Quand les Britanniques défilent contre l'austérité

 |   |  431  mots
Copyright Reuters
Plusieurs centaines de milliers de Britanniques ont manifesté, samedi dans le centre de Londres, pour protester contre la politique d'austérité du gouvernement Cameron. Il s'agit de la plus forte mobilisation en vingt ans.


Les syndicats britanniques ont gagné leur pari. Plusieurs centaines de milliers de Britanniques ont défilé, samedi à Londres, pour protester contre la politique d'extrême rigueur du gouvernement. Ce succès traduit la colère croissante de l'opinion contre les coupes claires dans les dépenses de l'Etat, les réductions d'emplois dans la fonction publique, les augmentations d'impôts et la réforme des retraites annoncés par le Premier ministre David Cameron. Celui-ci affirme qu'il ne cédera pas et se dit soutenu par une partie de l'opinion et les institutions économiques internationales.

L'objectif prioritaire de la coalition entre les conservateurs et les libéraux démocrates, au pouvoir depuis un peu moins d'un an, est en effet de résorber le déficit budgétaire de la Grande-Bretagne, actuellement de l'ordre de 10% du PIB, afin de protéger la note souveraine AAA du pays sur les marchés de la dette. Le vice-Premier ministre Nick Clegg a d'ailleurs sommé les syndicats, samedi, de dire quelles solutions ils proposaient pour réduire ces déficits. " Les gens qui protestent à cor et à cri contre le gouvernement doivent apporter des réponses et dire ce qu'ils feraient ", a dit Clegg dans une interview à Reuters.

THÉRAPIE DE CHOC

Mais les syndicats estiment eux que la cure d'austérité va trop loin (90 milliards d'euros d'ici 2015), qu'elle est trop rapide et, surtout, doutent des vertus de cette thérapie de choc qui, estiment-ils, menace la croissance future et risque de déclasser des millions de Britanniques alors que le chômage est déjà à son plus haut depuis 1994. La manifestation londonnienne, plus vaste mouvement social depuis deux décennies, rappelle celles qu'on déjà connues de nombreux pays européens, soumis au même régime de rigueur depuis la crise financière de 2008-2009, et qui ont fait l'expérience de mobilisations massives de l'opinion contre la baisse des dépenses publiques.

Comme le redaoutait les autorités, le rassemblement a dégénéré, malgré une forte présence policière. Des échauffourées ont eu lieu à Oxford Street, l'une des grandes artères commerçants de la capitale britannique, à l'instar de ce qui s'était produit en décembre lorsque des manifestations étudiantes contre la hausse des frais d'inscription universitaire avaient provoqué les pires émeutes que Londres ait connues en plusieurs décennies. Ces derniers jours, des veilles Internet indiquaient que des groupuscules et organisations anarchistes préparaient des opérations coup de poing, notamment dans les hauts lieux touristiques de la capitale britannique comme Trafalgar Square ou Piccadilly Circus.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2011 à 10:54 :
Je pensais qu'il n'y avait qu'en France que tout allait mal!
a écrit le 27/03/2011 à 13:27 :
Pur sucre torry, D Cameron rejoue la Dame de Fer, mais la situation extérieure n'est pas favorable à la Bible conservatrice: équilibres des dépenses/recettes, coupe dans le Welfare State, impôts et taxes sur les bas et moyens etc...Dès lors le tandem est sur une voie de garage et le Labour prépare le proche scrutin à venir!
a écrit le 27/03/2011 à 8:44 :
Comment reconnait-on les titres de la presse conservatrice française ?
Ils utilisent tous le mot défilés pour qualifier une gigantesque manifestation qui n'a pas eu d'équivalent en France depuis longtemps.
Si un événement de ce genre se passait en France, le Figaro utiliserait plutôt le terme "manifestation" et quand il y a le feu dans la rue, le qualificatif "casseur" et le verbe "dégénérer" apparaitraient tout de suite comme contre feu.
A trop lire la Tribune, le Figaro et les DNA, on finira un jour par penser que les "défilés" sont plus explosifs que les manifestations !
Un comble non ?
Bravo aux experts en communication du gouvernement !
Réponse de le 27/03/2011 à 15:23 :
Vous pensez que les journalistes sont souvent sur off , cela semble de plus en plus vrai , mais pourquoi cette peur ?
a écrit le 26/03/2011 à 20:15 :
Malheureusement pour eux il faut payer les dettes de l'IRAK ,entre autres ,CAMERON est courageux comme Tatcher en son temps , ils se rapprocheront plus de l' EURO dans un 2 eme temps .
a écrit le 26/03/2011 à 18:46 :
C'est facile de dire aux gens qu'il faut se serrer la ceinture lorsque les trois quarts des charlots qui les gouvernent sont millionnaires....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :