L'Allemagne recrute à tour de bras des travailleurs qualifiés

 |   |  325  mots
La ministre fédérale allemande du Travail, Ursula von der Leyen, qui a annoncé en juin 2011 l'autorisation de recrutement de main d'oeuvre qualifiée non-ressortissante de l'UE
La ministre fédérale allemande du Travail, Ursula von der Leyen, qui a annoncé en juin 2011 l'autorisation de recrutement de main d'oeuvre qualifiée non-ressortissante de l'UE (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Médecins ou ingénieurs non européens ont accès depuis juin au marché du travail outre-Rhin.

L'interdiction de tout recrutement de main-d'oeuvre provenant d'un pays hors Union européenne (UE) n'est plus de mise outre-Rhin. Depuis fin juin dernier, les médecins et les ingénieurs des secteurs de la machine-outil, de l'automobile et de l'électrotechnique non ressortissants de l'UE peuvent exercer un emploi sur le territoire allemand sans devoir passer par la longue et complexe bureaucratie en vigueur normalement. Jusqu'ici l'Agence pour l'emploi devait en effet « vérifier » si un chômeur allemand ou européen ne pouvait pas être employé pour la fonction proposée par l'employeur. Le gouvernement d'Angela Merkel a ainsi tiré la leçon du manque de main-d'oeuvre qualifiée de plus en plus patent dans la première économie de la zone euro. Le nombre de chômeurs est passé depuis quelques mois sous la barre des trois millions et certaines régions, comme le sud-ouest très industrialisé, est presque en situation de plein emploi. La liste « positive » des métiers désormais ouverts à un recrutement en dehors des frontières de l'UE est très probablement destinée à s'allonger. Car le manque de main d'oeuvre n'est pas près de s'amenuiser. Pour le patronat allemand (BDA), ce manque de main- d'oeuvre, causé par le vieillissement de la population et le faible taux de natalité (à l'instar de l'Italie, voir ci-contre), « ne peut être résolu sans immigration ».

Demande récurrente

« D'ici 2030 un manque de main-d'oeuvre d'au moins 5,2 millions de personnes menace », rappelle l'organisation patronale. Aussi Dieter Hundt, président du BDA, exige du gouvernement « qu'il permette en particulier aux diplômés étrangers des universités allemandes de rester en Allemagne plus longtemps s'ils disposent d'un emploi ». Autre demande récurrente : abaisser le seuil de rémunération minimum exigée pour recruter un salarié non issu de l'UE. Actuellement ce seuil est de 66.000 euros annuels, soit 5.500 euros mensuels. Les employeurs veulent que cette limite soit ramenée à seulement 40.000 euros (3.300 euros mensuels environ).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2011 à 8:41 :
ah, ah,ah, j'espère pour les arrivants qu'ils arriveront à negocier leur salaire plus haut si l'abaissement demandé par les entreprises leur est accordé. Pourquoi la loi de l'offre et de la demande qu'on nous ressort à outrance pour nous inculquer le pourquoi de la hausse des prix ne marche t elle pas quand il s'agit de se faire payer un salaire correct??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :