Commerce extérieur : la suprématie allemande ne devrait pas durer

 |   |  312  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
C'est l'une des conclusions du rapport du sénateur Bernard Angels dévoilé ce mercredi.

Après le Conseil d?analyse économique (CAE) et le COE-Rexecode, c?est au tout du Sénat de comparer les performances économiques respectives de la France et de l?Allemagne. Réalisé par le sénateur Bernard Angels (PS, Val d?Oise), le rapport présenté ce mercredi aboutit à une conclusion assez originale : la suprématie allemande dans le domaine commercial ne serait pas amenée à durer.

"L'accroissement des excédents de l'Allemagne repose sur la combinaison de gains de parts du marché pour les exportations et d'une faible demande intérieure. Ses effets varient selon les Etats. Il est particulièrement élevé pour les pays qui ne participent pas au "mécano industriel" allemand et sont en concurrence directe avec les exportateurs du pays", explique le sénateur. "Il est peu contestable que la constitution d'excédents croissants par l'Allemagne exerce des effets dépressifs sur la croissance globale de ses partenaires".

De plus, parce que le creusement d'un déficit commercial extérieur s'accompagne de la montée de l'endettement des pays dans lesquels il se produit, "la charge de la dette peut à terme créer un problème de soutenabilité de l'endettement extérieur", poursuit-il. Reste à savoir quand ces questions se poseront. Le rapport ne donne pas de précisions.

Peut-on en déduire que la France pourrait à terme rivaliser à nouveau avec son voisin sur les marchés étrangers ? "Son adaptation à la globalisation qui, comme pour l'Allemagne, est passée par l'exploitation des logiques de la division internationale du travail doit aller au bout de cette logique en développant l'activité sur le territoire national. Compte tenu des limites d'une telle stratégie pour les entreprises de services, il importe de regagner une vigueur industrielle qui s'est affaissée, ce qui suppose de respecter les conditions d'une ré-industrialisation réussie de la France", explique le sénateur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2012 à 18:14 :
C'est bien tout le contraire qui va se passer l'excedent commercial va s'envoler et grossir et nous allons nous retrouver en 1940. Le rouleau compresseur allemand va nous balayer mais cette fois- ci sur le plan economique et personne n'aura rien vu venir comme d'antan.
a écrit le 11/10/2011 à 5:21 :
Ce qui me surprend c'est que personne ne semble se rendre compte qu'il y a des facteurs naturels qui avantagent l'Allemagne, non seulement par rapport à la France mais surtout par rapport aux autres pays de la Zone Euro.
Les principaux facteurs naturels sont: la position géographique centrale, les pays riverains en plein essor et donc bon clients, la topographie du pays (transports par route et voie fluviales faciles, taille du marché intérieur (circa 100 Millions de Germanophones) une solidarité, presque chauvinisme, due à son histoire récente, etc., etc. Il ne suffit pas d'ailleurs de comparer la France à l'Allemagne, la situation est encore plus difficile pour l'Italie par exemple, pour qui ces différences sont encore bien plus marquée que pour la France.
C'est la tout le problème de l'union monétaire, il y aurait remède mais cela sera difficile de faire accepter des changements à l'Allemagne maintenant.
En fait c'est Mitterrand qui a sous-estimé ces avantages naturels et croyait pouvoir profiter des accords de même que l'Allemagne aux dépens des autres pays de l'union monétaire.
Réponse de le 29/05/2012 à 16:29 :
L'italie contrairement à la France a une balance commerciale excedentaire . Pour la France , c'est tout simplement catastrophique ( aggravation du deficit chaque année depuis 10 ans ) . Et puis il y a surtout l'Euro . L'industrie allemande est souvent positionnée dans le haut de gamme et ne craint donc pas un euro cher , qui n'est ni plus ni moins qu un Mark . La France , elle patit de cet Euro cher . Elle est beaucoup plus contrainte à delocaliser .

70 milliards d'euros de deficit exterieur...70 milliards de deficit budgetaire . On ne pourra pas continuer comme ça . Maintenant qu on ne peut plus s endetter d'avantage . Quoi qu il se passe maintenant , la France va rentrer dans une periode qui la menera au declassement economique . Mais d ici là , l euro aura disparu . 10 ans d'austerité sont devant nous . On a rien vu de la crise et on paiera aussi pour les pots cassés ailleurs ( Grèce , Espagne , Dexia , Portugal ..)
a écrit le 11/10/2011 à 5:05 :
"Il est peu contestable que la constitution d'excédents croissants par l'Allemagne exerce des effets dépressifs sur la croissance globale de ses partenaires".
Puisque cela n'est pas contestable, pourquoi ne fait-on rien pour empêcher cela, puisque les autres économies de l'union monétaire sont mises à mal de la sorte. Il est évident que l'Allemagne est avantagé par des facteurs naturels tels que taille du marché intérieur, position géographique, transports faciles grâce à la topographie du pays, etc. etc.
Nous serions donc bien avisé si nous introduisons une taxe spéciales sur les excédents commerciaux accumulés sur une certaine période. Cet taxe pourrait être utiliser pour résorber une partie de la dette souveraine de pays périphériques et donc désavantagés.
a écrit le 07/07/2011 à 19:39 :
La demande intérieure allemande est loin d'être "faible"; sur quelles données de telles conclusions hâtives sont-elles écrites ?. Par ailleurs, il est certain que Deutschland AG est une machine à créer de la valeur ajoutée; ses excédents contribuent aux déficits des autres. Tous les pays n'ont pas, comme la France, des balances commerciales fortement déficitaires et ceux inondés de $ se ruent sur la qualité allemande et tout ce que le monde dit développé peut produire en qualité ou luxe. De rapports de sénateurs, notre pays pourra faire l'impasse; constituer des réseaux commerciaux pouvant apporter des commandes à une industrie à remettre en selle est, en l'espèce, indispensable.
a écrit le 07/07/2011 à 14:13 :
C'est un bon signal pour les français pour continuer à dépenser.
a écrit le 07/07/2011 à 14:12 :
L'Allemagne ,grace à ses salaires bloqués ou baissés (secteurs à 1? de l'heure !),grace à sa réputation surfaite (produits allemands fabriqués en Chine,sous traitants automobiles identiques aux Français etc)l'Allemagne est donc devenu la Chine de l'Europe;pour réequilibrer le système essayons d'acheter français ou italien ou autres européens;quant aux anti euro,qu'ils se mettent dans la tete que si le Franc revenait il faudrait l'amarrer à l'éventuel Mark ou Euro restant sinon il coulerait en 2 mois;et puis arretons d'admirer les Allemands outre mesure car beaucoup d'entreprises d'Europe travaillent aussi bien ou mieux et ne bénéficient pas d'une aura abusive
a écrit le 07/07/2011 à 12:05 :
Regardons l'évolution du marché ces 20 dernières années : des riches de plus en plus riches et plus nombreux, une classe moyenne au pouvoir d'achat toujours stagnant sinon en baisse.
En vendant des produits de qualité et chers, les allemands ont été les plus aptes à coller à cette évolution du marché. alors que les français plus orientés vers des produits de moyenne gamme subissent les affres de leur clientèle coutumière. L'exception confirmant la règle pour la France : les produits de luxe ...
a écrit le 07/07/2011 à 11:54 :
belle illusion, cela fait depuis le XIX que les Allemands nous mettent la patée quelque soit le domaine choisi, c'est pas demain la veille que nos franchouillards avec leurs baguette sous le bras pourront relever le niveau...
a écrit le 07/07/2011 à 8:53 :
pour baisser le cout du travail en france , il faut baisser les charges patronales qui ecrasent les societes...
cela entrainerait un interet certain au grandes entreprises de revenir en france, et donc d'embaucher plus ..
en moyennne les allemands gagnent plus que nous et arrivent quand meme a etre competitifs sur le plans international, pourquoi? moins de charges pour les entreprises tout simplement et un meilleur niveau de vie qu'en france ...
Réponse de le 07/07/2011 à 9:56 :
Triste illusion qui nous conduira à notre ruine. L'Allemagne n'est pas moins chère que nous en coût de production. Si on additionne les charges fédérales et des lander et qu'on le rapporte à la productivité horaire, l'INSEE a montré que l'écart n'était à peine de 1%. Nos politiques sous prétexte d'alignement sur l'Allemagne utilise des recettes à l'image du modèle chinois. C'est une impasse. Ce qui fait la puissance exportatrice Allemande c'est le coté incontournable de certaine de leurs productions, leur forte valeur ajouté et leur image de grande qualité. Il faut miser sur la recherche, l'innovation. La France a des atouts en matière de services, un savoir faire qu'il faut valoriser. Ce n'est pas en brimant le salarié, en lui faisant croire a tord qu'il est fainéant couteux et inutile en le comparant à des ouvriers chinois. Il faut monter en gamme vers le luxe et la recherche et développement.
Réponse de le 07/07/2011 à 10:28 :
Exact: notre problème n'est pas de cout salarial car si les salaires ouvriers sont très inférieurs à ceux de l'allemagne (ce qui est l'inverse pour les cadres moins payés en Allemagne) avec les charges sociales ils sont très proches. La réalité c'est l'absence de grosses PME , de budget recherche donc d'innovation, donc de production comme l'allemagne de produits à forte valeur ajoutée, uniques sur des créneaux de marché, avec une image souvent dequalité référentielle. D'ailleurs les produits voitures ou gros ménagers allemands sont beaucoup plus chers que tous les autres et se vendent très bien avec de gros bénéfices.
a écrit le 07/07/2011 à 8:36 :
bla !! bla !! bla !! comment voulez vous être compétitif si au lieu tourner la machine à fond on fait sans cesse des débats sur la comparaison France -Allemagne .
pendant ce temps leur machine tourne à fond
les dirigeants et responsables français se consolent de la manque de compétitivité pour prouver et dire que la compétitivité allemande n'est pas durable . mais cela fait depuis des années que l'allemagne a toujours une excedent . ils innovent et s'adaptent à la concurrence alors que nous on rêve !! on dépasse l'allemagne si ...on fait cela si ...
Réponse de le 07/07/2011 à 12:04 :
C'est effectivement un des gros problèmes en rance : Au lieu d'aller de l'avant, on passe notre temps à regarder les autres pour se comparer à eux. Pendant ce temps, eux ils avancent sans se préoccuper de nous. Une conséquence perverse est qu'en voulant à tout prix essayer de monter des coopérations politico-economique, on se laisse parfois dicter des conditions parce que eux ils n'hésiteront pas à refuser et à alle de l'avant. Arretons de regarder sans cesse le voisin avec un air inquiet, et allons de l'avant.
a écrit le 07/07/2011 à 7:53 :
Cet élu, technocratise en chambre, un de plus! Nos élus sont à 85% issus de l'enseignement, des professions libérales ou de la haute fonction publique. Comment voulez vous qu'ils puissent aborder les sujets, de l'économie, de la finance avec compétence? En 1967 alors que j'était à Suo de Co on nous parlait déjà de la formidable machine à exporter de l'Allemagne, comparée à l'amateurisme français. Et oui chez nous on cultive l'élite et sa reproduction et on n'aime pas le " sale travail manuel" celui des OS. Résultat nous avons laissé notre industrie filer peu à peu. Nous avons méprisé la recherche à part quelques créneaux comme le nucléaire. Résultat ? Alors que l'allemagne dispose de produits sur des créneaux de marchés à forte valeur ajoutée et dispose d'un réseau de grosse PME pour exporter, nous n'avons rien de cela et notre manque de compétivité ne repose pas sur les couts mais sur l'absence de nombreux produits leaders et de PME exportatrices. Des exemples? Regardez les prix des BMW, Mercedes...et dans le ménager référence mondiale qualité: les prix de Miele, Bauchknecht, Siemens...souvent 20 à 100% plus chers que les autres marques
a écrit le 07/07/2011 à 7:52 :
vous avez compris? tant mieux: sans autre explication ça relève encore une fois du v?ux pieu assaisonné à la tendance actuelle nationaliste
a écrit le 07/07/2011 à 0:10 :
Les élites mathématiques françaises ne pensent qu'a trouver sur terre les salariés les moins chers ..... alors que les Allemands font de la qualité et innovent (ils faut des créateurs pour innover, être ouvert d'esprit, sentir le monde et l'avenir ...) ce qui justifie leurs cout du travail plus élevé ... Bref c'est pas gagné pour la France ... la preuve plus cela va plus c'est pire .... la Solution UMP 40h payées 35 (gain 10%) deux trois allégements de dépenses publiques (mais pas trop quand on commence a toucher aux médicaments des vieux ça grogne ...) et avec cela on sera tout de suite plus compétitif que des Chinois payés 20 fois moins et qui n'ont aucuns services publiques (c'est marche ou crève et c'est pas grave ... c'est toujours mieux que sous Mao ou c'était "marche et crève!").
a écrit le 06/07/2011 à 19:05 :
Le vieux fantasme français qui remonte à la surface : dépasser l'Allemagne.
Vous pouvez toujours vous gratter.
a écrit le 06/07/2011 à 17:30 :
Cette situation n'aurait jamais eu lieu si l'euro n'avait existé. Le mark allemand serait tellement fort que les PME exporteraient moins et les entreprises italiennes ou françaises profiteraient d'une monnaie faible pour exporter plus facilement.
Réponse de le 06/07/2011 à 22:43 :
Bla, bla, si l'euro n'existait pas c'est la maison France qui serait laminée....quant à l'Allemagne elle produit l'excellence, vous en déplaise. Les français n'ont qu'a se rendre incontournables comme dans le Luxe ou l'aéronautique et nous ne nous poserions pas toutes ces questions. Que notre voisin exporte 3 fois plus que nous depuis toujours ne semble pas surprendre nos sénateurs....alors ces rapports, nous les connaissons.... cela me rappelle un certain "premier en Europe " du temps de Jacques Chirac premier ministre....bla, bla,... tant que nous ne serons pas top en qulaité et en inovation, on peut toujours se gratter... mais l'Allemagne est notre voisin, partenaire, ami, état frère dans l'UE donc je me réjouis pour lui.
Réponse de le 07/07/2011 à 7:52 :
Avec la meme monnaie, un pays exporte et pas l'autre, cela ne vous interpelle pas plus que cela ? Quand aux PME francaises, elles n'ont pas la taille critique pour aller exporter (il faut plus de ME que de PE), la monnaie ni changerait pas grand chose sans amelioration du tissu industriel.
Réponse de le 07/07/2011 à 8:33 :
xcuze moi mais même avec la DM et le francs la France a déjà eu du mal à être compétitive par rapport à l'Allemagne pareil pour les pays comme l'italie et l'espagne
Réponse de le 07/07/2011 à 8:47 :
Vous avez raison!
Mais il serait simple (!) de créer une banque ( une vraie) PMI/PME nationale, qui ne serait dédiée Qu?à ces dernières, et qui se mettrait au niveau des entrepreneurs ( autrement dit pas d?énarques comme conseillers de clientèle!!).
Des prêts garantis bonifiés, des suivis à l'export gratuits ( si le dossier est bon), des conseils , donnés par des experts sortis de ces mêmes PMI/PME...



Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :