Ces projets de barrages géants qui fâchent

En Chine, au Brésil ou ailleurs, la crise énergétique remet au goût du jour ces grands ouvrages hydrauliques. Au grand dam des écologistes.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Glissements de terrains, assèchement des lacs en aval, fréquence en hausse des secousses sismiques... A l'heure où les experts relancent le débat sur les effets néfastes engendrés par le barrage des Trois-Gorges en Chine, Pékin ne désarme pas. Au contraire. Les autorités chinoises et le groupe China Three Gorges Corp. - en charge du projet - ont fait savoir qu'ils allaient mettre les bouchées doubles dans l'hydroélectricité, en investissant pas moins de 400 milliards de yuans (62 milliards de dollars) dans la construction de quatre nouveaux grands barrages.

Situées sur la Jinsha River, un affluent du Yangtsé, les centrales Xiluodu, Xiangjiaba, Wudongde et Balhetan auront une capacité installée de 43 millions de kilowatts (kW), en tout deux fois plus importante que celle des Trois-Gorges, aujourd'hui la plus importante au monde. "Une fois achevées, ces quatre centrales devraient être en mesure de produire 190 milliards de kilowattheures chaque année", estime-t-on au sein de la société Three Gorges Group, qui prévoit de faire démarrer les deux premières en 2012 et 2013.

Remis au goût du jour

Un temps relégués au second plan en raison de leurs impacts sociaux et écologiques souvent lourds, les grands barrages sont aujourd'hui, crise énergétique mondiale et lutte contre le changement climatique obligent, remis au goût du jour, notamment dans les pays émergents dont les besoins énergétiques explosent. "Alors qu'on construisait plus de 7.000 barrages chaque année dans les années 1970, on n'en bâtissait plus que 3.000 dans les années 1990", rappelle le spécialiste des barrages à l'Agence française de développement, Nicolas Fornage, aujourd'hui directeur de l'AFD Pakistan. "Aujourd'hui, la tendance s'inverse", précise-t-il.

Comme le relèvent les statistiques de l'International Energy Agency (IEA), l'augmentation de la production d'hydroélectricité, entre 2003 et 2008, a surtout été le fait de la Chine et de l'Amérique latine. En 2008, leur part respective dans la production mondiale d'hydroélectricité s'établissait à 17,8% et 20,5%, contre 42% pour les pays de l'OCDE. "Des éléments de coûts d'investissements et de production expliquent bien entendu que ces pays privilégient l'hydroélectricité qui offre par ailleurs - sous certaines conditions - avec la géothermie la meilleure réponse aux enjeux de lutte contre le réchauffement climatique", explique Nicolas Fornage. Selon l'IEA, le coût d'investissement pour l'hydroélectricité équivaudrait à 1 voire 2 millions de dollars le mégawatt (en termes de capacités installées), contre 3 à 6 pour le nucléaire et 4 à 5 pour le solaire.

Ce nouveau contexte est également marqué par la montée en puissance d'opérateurs privés et des associations citoyennes et écologiques. "L'essentiel de ces barrages est construit par des opérateurs privés chinois, russes, malais, indonésiens ou thaïlandais", précise Nicolas Fornage, ajoutant que ceux-ci sont très offensifs sur les coûts auprès des gouvernements pour remporter les marchés. Le groupe chinois Sino-Hydro, très présent en Asie, a notamment investi au Laos dans le barrage de Pak Lay sur le cours principal du Mékong.

Mais les pratiques de ces opérateurs ne sont pas toujours exemplaires et donnent matière à de nombreuses contestations. A ce titre, le barrage de Belo Monte situé en Amazonie au Brésil et le projet d'HidroAysen en Patagonie chilienne sont emblématiques. Le premier a obtenu début juin en dépit d'anciennes et de fortes mobilisations le feu vert de Brasilia à sa construction. Le second, en revanche, conduit par le consortium hispano chilien Endesa-Colbun, qui prévoit la construction de cinq barrages dans deux vallées en Patagonie pour produire 2.750 mégawatts et augmenter de 20% la capacité électrique du pays, est pour l'heure à l'arrêt. Les recours initiés par les défenseurs de l'environnement ont fini par porter en justice. Du moins pour l'instant.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 06/02/2012 à 10:35
Signaler
mmes mrs les ecolos il faut choisir ou on produit de l'electricite avec le nucleaire sa marche quand meme pas mal en prenanr toutes les mesures de securite necessaire ( ne pas installer en zone a risques sismiques de preference) ou on installe de ...

à écrit le 12/07/2011 à 5:32
Signaler
Le monde économique ne donne t-il pas une place trop importante à l'écologie?

le 25/07/2011 à 14:31
Signaler
"Le monde économique ne donne t-il pas une place trop importante à l'écologie?" : Non. Au contraire, il ne lui donne pas assez d'importance.

à écrit le 11/07/2011 à 6:39
Signaler
Les Ecologistes sont contre tout, par principe, en ce qui concerne l'Energie! Ils sont contre le nucléaire alors que le nucléaire, à part ses dangers, est une énergie propre qui ne produit pas de gaz à effet de Serre. Ils sont contre les centrales th...

le 12/07/2011 à 7:31
Signaler
Je suis avec vous dans ce raisonement.Tous ces "Ecolo green" tres souvent des villes qu'ils marchent,cultive un jardin,fassent leur lessive etc... Tous ce qui ce faisait il n'y a pas moins de 50/70 ans. Mais "leurs confort a eux" ne pollu pas....

le 25/07/2011 à 14:24
Signaler
"le nucléaire, à part ses dangers, est une énergie propre qui ne produit pas de gaz à effet de Serre." : Erreur !! Le nucléaire est l'une des choses les plus polluantes qui soit ! Vous critiquez (excessivement, bien sûr) les écologistes, mais eux a...

le 25/07/2011 à 14:24
Signaler
"le nucléaire, à part ses dangers, est une énergie propre qui ne produit pas de gaz à effet de Serre." : Erreur !! Le nucléaire est l'une des choses les plus polluantes qui soit ! Vous critiquez (excessivement, bien sûr) les écologistes, mais eux a...

le 06/02/2012 à 13:41
Signaler
Malheureusement Johanna votre commentaire est aussi exagéré. Le nucléaire pose deux problèmes : son risque d'accident et la gestion des déchets. C'est une énérgie qui n'emet presque pas de CO2 en fonctionnant. A terme il serait bon de sortir de cet...

le 06/02/2012 à 13:42
Signaler
gh

à écrit le 10/07/2011 à 20:37
Signaler
Vive la production d?énergie .!!!. Grâce à cela on va pouvoir arriver à 8 , 9 , voir 10 milliards d'humains....Cela devient ridicule....

le 12/07/2011 à 8:03
Signaler
Est-ce dire que si on n'adaptait pas l'offre énergétique à la demande, la population diminuerait ? Pourquoi pas, après tout, c'est déjà ce que l'on fait en Afrique avec les soins médicaux...

le 25/07/2011 à 14:29
Signaler
A "absurde". Votre commentaire est stupide et déplacé. Comme vous le dites, "Cela devient ridicule...." comme commentaire. C'est également exagéré et infondé.

à écrit le 09/07/2011 à 20:02
Signaler
"Il n'y a pas de crise de l'énergie, il y a une crise de l'ignorance" - avait déclaré Richard Buckminster Fuller. On est sidéré par les commentaires et le peu de raisonnements scientifiques sur ce forum. Le génial physicien Nikola Tesla avait démontr...

à écrit le 09/07/2011 à 18:09
Signaler
Pour les question d'energie, e pense que l'on aurait aussi besoin , en plus des couts au Mw d'éléments de comparaison du type: les plus anciens reacteur en service en france: 900 Mw Le plus grand centre de production solaire au monde : 100 Mw ( en es...

à écrit le 09/07/2011 à 10:56
Signaler
Ca me tue ces écolos qui peu importe les solutions sont contre : - pas d'hydroélectrique par ce qu'il faut noyé les terres - pas de nucléaire parce que c'est dangereux et qu'on que faire des déchets - pas de solaire parce que produire un panneau dépe...

le 09/07/2011 à 11:34
Signaler
Nous touchons là le fond du problème car manifester contre le nucléaire en famille nombreuse est paradoxal. La famille nombreuse est la cause du développement exponentiel de la croissance qui épuisera toutes les ressources de la Tere y compris les re...

le 09/07/2011 à 12:03
Signaler
Tout a fait d'accord avec m. Louis, La surpopulation tue tout. Problème de fond c'est la surpopulation et le gâchis de l'être humain.

à écrit le 09/07/2011 à 8:37
Signaler
Dans la logique d'une croissance exponentielle de la population mondiale, il n'y a pas d'autre alternative que de construire toujours plus de barrages, toujours plus de centrales nucléaires, toujours plus de logements sociaux et de prisons, etc, et d...

le 09/07/2011 à 11:55
Signaler
Je suis le premier à détester la foule mais on est loin de la surpopulation sur Terre: En effet vous pouvez mettre tous les habitants de la Terre à l'intérieur des frontières Françaises, avec seulement la densité d'habitation de la ville de Lyon.

le 09/07/2011 à 12:19
Signaler
saturablagua

le 09/07/2011 à 12:20
Signaler
saturablaga

le 11/07/2011 à 10:16
Signaler
A rutabaga Mathématiquement peut être, mais ça ne change pas le fait que chaque être humain a besoin de manger (surface pour la nourriture, cultivée ou élevée) et besoin d'énergie (surface pour la collecte de l'energie, mines de charbons & co, éolien...

le 11/07/2011 à 14:46
Signaler
OK, ok toutes vos theories. Dans combien de temps a cette vitesse nous aurons épuisé les ressources terrestres pour le bien être des vivants actuels?. Nous avons déjà "FOUFFE" plus, en 150 ans qu'en 3.5 milliards d'années de transformation de notre p...

le 11/07/2011 à 16:40
Signaler
@Hmhm: Vous vous trompez la terre peut supporter jusqu'à 1500 milliards d'habitants avec les technologies d'aujourd'hui. Ce chiffre c'est simplement la surface habitable de la terre multiplié par la densité de Lyon. Pour ce qui est de votre argument ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.