, après le ridicule aux joues elle arrêtera de faire croire qu'elle fait l'économie.
Qu'elle ne touche surtout à rien et encore moins à une nouivelle taxe qui ne servira à rien sinon qu'à enrichir des obligés de la République (je vai lui enlevé son R majuscule puisqu'elle n'a plus le sous) pour nous acheter des armes et non à se développer. Ce qui serait pertinent ce serait d'investir en hommes et en moyens surveillés pour assurer le développement plutôt que d'inventer encore une taxe. Le politicien a une greffe appellée taxe à chaque mot alors qu'il n'a jamais produit aucune richesse réelle.
a écrit le 01/02/2011 à 10:01 :
Celle-là, il faut la renvoyer aux USA et mettre dans ses bagages: Sarkozy, Copé, Hortefeux, Fillon et toute la clique, pour rejoindre Strauss-Khan (qui doit y rester).
Ensuite, avec les vrais talents de ce pays, on doit pouvoir remettre la France sur les rails et rendre les habitants de ce merveilleux territoire: heureux... Géronimo
a écrit le 31/01/2011 à 12:12 :
L'avez-vous entendue un jour proposer des économies sur les dépenses?

La France n'a pas de pétrole, hélas elle n'a plus d'idées!
a écrit le 31/01/2011 à 10:38 :
quel chef d'état propose de la suivre ? elle ne peut pas faire seule sa réforme ; la France est "toute petite" dans le monde.....
a écrit le 31/01/2011 à 9:48 :
nos systèmes économiques vieillissent ,le (tout pour ma gu..le)commence à atteindre ses limites, il serait vain de croire que les pays émergents vont se contenter de leur sort ...c'est hélas teminé, meme les grands Rais patentés doivent passer la main , Ben Ali ,,Moubarack, ainsi que les autres qui vont suivre ....il aurai fallut s'inquiéter bien avant de la taxe Tobin ...now is too late...c'est comme ça...et c'est la réalité!!
a écrit le 31/01/2011 à 9:36 :
RECTIFICATIF.

Je disais dans mon précédent commentaire que la idspora virait trois milliards de frnacs CF au Sénégal en 2004 il s'agit de trois cents lilliards de france CFA (Trois miliards de frances français).
a écrit le 31/01/2011 à 9:23 :
LE DRAME DE L?AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT



Ils ne comprendront donc jamais que le drame de l'aide au développement n'est pas dû à un problème de ressource financière, mais à la façon dont cette ressource est employée!

Ils ne retiendront donc jamais les leçons de la crise financière dans laquelle nous sommes plongés due au fait que nous entendons faire de l'argent avec de l'argent!

Voilà que notre Président de la République veut prélever une taxe sur chaque échange financier!

Mais Monsieur le Président pour qu'il y ait des échanges financiers il faut qu'il y ait de la création monétaire, la première étape de cette création étant la production de céréales, de lait, de pommes de terre de nourriture quoi ! à la sueur de notre front.
Or non seulement vous refusez d'assurer le développement des pays pauvres en ne respectant pas cette première étape indispensable de l'atteinte de l'autosuffisance alimentaire, mais vous vous employez à ce que notre agriculture soit démantelée comme elle l'est dans tous les pays du monde! Qui va donc produire des pommes de terre entre autres, pour générer des échanges financiers?

Personne à ce jour n?a sérieusement traité le problème des transferts d?argent vers le continent africain des diasporas qui vivent en Europe.
En 2004 on annonçait au Sénégal que ces transferts depuis la France s?élevaient à quelques trois milliards de francs CFA.
Ils subissaient un prélèvement de l?ordre de 10 % de la part des officines assurant ces virements et les sommes en questions restaient à destination sous forme fiduciaire ou étaient utilisés dans des investissements de prestige n?apportant rien à l?économie.

Le problème de l?aide au développement ne tient pas d?une part au volume de cette aide, mais à la façon dont elle est utilisée ; mais surtout au fait que l?on se refuse à bancariser les populations de ces pays en utilisant le modèle coopératif, dont la microfinance, tarte à la crème du développement ne doit être que la toute première étape qu?il faut bien vite dépasser.
a écrit le 31/01/2011 à 8:41 :
Une taxe sur les convertions monaitaires ????
Du grand n'importe quoi ! Comment organiser des exportations si en plus du reste, il payer des conversions Euro-Dollar etc.. !!!!
C'est de la follie !
a écrit le 31/01/2011 à 8:35 :
La crise (2007 2008) restera sans solutions si les gouvernements qui avaient perdu la main par rapport aux banques ne s'entendent pas pour réguler. Si rien ne se passe ce sont les spéculateurs qui détruiront le système bancaire à la prochaine secousse !

Merci à Madame LAGARDE de continuer avec les européens à se battre pour avancer vers une régulation. L'Europe a montré l'exemple du courage politique au cours de l'histoire, elle a la capacité pour continuer et progresser.
Réponse de le 25/02/2011 à 3:04 :
A la prochaine secousse toutes les banques peuvent crever je ne donnerais pas un Euro !!!
a écrit le 31/01/2011 à 8:29 :
champion du monde des impots,champion du monde des déficites. DERNIER DE LA CLASSE pour des économies!!!!!!
a écrit le 31/01/2011 à 7:42 :
La taxe Tobin, vieille proposition évoquée en son temps par ATTAC, reprise aujourd'hui par le président. Est-elle applicable, les flux financiers vers les paradis fiscaux seront-ils identifiés?
Lire le livre: L'Anarchie Finançière Mondiale: paru aux Editions Edifree sur Internet.
Réponse de le 31/01/2011 à 8:26 :
Qu'est ce qu'il dit le livre, Mr Rouillard ? Applicable ou non ?
Réponse de le 31/01/2011 à 8:43 :
@ JMR,
Merci pour les référnce du livre !
@ AJ, Quelle question, j'ai pas lu le livre, mais je peux déjà dire que c'est meme pas la peine d'y penser !!
Réponse de le 31/01/2011 à 9:48 :
Merci Ile caiman, c'est aussi mon avis mais j'aimerais que JMR confirme.
a écrit le 31/01/2011 à 0:09 :
elle est belle Christine quand elle hésite et qu elle a un peu honte, elle va avoir des remords de dire de chose comme ca
a écrit le 30/01/2011 à 23:43 :
non mais ca va pas la tête ma ptite dame, vous vous croyez ou la, taxer les transactions et puis quoi encore pourquoi pas taxer les bouzins dans les wc ou bien l air qu on respire, elle ne manque pas d air celle la
a écrit le 30/01/2011 à 23:29 :
nous n'en voulons pas de votre taxe tobin - ns allons encore perdre sur le change , merci Madame -









a écrit le 30/01/2011 à 23:07 :
Elle commence le travail d'explication, la douce Lagarde. Les Americains et autres Anglais n'y comprennent rien alors il faudra du temps a Mme la ministre de cette immense pays qu'est la France, leader moral de la planete, pour guider ces ignards vers la prosperite economique. Cela fait des annees que l'on nous ressort le serpent de mer de la taxe tobine mais maintenant que Lagarde va expliquer, tout change. Elle reve en couleur Mme la ministre.
Réponse de le 31/01/2011 à 6:24 :
Oui, leader du monde...décadent !
a écrit le 30/01/2011 à 22:52 :
C'est une idée lumineuse : il suffit d'ajouter T.F à l'ISF et on a un impôt sur la fortune et les Transactions Financières, soit ISFTF. C'était tout simple! On remet des barbelés aux frontières, et le tour est joué.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :