En Grèce, la grande braderie a commencé

 |   |  419  mots
Copyright Reuters
Pour tenir son programme, Athènes devrait procéder à une privatisation tous les dix jours.

La Grèce n'a pas le choix, son programme de privatisations a été fixé par ses bailleurs de fonds selon un calendrier précis : la société d'électricité (DEI), les casinos, les ports et aéroports régionaux, la société des chemins de fer (OSE), mais aussi la téléphonie (OTE), les postes, les plages, les marinas, les droits miniers du sous-sol dans tout le pays... La liste est longue de ce qui va être cédé d'ici à 2015 et le pactole des privatisations doit rapporter 50 milliards d'euros. D'ores et déjà, la Française des Jeux s'intéresse à l'Opap (loterie), le PMU à l'hippodrome, la SNCF à l'OSE malgré ses déficits colossaux, et EDF examinerait le dossier de la DEI. Seul problème, pour tenir le programme, il faudrait procéder à une privatisation tous les dix jours. Mission quasi impossible.

Le mois dernier, l'État a cédé la participation de 16% qu'il détenait dans l'OTE au profit de Deutsche Telekom, les 24% qu'il possède dans La Banque Postale, les 75 % des ports du Pirée et de Thessalonique ainsi que 40% du capital de la société des Eaux de Thessalonique qu'il détient à 74%. Ces privatisations devraient permettre d'économiser 3 milliards d'euros d'intérêts sur la dette par an !

"Ils peuvent mettre les bouchées doubles, ironise un diplomate occidental, car cela aurait dû être fait depuis longtemps. Les Grecs vont devoir brader dans l'urgence ce qui aurait pu être vendu à un prix correct. Dommage." Ça l'est d'autant plus que ces recettes serviront au remboursement de la dette et non à l'investissement. "Ce sont des comptes de Polichinelle, s'emporte Savas Rombolis de l'Institut du monde du travail, une fois tout vendu et ces trous comblés, on fait quoi ensuite ?" Même discours du côté des syndicats tout puissants qui refusent de voir "la richesse du pays passer aux mains des étrangers". Le mois dernier, la DEI n'a pas hésité à procéder à des coupures d'électricité. "La DEI est la seule entreprise bénéficiaire du pays, pourquoi la vendre ?" s'indigne Yiannis Mastroyiannakis, syndicaliste.

Pour contourner ces obstacles et éviter que la corruption ne prenne le dessus, les créanciers du pays ont exigé et obtenu que des "conseillers externes" assistent le gouvernement grec dans ces privatisations."Cette surveillance est la seule garantie que cela marche ! " s'exclame l'écrivain Petro Markaris, à l'origine avec d'autres personnalités du monde des arts et des lettres d'une lettre ouverte au gouvernement le sommant "d'oser gouverner, oser privatiser, oser licencier".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2011 à 14:06 :
C'dans l'Air, l'économiste DANIEL dit entre autre que si en Grèce tout le monde avait payé ses impôts ce gouvernement n'aurait pas eu a demander du crédit. La grande responsabilité de ce Papandréou est sans borne -il est socialiste et la responsabilité dans ce parti en Europe - on comprend tout !
a écrit le 21/07/2011 à 21:11 :
Ce soir dans C'dans l'Air, la Grèce naturellement ! Nous n'avons pas à nous faire de souci pour nos économies, l' UE a acheté pour 53 Mds de défauts grecs ( en 100 Mdsen comptant ceux de l'Espagne, l'Italie, et autres ? ) C'est l'anarchie la plus complète en Grèce : on ne paye plus le gaz, l'électricité, le loyer, et 14 % de la population paye l'impot (pas les riches ). Le tourisme est en augmentation ( probablement par sympathie ), vous pouvez acheter des terres, plages, maisons, c'est tentant aussi pour la Turquie ...
a écrit le 21/07/2011 à 0:04 :
Le problème de la Zone Euro c'est la suprématie de l'axe Franco-Allemande qui impose et a imposé aux autres pays un système qui avantage les pays à économie forte aux dépens des pays à économie faible. Les divergences ne cessent en effet d'augmenter. Le meilleur exemple en est l'Italie qui est en train de perdre toute son industrie lourde et toutes ses grandes entreprises. Pour l'Italie il n'y a plus aucun avantage à rester dans la Zone Euro. Elle pourrait mieux protéger son économies si elle la quittait. L'avantage des taux d'intérêts bas étant en train de disparaître.
a écrit le 20/07/2011 à 10:50 :
La SNCF n'a peut être pas besoin de s'endêtter encore plus. Surtout si l' OSE a des déficits colossaux.
a écrit le 20/07/2011 à 10:36 :
c est bien connu le malheur des uns fait le bonheur des autres
a écrit le 20/07/2011 à 9:58 :
Ah ah, la française des jeux, le PMU la grosse industrie de l'hexagone fait son marché.
Réponse de le 22/07/2011 à 13:24 :
nancy, vous avez raison d'ironiser car l'Etat Français de la sakosie entend renflouer ses caisses par une augmentation de joueurs ! sans rire hélas.
a écrit le 20/07/2011 à 9:33 :
EDF mise maintenant sur la société d?électricité Grec, mais avant de penser aux profits ont-ils pensé à l'état du réseaux, à ce que cela pourrait nous apporter. Au vu de ce qu'ils font chez nous, les grecs devraient faire attention à EDF et peut être prendre en compte GDF-Suez, qui eux font du bon travail.
Réponse de le 20/07/2011 à 22:00 :
Loupé ! Quel que soit le prestataire de services (le mot est outré, mais c'est l'usage), le réseau dépend d'ERDF. Donc votre pub (gratuite ?) tombe à côté...
a écrit le 20/07/2011 à 9:21 :
Etonnant qu'un peuple accepte de se faire spolier de tout son patrimoine, de vivre dans un pays qui ne lui appartiendra bientôt plus...Généralement, ce genre de situation aboutit à des révolutions violentes!
Réponse de le 20/07/2011 à 11:43 :
C'est juste !! En même temps que feriez-vous si cela vous arrivait ? Regardez ce qu'il s'est passé en Cote d'ivoire !! Les ivoriens ont repris de force les terres qui leur appartenaient, ce n'est qu'un juste retour des choses, cela prend parfois du temps (guerre en ex-yougoslavie) mais cela fnit toujours par arriver.
Réponse de le 21/07/2011 à 6:12 :
Et si tout cela avait été programmé, avec complicités intéressées, par quelques-uns pour s'enrichir?
C'est une thèse récurente et très ancienne.
a écrit le 20/07/2011 à 8:14 :
Voilà comment tout a commencé, d'abord ils nous ont vendu aux banquiers en privatisant la monnaie, nous rendant esclave par le crédit à la consommation, puis ils ont asséché toute nos entreprises et le trésor public nous demandant de faire encore plus d'effort et par là même, prélevé encore plus d'impôts....
Ensuite, par le processus de la dette, ils nous ont fait vendre tous les bien communs de notre pays, devenant propriétaire de notre pays, nous sommes devenus leurs sujets...
voilà comment nous sommes devenus esclaves mes enfants !
Réponse de le 20/07/2011 à 9:30 :
on oblige personne à vivre à crédit. Personnellement je n'ai jamais rien emprunté! Rappelez vous la devise qui paye ses dettes s'enrichit... Seuls les pigeons prennent des crédits à la consommation (je fais une exception pour l'immobilier)
Réponse de le 20/07/2011 à 9:40 :
Analyse très juste de la situation actuelle en Grèce qui malheureusement n'est pas un cas isolé ..... Qu'attendons-nous pour réagir à de telles pratiques ???
Réponse de le 20/07/2011 à 9:49 :
Pour payer ses dettes il faut avoir emprunté préalablement ?Actuellement il vaut mieux emprunter que payer cash, la seule condition est de pouvoir rembourser. Merci Darwin pour tes sophismes qui doivent bien aider les grecs.
Tu penses que ton pays a payé cash ses infrastructures et auto-finance sont système social.Heureusement TOI tu fais tout bien.
Réponse de le 20/07/2011 à 11:00 :
@darwin99 : ce ne sont pas les grecques qui sont endetté mais l'état grecque, mais il faut payer ses dettes et c'est aux contribuables de payer. ça sera la même chose pour la France bientôt, vous n'avez peut pas de dettes, mais quand il faudra payer pour éponger les dettes de l?État, ça sera quand même vous qui payerez !
Réponse de le 20/07/2011 à 22:35 :
@candide: oui, l'état grec est très endetté, l'état francais également. MAIS justement la différence entre les 2 pays est que les Grecs eux-mêmes sont très endettés (d'où la faible marge de manoeuvre du gouvernement, sans parler de l'efficacité du système fiscal), mais pas les contribuables Francais. Certes le nombre de dossiers de surendettement augmente en France, mais au total les Francais restent très riches, en tout cas bien moins endettés que les autres peuples - j'ai lu il y a quelques temps que le ratio dette/actifs des contribuables était de l'ordre de 12%.
Cela dit (désolé de répéter ce qui a été dit), il faut éviter ce genre de situation et ne pas vivre au-dessus de ses moyens. On est prévenu.
Réponse de le 22/07/2011 à 13:32 :
Martine, Darwin99, pour les financiers internationaux ils leur fallait la connivence des politiques des pays ( des états ) chose en France sous G. d' Estaing et cela à continué ... la main mise sur les peuples c'est le crédit qui fagocité litéralement les individus et les pays . On le voit au bout de 40 ans la ruine de l'Europe si on ne se sort pas de ce bourbier
a écrit le 20/07/2011 à 7:12 :
l'Europe Terre de Justice, va accepter que les prédateurs de la finance s'arranchent le corps d'une Nation souveraine, certes endétée mais pas mourante. Quel peuple peut accepter de voir ainsi la terre de ses ancêtres volée par des sbires? Aucun.
Quelle alternative pour cette Europe de financiers face à l'Europe des peuples? Jean Monnet est devenu jean monnaies ( de singe) ... Triste réalité de la cupidité comme seule et unqiue raison
Réponse de le 20/07/2011 à 9:33 :
euh la banque postale ou de la compagnie des eaux n'ont rien d'un vol de la terre de ses ancètres ou du corps d'une nation: ce sont des entreprises qui sont privées dans la plupart des pays (sauf la Grèce), il faut arrêter la démagogie...
Réponse de le 20/07/2011 à 21:53 :
Ok pour la banque postale, mais la compagnie des eaux je ne suis pas d'accord, je crois qu'en Italie ils viennent tout juste de refuser la privatisation de l'eau, qui somme toute une bonne chose quand on voit le prix du m3 d'eau et les taxes qui vont autour c'est 45% de conso et 55% de taxes ! (et toutes ne vont pas a l'etat, beaucoup reste dans l"entreprise gestionnaire)
Réponse de le 20/07/2011 à 22:50 :
fAvoir accepté dans la zone euro des pays comme la Grèce et autres pays du sud, dont la façon de voir et faire les chosses diffère beaucoup de notre façon de travailler conduit aux problèmes actuels de l'euro.
Trouvez-vous normal que 40% du PIB soit fait ou noir? Trouvez vous nomal que plus d'un million de maisons aient été bâties sans permis de construire? A-t-on obligé l'état grec á s'endeter comme il la fait? Quand on emprunte, il faut savoir que plus tôt ou tard il faudra payer. Ne le croyez-vous pas?
a écrit le 20/07/2011 à 6:52 :
la seule solution pour ne pas être victime des dettes c'est de ne pas vivre au dessus de ses moyens
Réponse de le 20/07/2011 à 9:51 :
Ben quand tu iras à l'hopital tu paieras les soins avec ton compte épargne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :