La police pointe du doigt l'utilisation des réseaux sociaux

 |   |  207  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les nouvelles technologies et notamment le smartphone BlackBerrry ont servi les émeutiers britanniques à déjouer les interventions de la police.

Comme dans le cadre du Printemps arabe, les réseaux sociaux jouent un rôle d'accélérateur et d'amplificateur des émeutes qui se déroulent au Royaume-Uni. En témoigne la page Facebook intitulée "R.I.P Mark Duggan", du nom du jeune homme de 29 ans originaire d'une cité dévastée par le chômage, et abattu le 4 août par la police londonienne. Ainsi que les photos de magasins pillés par des bandes de jeunes, publiées sur Twitter.

De fait, le commandant Steve Kavanagh, de la police de Londres, a affirmé lundi sur l'antenne de Radio 4 (groupe BBC) que "les réseaux sociaux avaient été utilisés pour organiser ce niveau de criminalité". Et Research In Motion, le fabricant du smartphone BlackBerrry, s'est fendu d'un communiqué le même jour, assurant qu'il "s'était engagé à assister les autorités de toutes les façons possibles." Il faut dire que BBM, la messagerie instantanée du BlackBerry, plébiscitée par les jeunes, présente le grand avantage d'être totalement privée, ce qui n'est pas le cas de Facebook ni de Twitter. Les jeunes émeutiers peuvent donc en toute confidentialité se communiquer les horaires et les lieux de leurs rassemblements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2011 à 6:51 :
Ah, quand c'est dans les pays arabes, c'est merveilleux. En Europe c'est le mal...
Réponse de le 10/08/2011 à 15:17 :
Exactement ! Vivons-nous dans une démocratie ? That's the question.
Meffiez-vous des médias qui vous préparent des montages astucieux pour vous manipuler.
a écrit le 10/08/2011 à 6:47 :
Après avoir loué les nouveaux moyens de communication lors du le printemps arabe, voilà que les autorités britanniques les pointent du doigt. Quelle ironie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :